UA-37157085-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/07/2018

Sainte Agnès, 2018 un petit tour entre amis

Fin janvier, comme chaque année, depuis dix-sept ans, la montée hivernale de Sainte-Agnès (06) est l’occasion rêvée pour une centaine de participants de reprendre en douceur les commandes de leur moto.
Comme chaque année, depuis dix-sept ans, c’est un plaisir chaque fois renouvelé que de venir à ce premier rassemblement. On pousse la porte à une saison que l’on espère riche en souvenirs et amitiés. Le lieu de ralliement est la place des deux frères à Roquebrune village. Au milieu de celle-ci trône un olivier centenaire et la vue est féérique. Au cours des précédentes éditions, on a vu le paysage sous le soleil, la pluie ou encore la neige, c’est à couper le souffle. A chaque seconde les sens sont en éveil. Perché à 225 mètres d’altitude, le village est un balcon sur la méditerranée et sa côte déchiquetée : un vrai plaisir des yeux. 9h00, les machines vrombissent dans la montée du village. Par leur couleur orange, deux motos attirent les curieux. La Laverda 750 SF d’Arnaud Butzbach et la 350 IZH de 78 de Michel Graille. Cette dernière de conception russe est une machine rustique. Une autre capte l’attention, la Kawasaki 400 KH de 1976 de Jérôme Bruno peinte en vert foncé du plus bel effet. Alain Redolfi a convaincu sa fille, Camille, et c’est ensemble qu’ils feront la balade, lui sur Kawasaki S2 de 71 et elle sur Dax ST70. La palme de la rareté revient à la Voxan Black Classic de 2005, numérotée 15 sur les 21 produites et la Triumph X75 Hurricane pilotées respectivement par Yvon Ravet et Michel Alessandri. La Hurricane, au design épuré, née sous le crayon de Craig Vetter avec son réservoir en goutte d’eau et ses trois pots relevés, elle est très belle. Vers 10h00, la caravane se met en ordre de marche. Descente vers Menton et la mer, en passant devant le marché de Roquebrune Cap-Martin, place des Allobroges, les yeux des passants sont écarquillés. On remonte tout de suite sur Gorbio. Sur la place du village, comme un rituel, l’arrêt sous l’orme planté en 1713, est sans aucun doute le symbole de Gorbio. Il appartient désormais au patrimoine collectif. Sous Sainte Agnès, le club de boules « Le Coq Roquebrunois » nous offre un petit réconfort : un vin chaud avant de finir la matinée au restaurant « Le Saint Yves ». Raviolis, tourte de courge, daube de chevreuil, gâteaux des rois et champagne, une mise en bouche à l’orée de la saison qui s’annonce. 

QUOI : Petit roulage hivernal
QUAND : le 28 janvier 2018
COMBIEN : 35€
PAR QUI : MOTOS et SCOOTERS de ROQUEBRUNE CAP-MARTIN
                       Hôtel de Ville
                      06 ROQUEBRUNE CAP MARTIN
                      Tél. / Fax : +33.04.93.57.06.58
                            http://www.motoscootrcm

Organisateur.JPGAndré Mazzoni, Président de Motos et scooters de Roquebrune Cap-Martin : « Depuis notre première, il y a dix-sept ans, les personnes et les machines ont bien changé. Maintenant, les motos des années viennent en force, mais c’est toujours avec le même enthousiasme. Je remercie l’ensemble des participants




Photo 1.JPG
Photo de famille, avant le départ, sur la place des deux frères à Roquebrune Cap Martin, en fond le château du village






Photo 2.JPG
Devant un belvédère, deux Norton Commando







Photo 3.JPG
François Grippi et sa Honda 750 de 73 : « J’ai eu mon permis en 74 et je rêvais de 750Four mais mon père, Vincent, m’a dit : « Trop puissant, tu vas te tuer ». A cette époque, on écoutait son père. J’ai mis un mouchoir sur mes désirs et j’ai acheté une 500Four. Le jour de mes 60ans, on a fait la fête à la maison. Mon petit frère, Tony est allé chercher notre père (94ans) en maison de retraite. Mon cadeau était cette 750Four dont je rêvais depuis 42ans. Mon père était là : il m’avait donné son autorisation. Quelques jours après, il est décédé ». Les larmes coulent sur les joues de François : pour son père ? pour la moto ? Ou pour cet ensemble de choses qui nous retient à notre passé ?

Photo 4.JPGExceptionnel la Triumph Hurricane X75 de 1972 de Michel Alessandrini. En 1969, à la demande de Don Brown, alors directeur de la branche américaine de BSA, Craig Vetter, un jeune ingénieur dessine cette moto spécifiquement pour le marché US. Cette Hurricane n'est autre qu'une BSA Rocket III restylisée et dotée d'une boîte cinq vitesses. Elle fut la dernière machine fabriquée dans les usines de la Birmingham Small Arms (BSA), à seulement 1 154 exemplaires.

Photo 5.JPGDaniel Giraud sur Honda VFF 750 de 1984







Photo 6.JPG
Daniel Dupont sur Kawasaki 350 S2 de 1972







Photo 7.JPG
Superbe Velocette de 1937 de Christophe Carasco







Photo 8.JPG
Très rare sous nos cieux, une IZH 350cc de 1978 de Michel Graille







Photo 9.JPG
Il fait l’andouille sur sa Kawasaki 350 S2 de 1972, Bernard Boyette fut le mécano d’Alain Renouf






Photo 10.JPG
Robert Gosselin, un ancien des Coupes Kawa. sur une Suzuki GT 750 de 1973







Photo 11.JPG
Redolfi, père et fille unis par la même passion, Alain sur Kawa.S2 et Camille sur Dax ST70







Photo 12.JPG
Il fut Champion de France Rallyes Routiers, Gérard Spagli sur Suzuki RS 500







Photo 13.JPG
La Matchless G3L de 1944 de Pierre Callede a participé au débarquement de Normandie








Photo 14.JPG
Georges Mari sur 125 ACMA










Photo 15.JPG
Yvon Ravet sur Voxan Black Classic de 2005, la numéro 15 sur les 21 produites








Photo 16.JPG
L’Italien, membre du club « Rivièra deï Fiori », Georges Zagni sur son Lambretta 125 type D de 1952

Écrire un commentaire