UA-37157085-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/07/2019

Rassemblement de Saint Tropez (83) 2019

Photo 1a.JPG

Le Moto Club Rétropézien organisait son 26ième rassemblement. Orage, vent, soleil, froid et chaleur, la cité du Bally de Suffren aura montré sa très grande étendue climatique à la centaine de passionnés de motos anciennes.
En arrivant le samedi vers 13h00, sur la place des lices à Saint Tropez, les premières gouttes de pluie donnent le ton de la ballade à venir. Une bonne partie des participants ne sortirons même pas leurs machines : après il faut nettoyer. Une quarantaine de motos est alignée près à en découdre avec les éléments : les inconditionnels. La 580 Condor de Jean-Luc Teyton est au couleur de l’armée suisse. Claude Sauvain est suisse de Saint George dans le canton de Vaux. Il va rouler sur une très belle BSA A10 de 1951. Six personnes du Moto Retro du Périgord découvrent le rassemblement. Son Président, Dominique Poisson frétille comme un gardon : « C’est notre première ici et je suis à la retraite depuis le 1er avril, donc ça s’arrose, donc c’est aussi le jour du « Poisson » ». Il va être servi. 14h00, l’ouvreur, Alphonse Corzo démarre son side 500 Terrot RD de 38, Eliette à ses cotés. Cogolin, Port Grimaud, puis on longe le golfe de Saint Tropez et toutes ces plages mythiques surpeuplées pendant la belle saison. Aujourd’hui, pluie et bourrasque de vent fouettent. Le froid commence à pénétrer. Après Sainte Maxime, on s’enfonce dans les terres. Quelques arrêts de regroupement, mais l’allure ne mollit pas. On grimpe vers le Plan de la Tour par une petite route dans une forêt de chênes liège. Les éléments se déchainent. L’eau s’infiltre de partout : les gants, les bottes, le casque, partout. Enfin le retour sur Saint Tropez et la maison familiale « Lou Riou » qui nous accueille pour le week-end.  Dimanche, le soleil est de la partie. C’est une journée consacrée aux traditions et au patrimoine. Après le café du matin, la « sardinade » sans quoi la « Rétropézienne » ne serait plus la « Rétropézienne ». Vers 10h00, en convoi, nous empruntons les ruelles et visitons des lieux mythiques de la cité qui en ont fait son aura : la place des lices où le monde du showbizz se donne rendez-vous à la bonne saison, le port à la recherche du gendarme et au bout du chemin, la citadelle, un endroit fort pour les natifs de Saint Tropez. Elle a été transformée en musée de la marine « Tropézienne ». Le week-end s’est terminé sur la place des lices pour l’apéritif et à la maison familial pour le classique mechoui de fin de rassemblement.

QUOI : Rétropézienne
QUAND : 06 & 07 avril 2019
OU : Rassemblement motos anciennes à Saint Tropez
COMBIEN :
PAR QUI : Rétropézien Moto Club

 

 

 

Organisateur.JPGOrganisateur










Photo 1b.JPGPlace des lices, le dimanche midi sous le soleil







Photo 2.JPGUn rideau de pluie. Depuis 26 ans, Alphonse Corzo ouvre la route sur son side 500cc Terrot RD de 38. Cette année, sa femme, Eliette dans le panier DTP profitera d’une douche et d’un bain en même temps, un inconvénient : l’eau est froide.





Photo 3.JPGLa citadelle de Saint-Tropez domine la ville depuis le début du XVIIe siècle. Il est l’élément de défense le plus important entre Antibes et Toulon.
Le site est classé au titre des Monuments historiques depuis 1995. Il abrite le musée de l’histoire maritime de Saint Tropez. Au XVIIIe siècle, Saint-Tropez était le troisième port français de Méditerranée. Le musée raconte l'histoire des marins tropéziens sur toutes les mers du monde. Il met en valeur l'héritage précieux de générations de pêcheurs et de marins du commerce, qui ont, siècle après siècle, façonné le Saint-Tropez d'aujourd'hui

Photo 4.JPGAlain Aquilina sur Monet Goyon type G à moteur 350 Mag de 1930







Photo 5.JPGA fond les manettes, Patrick et Héléne Rouchon sur Nimbus 750







Photo 6.JPGValérie Roussel sur Monet Goyon 350cc P47 de 1947










Photo 7.JPGLa Puch 250 GS de 56 Jean Claude Dochier a passé 30 ans emmuré à Boulogne/mer et c’est son beau-père Claude qui le lui a restauré.







Photo 8.JPGIls viennent pour la première fois à la Rétropézienne, le Moto Rétro du Périgord et son Président Dominique Poisson : Une Première cela s’arrose.






Photo 9.JPGLe suisse de Saint George, commune vaudoise, Claude Sauvain et sa BSA A10 de 1951 : « En 1969, un copain s’est cassé les deux jambes dans un accident de parachute à Lyon. Ses parents m’ont demandé de rapatrier sa moto vers la suisse. A cette époque, la machine ne me plaisait pas : trop lente, pas assez nerveuse. Depuis ce temps, elle n’avait pas bougé du garage où elle avait été entreposée. Il y a trois ans, je l’ai achetée et rénovée ».




Photo 10.JPGPhilippe et Marie-Brigitte Godest sur AJS 500 mono de 54. Lui est obsédé d’AJS et de Matchless






Photo 11.JPGElle est rouge, elle sent le souffre la 350 Génial Lucifer de 1936 de Thierry et Isabelle Ayraut






Photo 12.JPGLe départ va être donné, Natalie Nogues sur Monet Goyon L5A1 de 39







Photo 13.JPGLa plus jeune participante, Lolita, 9ans derrière son papa, Yann Sellers sur une Triumph T120 de 1968







Photo 14.JPGMise en route de la Gnome & Rhône D5A militaire de 1938 de Marc Fine










Photo 15.JPGJean-Luc Teyton sur 580 Condor de 53 de l’armée suisse.








Photo 16.JPGLa 500 Terrot RGST de Patrick Maltese a du mal à repartir ce matin. L’humidité de la veille doit y être pour quelque chose.







Photo 17.JPGSous une pluie battante, Claude Bret et sa Koeller-Escoffier M2VT de 1954

Écrire un commentaire