UA-37157085-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2011

Sainte Agnés

Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 643 du 10 février 2011

img004.jpg

Entre neige et pluie, entre pluie et soleil, une centaine de personnes ont bravé les éléments pour cette onzième hivernale vers Sainte Agnès.

Photo n°17.JPG

 

Une journée et une nuit diluviennes, voilà un dicton qui se vérifie  « Après la pluie vient le beau temps ». Les contreforts du mentonnais sont blancs. La neige est toute proche et la température clémente.
IMG_7063.JPG8h30, si le soleil n’est pas vraiment au rendez-vous ;  les ondées ont cessé. Sur la place des deux frères à Roquebrune Cap-Martin, les premiers participants du rassemblement commencent à arriver. André Mazzoni, Président du club « Motos et scooters de Roquebrune Cap-Martin » les reçoit, le portable rivet à l’oreille. A la table d’inscriptions, viennoiserie et café chaud attendent les postulants, réchauffant les doigts gourds et chassant les derniers engourdissements de la nuit.
 Chasuble jaune, Daniel Dupont va ouvrir la route en Kawasaki 350 de 1974. Il vient juste de la restaurer pour la seconde fois. Et pour éviter qu’il n’y en ai une troisième, il s’est promis qu’il ne prêterait plus sa moto à son fils Arnaud. La trentaine de kilomètres d’aujourd’hui est bien peu de chose pour le fanatique du guzzino (65cc), Gianni Mostosi. Il a à son actif six Milan / Tarente et quatre Moto Giro, et il est toujours vainqueur de sa catégorie. Champion de France de rallyes routiers de 2009 sur Kawasaki Z1000 et en 2010 sur 350 RD, Gérard Spagli va abandonner ses machines de courses pour un superbe petit trail Yamaha 50cc FT1 de 73, le plaisir à tous les étages.
Venus du club « Ruote Storiche in Canavese » d’Ivréa près de Turin, trois italiens Giuseppe Bertino, Mauro Cobetto et Stephano Pracca ont bravé la tempête de neige qui s’abattait dans le piémont (plus de dix centimètres de poudreuse quand ils sont partis ce matin), avec eux des engins aussi rares que précieux, une 250cc Sertum type VL4 de 48, une Moto Guzzi Falcone sport de 53 et une Triumph type H de 1915. Quatre membres du club « Lou Baroulaire » de Saint André de Valborgne dans le Gard ont fait le déplacement. Laurent Saltet va piloter une Motobecane B33 ; Mayanobe, un Libéria 125 ; Caballero, une Yamaha 125 RD et Castaldo, une Motoconfort U2C.
IMG_7079.JPGAux alentours de 10h00, juste avant le départ, c’est dans un grand recueillement que le Père Henri Toche, prêtre auxiliaire de Menton, bénit les motos et les motards.
En route, direction la  Grande Corniche vers le Vista Palace Hotel, un magnifique panorama s’offre à nos yeux sur la grande bleue, Monaco et Cap Ferrat. On poursuit la descente vers la Moyenne Corniche et  Cap d'Ail. Un regroupement a lieu avant d’aborder la D37 ; elle nous conduira à La Turbie. De là, redescente vers Roquebrune Cap Martin, qui sera traversé, pour atteindre Menton et enfin l’ascension de huit kilomètres vers Sainte-Agnès par la route des Serres de la Madone. Dans cette dernière difficulté, à fond les manettes, l’embrayage de la Norton 18 de Jean Luc Pontis donne des signes de fatigue : « Dur, j’ai du mal à le régler correctement ».
 Autre victime de cet assaut final, la 350 Terrot, type GSS de 1924 d’Eric Musso, la boite de vitesse est défaillante : « Je suis dès à présent à la recherche d’une boite Burman 3 vitesses à prise directe. Si parmi les lecteurs d’LVM quelqu’un possède la pièce, qu’il prenne contact avec le club de Roquebrune qui fera suivre. Par avance, merci»
IMG_7110.JPGAprès l’effort, le réconfort, un vin chaud est servi sur la place du village de Sainte Agnès par le club bouliste « le Coq Roquebrunois ».
Le restaurant le « Saint Yves », terme ultime de cette promenade hivernale avec charcuterie, raviolis, daube, galette des rois et champagne.
 Une première étape dans une année que l’on espère riche en rassemblements, expositions et manifestations en tous genres.
 





RECOMPENSES ET COUPES
- Stephano Pracca : 550cc Triumph, type H de 1915
- Yves Azam : 500cc Gnom et Rhone, type D4 de 1928
- Stephane Staccino : 500cc Terrot, type RL de 1930
- Jean-Luc Pontis : Norton 18 de 1931
- Laurent Saltet : 250cc Motobecane, type B33 de 1933
PRIX SPECIAUX JEUNES
- Benoit Bergougne(17 ans) : Honda CB 50cc de 1964
- Tristan Joly (17 ans) : Vespa 50cc type R de 1965
PRIX FEMININE
- Laurie Raybaud : Vespa 50cc, modèle français à pédales, type V5A
- Corine Masdebrieu : Triumph T140

 

QUAND     : 30 Janvier 2011
OU             : De Roquebrune village à Sainte Agnés.
COMBIEN : 30€ / personne.
PAR QUI   :  Motos & Scooters Anciens de Roquebrune Cap Martin
                     Hôtel de Ville – 06190 Roquebrune Cap Martin
                     Tél. / Fax. 04 93 57 06 58
                www.motoscootrcm.net
                e.mail : infos@motoscootrcm.net 

 

 

 

LEGENDE PHOTOS
Photo n°1.JPG
Le prêtre auxiliaire de Menton, Henri Toche donne la bénédiction au side Dniepr piloté par Patrick Gaultier.





 

Photo n°2.JPG Patrick Cossano pose devant son 250cc Peugeot bicylindre TC4 de 1955







 

Photo n°3.JPG Alain et Sylvie Schifferli sur une BSA B33 de 1056










 

Photo n°4.JPG Mauro Cobetto sur 500cc Moto Guzzi Falcon sport de 1053






 

Photo n°5.JPG
Giuseppe Bertino et sa très rare 250cc SertumVL4 de 1948

 

 



Photo n°6.JPGYves Azam à fond les manettes sur 500cc Gnom et Rhone type D4 de 1928

 

 

 




Photo n°7.JPGRemarquez l’aisance de Stéphano Pracca sur sa Triumph 550cc 1ér modèle, type H de 1915.

 

 

 


Photo n°8.JPGJean-Luc Pontis sur Norton 18 de 1931.

Photo n°9.JPG
En avant la musique, Gianni Mostosi ouvre le bal avec son Moto Guzzi Guzzino de 65cc. 








Photo n°10.JPGJean Paul Corbier, le webmaster du site « Motos et scooters de Roquebrune Cap-Martin » et aussi un ardant défenseur du club Idral France. Il aime sa Follis à la folie.






Photo n°11.JPGLaurent Saltet, Président du club « Lou Baroulaire » de Saint André de Valborgne, pilote une 250cc Motobécane B33 de 1933.







Photo n°12.JPGBenoit Bergougne, 17ans, sur CB 50cc de 1964.








Photo n°13.JPGPierre Chevrier sur 200cc Monet Goyon, type M2V de 1951.








Photo n°14.JPGDaniel Imbert sur Harley-Davidson SX 350 de 1974.








Photo n°15.JPGEn se penchant, Michel Lantez nous fait admirer le moteur Moto Guzzi de ce 500cc semi-culbuté de 1936.







Photo n°16.JPGJean Louis & Nicole Peniguet sur Triumph T110


 

17/01/2011

PROFESSION DE FOI


 

 

fff86a4850186b54ad7685ef06a31180.jpg« Ce n’est pas ce qui est beau qui me plait, c’est ce qui me plait qui est beau »

Avant d’être motard, on a été cycliste. La preuve ne dit-on pas : « ma moto se conduit comme un vélo ».
Né en algerie, la pratique du vélo me fut interdite pour cause de guerre. Ce manque fit naître en moi la rancune d’une liberté bafouée. L’impact fut grand.

Arrivé en France en 1966, je rentre dans un collège d’enseignement technique. Grand débat à la maison, mon père veut m’acheter la mob. Pour moi, pas question ce sera une bicyclette. J’ai finalement eu gain de cause. Ce sera vingt huit kilomètres par jour. Apres un trimestre d’un entraînement intensif, je prends ma première licence de coureur. Il s’ensuit cinq ans de bonheur et de galère. Mes qualités athlétiques n’étaient pas au niveau de mes espérances, mais il suffit d’aimer et on accepte tout. Souffle court, jambes lourdes, pleurer d’épuisement au bord d’une route, meurtrissures lors des chutes, etc.…qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse ! Je suis, malgré tout, content de mon parcours : un championnat de France junior et un Paris-Brest-Paris.

En 1971, je franchi le rubicon. J’achète un Honda 125cm² K4, à moi les grands espaces. En solo, pendant deux ans je vais sillonner la Suisse, l’Allemagne, la Belgique, le Luxembourg, l’Italie, l’Autriche et bien sur la France. Pas un seul souci sinon un bris de chaîne en Allemagne. J’ai connu un moment fort: le rassemblement des « chamois » à Barcelonnette, du soleil la journée, des orages diluviens la nuit. Les campings étaient transformés en pataugeoire et en bourbier, et cette fraternité motarde qui fait chaud au cœur !

Et puis le temps a passé. Travail, famille, et le virus est revenu, insidieusement, sournoisement sous la forme d’un cadre de vélo «Wonder», puis d’une mobylette SP50 et un enchaînement D75, LT3,… J’ai passé mon permis de conduire gros cube à cinquante ans. Je possède une BMW R80.

Mon attachement au deux roues et, en particulier, au vélo est et restera inconditionnel. Pour communiquer au plus grand nombre, cette flamme de liberté, pour aller au bout de mon rêve, pour aller au bout de ma passion, j’ai adhéré à un club de motos anciennes. Je profite de cet article pour remercier l’ensemble des copains qui me permettent d’exposer mes bécanes sans moteur, si possible sans restauration sous peine d’ôter l’âme des précédents propriétaires, une sombre tache à coté de leurs machines rutilantes.

05/01/2011

STATISTIQUES

En 2008 :   4748 visiteurs

En 2009 : 11717 visiteurs

En 2010 : 16534 visiteurs 

 

VISITE DU BLOG EN 2010

 

Visites

Pages

Pages par jour (Moy / Max)

Visites par jour (Moy / Max)

janv-10

1175

2 013

64/135

37/50

fev-10

1134

2 121

75/149

40 / 56

mars-10

1338

2 350

75 / 165

43 / 70

avr-10

1254

2 032

67 / 112

41 / 57

mai-10

1159

1 921

61 / 93

37 / 57

juin-10

1068

2 129

70 / 562

35 / 62

juil-10

1108

1 782

57 / 212

35 / 53

aout 2010

1 276

2 150

69 / 217

41 / 81

sept-10

1 478

2 185

72 / 111

49 / 74

oct-10

1 563

2 893

93 / 391

50 / 97

nov-10

2 214

4 478

149 / 818

73 / 164

dec-2010

1 767

3 096

99 / 333

57 / 74

TOTAL

16534

29 150

 

 


04/01/2011

2011

 

roquebrune 2010 511.JPG

 

 

 

Que pendant les 365 jours de 2011,


vous soyez sur une autoroute de santé et ainsi profiter des petites routes de tous les bonheurs du monde et  de l’amitié.

 

28/12/2010

Cure de jouvence à CAGNES/MER

 

Ecomusée.jpg

En ce dimanche matin, l’Azur, chère à cette côte méditerranéenne, a pali. Il est remplacé par la fraicheur et le gris automnal, mais rien ne refroidit le moral au beau fixe de la cinquantaine de participants. 

IMG_6136.JPG

Deux ou trois perlés du petit cube, il n’en faut pas plus. La fièvre est très communicative, un peu de bouche à oreilles, un peu de publicité et voilà tout ces inconditionnels réunis. Il faut dire que la cure de jouvence est telle, qu’elle se mitonne, coucoune et se prépare d’une année sur l’autre. Tout le monde veut être de la partie.

IMG_6125.JPG9h00, le siège de l’US Cagnes/V.E.C., chemin du travail à Cagnes/mer, se transforme en cours de récréation. Ca piaille, ça se bouscule : « Oh, une chaudron, j’en ai tant rêver » et soudain, la tête blanche devient une tête blonde, les yeux se remplissent de souvenirs. L’instant est mythique : c’est cela la magie du cinquante.

Pour commencer, Café et viennoiseries sont offerts par le club organisateur. Un coup de téléphone pendant le briefing sur le parcours et la sécurité, nous apprend qu’Odile Coursange a perdu la roue avant de son AV3 : ça commence bien !

IMG_6126.JPGAndré et Guillaume Moya viennent de Brignoles dans le Var. Fred Berthaume: « Mon SP 50 de 1960 est gonflé grave : carbu 19,5, tirage rapide, sirette et allumage renforcé ». C’est le minimum requis pour ce grand gaillard, aux allures de rugbyman. Tous feux, tous flammes, comme à son habitude, Jean-Louis Péniguet a rangé outils et pique-nique dans une remorque attelée à son AV 99. Le plus jeune, Raphaël, six ans, s’assiéra sagement derrière sa maman qui pilotera une Motobécane SP 94 TT. Yvette Perroton n’a pas de 49,9. Ce sera sur une très belle Honda CD 125 de 1969 qu’elle fera la balade.  

Paul Navarro, en Delahaye de 1928 et Alain Stevanazzi, dit « Peau de vache » en estafette bleue se chargent de l’assistance.

La traversée de Cagnes sur Mer, ne passe pas inaperçue. Les passants d’abord médusés, sourient et font de grands gestes. En ce dimanche matin, les cyclistes sont en nombre. Et dans la montée de  La Colle sur Loup, Vence, la lutte est âpre. Heureusement, plusieurs haltes ont été ménagées. Ouf un répit, Eric Nogués est peu habitué à propulser son Solex 2200 à la force du jarret. Francis Fournier ne fait aucun effort, il laisse faire le Solex 5000, héritage de son papa.

Saint Jeannet et La Gaude, une pause au marché Italo-Provençal, nous permet de prendre le temps de goûter et d’acheter les produits des deux côtés de la frontière (fromage, saucissons, porchetta), et admirer les évolutions d’une montgolfière.

IMG_6133.JPGAu VEC, tradition oblige, pas de sortie cyclos sans entracte culturelle, l’écomusée vivant de La Gaude sera cette étape. il est consacré à la faune et à la flore du Midi méditerranéen. Il est composé d'un vivarium présente insectesamphibiens et reptiles, principalement originaires du Sud de la France, ainsi que d'un petit jardin de plantes méditerranéennes à l'extérieur, où sont aussi aménagés quelques enclos pour reptiles de la région (couleuvreslézards, tortues terrestres).
Sa vocation est de faire connaître la nature de Provence et Côte d'Azur, en particulier les animaux les plus méconnus et méprisés (reptilesinsectes...), et de sensibiliser le public à leur rôle écologique et à la nécessité de les protéger.
Après une restauration rapide tirée du sac et la visite commentée de ce musée, la descente vers Cagnes sur mer n’est plus qu’une ultime formalité. 

 

QUAND : 2ieme dimanche d’octobre
QUOI : Sortie cyclos
COMBIEN : Café de bienvenue gratuit, visite de l’écomusée de La Gaude gratuit et le repas est tiré du sac
PAR QUI : US Cagnes/Véhicules d’époques 

                          20-22 chemin des Travails
        
                 06800 Cagnes-sur-Mer
       
                  04 93 07 34 06         

Organisateurs.JPGA gauche, Francis Fournier, responsable des organisations motos et Albert Taschini, Le Président : « Sur deux, trois ou quatre roues, à l’US Cagnes/Véhicules d’époques, la Collectionnite aigue a frappé. Nous participons à la journée nationale du vélo, au salon motos et scooters de Cagnes/mer, et depuis cinq ans, nous organisons cette sortie cyclos. Il faut signaler surtout l’esprit de camaraderie et d’amitié dans lequel tous les participants se fondent sans aucune réticence. Cette manifestation, débutée en catimini, prend chaque année de l’ampleur. Elle est victime de son succès. Va-t-il falloir limiter le nombre de participants ? ».
 

Photo n°1.JPGDépart de l’équipée sauvage.

 

 



Photo n°2.JPGEn toute quiétude, Gérard Dalichamp -Italjet Pack2 de 74- et Jean-François Boschel –Motobécane AV50- font cosette dans la montée sur Saint Paul.

 

 

 


Photo n°3.JPGHabitué aux grosses cylindrées, Eric Noguès pédale fort pour propulser son Solex 2200

 

 


Photo n°4.JPGVenu de Brignoles dans le var, Guillaume Moya nous fait admirer son AV 79 son 1960.

 

 

 


Photo n°5.JPGUn peu surpris, Bernard Andreu sur sa SP 94 TT E de 1968.

 

 

 



Photo n°6.JPGGrand sourire, Véronique Malencher est très a l’aise sur son AV 44.

 







Photo n°7.JPGL’AV 88 de Georges Stoppa possède ses pare jambes.

 







Photo n°8.JPGLe bonjour de Thierry Comodini sur Solex 3800 Motobécane.

 







Photo n°9.JPGDenis Charbonnier qui pilote un Peugeot BB 2 de 1961, n’a pas hésité sur les accessoires, panier, casque et lunettes d’époque, cela fait plus vrai 

 




 

Photo n°10.JPGQue d’empressement, une dame en difficulté, trois hommes a son secours.

 





Photo n°11.JPGRegarder la superbe Honda CD 125 de 69 d’Yvette Perroton.

 







Photo n°12.JPGJean Louis Péniguet a attelé son AV 98

 






Photo n°13.JPGLionel Nivert et son SP 89 de 68.

 

25/11/2010

De la très belle mécanique à ROQUEBRUNE CAP MARTIN

 

IMG_3519.JPG

De la très belle mécanique et du monde, le rassemblement de Roquebrune Cap-Martin est une grande étape dans le calendrier de la moto ancienne du le Sud-est de la France.

 

 

IMG_3525.JPG

 

Carton plein, cent soixante dix participants, la liste était close depuis près de quinze jours : LE GRAND SUCCES. Chaque année, l’engouement est de plus en plus fort.

André Mazzoni, le Président du Club Motos et scooters de Roquebrune Cap-Martin ne cachait pas sa satisfaction : « L’an prochain, les engagements seront sur le site du club à fin mai ».

IMG_3455.JPGSamedi matin, sur la place de la république, c’est l’effervescence. L’attention se focalise en fonction de l’arrivée des machines. Parmi les premiers, l’AJS 18 CS de 51 d’Alain Ghetti est superbe dans sa robe noire et ses chromes rutilants, dans un autre genre, la Norton 99 de David Bernard en impose par sa force tranquille. Avec la 500 Gilera VTS de 37 de Stefano Pracca, la 500 Moto Guzzi Falcone de 60 de Orlanda Reale ou encore la très rare Moto Guzzi GTW de 46 de Paolo Merano et le rouge est mis. A quelques kilomètres de la frontière, les italiens se sont déplacés en nombre. Les transalpins ont adopté depuis bien longtemps cette couleur vive. Autre curiosité, la 500 Saetta à moteur Jap de 38 d’Egenio Bertoldo : « Entre les deux guerres les petits assembleurs étaient légions dans le Piémont et les machines se construisaient à très peu d’exemplaires ».

Le départ est donné à 9h00, direction Gorbio, Sainte Agnès au dessus de Menton, pour rejoindre le col de Castillon, les petites routes empruntées ne sont pas une sinécure. La 500 Raleigh d’Yves Rinaldi un peu engorgé par ne long séjour au garage retrouve doucement son rythme de croisière. Au col Saint Jean, un regroupement salutaire est le bien venu avant d’attaquer le col de Braus. Costume cravate, Jean Do commémore la victoire d’un Bernardet dans le Trophée Internationale de Monaco. C’était en juin 1950, il y a juste cinquante ans, mais la pente est raide et son C50 chauffe, provoquant un début de serrage.

IMG_3457.JPGLes six membres du Vespa Club de Charleroi en Belgique profitent de leurs vacances sur la côte d’azur : plage et deux roues. Dominique et Michelle David, de la région nantaise, ont dessiné leur itinéraire de vacance en fonction des rassemblements de motos anciennes. La semaine prochaine, ils promèneront leur 350 Matchless G3L à Malaucène dans le vaucluse. Le mosellan Dominique Dorlet n’est pas rassuré : « J’ai un peu la frousse du vide. Je pilote ma Motobecane C4S en regardant droit devant ».

Le repas est pris au col de Turini, lieu mythique du rallie de Monaco. Dans la salle du restaurant, des photos dédicacées retracent quelques faits de légendes. Puis nous descendons vers Moulinet, un coup d’œil plus que furtif en direction de Notre Dame Menour, une chapelle romane du XIIième siècle et nous voilà dans les clues qui amènent à Sospel, puis le retour sur Menton. Un repas, suivi d’un bal clôturera cette belle journée.

IMG_3576.JPGDimanche matin, de nouvelles têtes sont venues se joindre au cortège. Jean Luc Pontis est en grande discussion avec le précédent propriétaire de son 350 AJS Modèle M6 de 1929. Yves Azam en a profité changer de monture. Hier, il se déplaçait sur une Magnat Debon type NMS de 28, aujourd’hui une MGC M3 de 1932. Aujourd’hui, un programme court, soixante kilomètres nous conduira au hameau de Torri sur la commune de Vintimille en Italie. Le 175 Gilera sport ne mènera pas son propriétaire, Claudio Parodi, au terme de la balade, panne d’allumage, dernière galère de la manifestation.

L’hospitalité italienne n’est pas un vain mot. Ils avaient préparer pour deux cent personnes une spécialité les « Barbajuan », des raviolis frits farcis aux blettes et à la pomme de terre, un véritable délice.

 

 

 

QUAND : le dernier week-end de juillet

OU : Dans l’arrière pays mentonnais et italien.

COMBIEN : 50€ pour le week-end, comprenant les 2 repas du samedi et le petit déjeuner et le repas du dimanche.

PAR QUI :  Motos & Scooters Anciens de Roquebrune Cap Martin

                     Hôtel de Ville – 06190 Roquebrune Cap Martin

                     Tél. / Fax. 04 93 57 06 58

                     www.motoscootrcm.net

                     e.mail : infos@motoscootrcm.net

 

Photo n°1.JPGAmandine vous présente la moto de son papa, une 350 Terrot HD de 36 à boite 4.

 

 

 

 

Photo n°2.JPGPhoto n°2bis.jpgJean Do : un clown ? Non : UN ARTISTE aux multiples facettes. Il est l’auteur de la plaquette souvenir du 16ième rassemblement Roquebrunois. Cheville ouvrière du Club Ydral France, il voulait commémorer, cette année, les 50 ans de la victoire d’un Bernardet C50 à moteur Ydral dans le 2ieme Trophée International de Monaco les 23/24 & 25 juin 1950 en costume cravate pour faire « plusse » vrai.

Il est aussi l’organisateur du « BSB national rally » ou « Bubblecars et scooters en bourgogne » qui aura lieu les 28 & 29 aout 2010. 

Photo n°3.JPGDominique Dorlet, 63ans du club d’Amnéville en moselle et sa 350cc Motobécane type C4C de 1935, signe particulier : n’a jamais acheté de motos. 

« A 16 ans, le démon de la mécanique me titillais. Lors de mes déplacements dans ma campagne natale, je remarquais bien vite les deux roues abandonnés. Avec assentiment des propriétaires, je ramenais mes trouvailles dans les dépendances familiales sur une remorque tractée par ma mobylette.

Certaines remises en route rapidement me permettaient de sillonner les sentiers forestiers à la recherche de gibier.

Dans les années 70, il m’a fallu partir sous d’autres cieux. Depuis six ans, je suis revenu à la maison de mes parents. J’ai rouvert la grange aux souvenirs et les trésors mises aux secrets sont réapparus : 800cc Gnom & Rhone AX2 de 38, Indian de 17, Terrot RSSE RGAS, certaines en piteuses états mais maintenant j’ai du temps ».

Photo n°4.JPGMot de l’Organisateur :

Cette année le rassemblement de Roquebrune Cap-Martin rend hommage à notre ami, le photographe et caméraman, disparu tout dernièrement : Alain Meneuboeuf, concepteur des films de notre manifestation. Alain Francis et Francis ont tenu à poursuivre le chemin et l’œuvre d’Alain.

Je tiens aussi à remercier les participants pour leurs précocités lors des inscriptions. Cela a donné lieu à un regain d’intérêt, de nouvelles têtes sont apparues. Des belges, des hollandais, un gros contingent d’italiens et des français venus des quatre coins de la France donne une direction européenne à cette réunion.

Photo n°5.JPGVenant du pays nantais, Dominique & Michelle David sur 350cc Matchless G3L de 41

 

 

 

 

 

Photo n°6.JPGTous premiers tours de roues de la 350cc culbutée AJS, modèle M6 de 1929 depuis restauration de Jean luc Pontis.

 

 

 

 

Photo n°7.JPGPour suivre les aventures de Papy Rumi au Cap Nord : sur google, tapé « papy rumi »

 

 

 



Photo n°8.JPGYves Rinaldi au guidon de sa 500cc Raleigh HM de 1930

 

 

 


Photo n°9.JPGLe Vespa Club de Charleroi en Belgique, au centre son Président Alain Warnom, à sa gauche Cedric Cayphas le Vice Président et à sa droite Alberto Génovése son trésorier.

 



Photo n°10.JPGPour Olivier Roger et sa 350cc Magnat Debon BLB de 1933 à boite 4 (option d’époque) s’est un long fleuve tranquille.

 

 

 


Photo n°11.JPGUn hollandais en vacance, Michel Fritz et son 600 Ariel à soupapes latérales attelé à un side Steib.

 

 


Photo n°12.JPGUn grand signe motard et la jambe levée, Alain Ghetti nous fait admirer le moteur de son 500 AJS 18CS de 51.

 

 

 


Photo n°13.JPGEn Vespa et sur la Côte d’Azur on est vraiment heureux.

 

 

 


Photo n°14.JPGYves Azam pilote la 500 MGC (Marcel Guiget Corbeil) M3 de 32.

 

 

 



Photo n°15.JPGJean Luc & Christine Rieumal sur 600 Ratier C6S de 61.

 

 

 



Photo n°16.JPGArrêt repas à Torri, hameau de Vintimille en Italie.

 

 

15:20 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |

02/11/2010

VIème Tour de l’arrière pays Grassois


IMG_5967.JPG

Soixante dix équipages ont choisi l’air tonique et vivifiant du programme de l’Amical Motor Club de Grasse, une journée hors des sentiers battus et de la culture « béton » de la Côte d’Azur.IMG_5970.JPG25° la veille, aujourd’hui des gelées blanches, le climat du haut pays grassois est pour le moins contrasté. Chaud l’été, froid l’hiver, il reste le printemps et l'automne humides grâce à quelques jours annuels de précipitations méditerranéennes très intenses c’est le moment propice à la découverte de ces paysages somptueux.
IMG_5976.JPGL’Amical Motor Club de Grasse » de Daniel Ollivier n’est pas sélectif : deux ou trois roues et un moteur pouvant effectuer cent trente kilomètres : « L’an dernier, nous avons organisé le championnat FIM SPEA de Trial à Isola 2000 mais notre plaisir est la moto sous toute ses formes : pas de restriction. Donc un panel très large, du 50 au 1000, de la récente à l’ancêtre, ce qui compte est de se faire plaisir ».
10h00, les départs sont échelonnés, les Mobs s’élancent en premier et les gros cubes ferment la marche. Dans la montée du col de Bleine, le regroupement est quasi général. Doucement mais sûrement, la doyen, une 250 Terrot type OS de 32 piloté par Guy Oddou du club « Les vétérans Alpins » de Serres dans les Alpes de Hautes Provence avale les côtes. Didier Le Gal a abandonné son anglaise favorite pour une Honda 125 CBS : « Elle fonctionnait très bien, j’ai touché et maintenant : ça cafouille ».
IMG_6021.JPGLa route très étroite serpente et virevolte dans les forets de chênes. Soudain au détour d’un virage, on aperçoit comme un grand coup de sabre dans les falaises du Mont Saint Martin : la clue d’Aiglun. Très étroit, enserré dans des parois de deux cent mètres de haut, ce beau parcours de canyoning est réputé pour être l'un des plus aquatiques de la région.
Fou de Bultaco, Georges Bagnini a décidé deux champions des années 70 à se remettre en selle : Pierre Paris et Patrice Galiana. Suite à un souci d’embrayage, la 200 Metralla de 62 de Pierrot, finira dans le camion balai. Nos terreurs partageront la même monture pour clore la balade et à voir leurs mines réjouies, ils ont pris du bon temps.
Une petite collation nous est servie à Ascros, un village est Perché à 1145m d’altitude. Il nous offre un panorama hors du commun : le Mont Agel, Gréolière les neiges, la vallée de l’Estéron et des premiers sommets alpins. 
IMG_6058.JPG
 Le chemin du retour, Brianconnet, la clue de Saint Auban, à fond les manettes, sur sa mob. AV88, Jean-Philippe est très à l’aise, et pour cause il est Vice champion de France Open de Trial en 2008 et a fini 15ème du championnat du monde jeune en 2005. Il est la troisième génération de Lerda licencié à l’Amical Motor Club de Grasse.Comme il se doit, la réunion se termine par un banquet ou
l’amitié et le trait d’union.
IMG_6098.JPG

 

 

 

OU : Andon et le haut pays Grassois
QUAND : Fin septembre/Début octobre
COMBIEN :

 

 

Photo n°2.JPG

Au guidon de son triporteur Peugeot, Nicolas Cossano, dit « Coco » se dépêche. Il va être en retard pour livrer le lait.

 

 



Photo n°3.JPG

Motobécane ou Peugeot, du 50 à la pelle, en partant de la gauche Amandine Stéfanacci, Jean-Philippe Lerda, Alain Migliore et Michel Regoli.

 

 



Photo n°4.JPGVenant du club « Les vétérans alpins » de Serres dans les Alpes de Hautes Provence, Jean Allain devant sa Motobécane LT3 de 80, le dernier modèle sélecteur à gauche.

 

 



Photo n°5.JPGEntre José et Sylvie Fillippi, la petite chienne Noisette profite de la balade sur l’Ambassador à moteur Villers.

 

 



Photo n°6.JPGDidier Capdeville pilote la 125cc Peugeot de 1949 de son grand-père.

 

 



Photo n°7.JPGPromenade en famille, Bernard Franco et son fils Jean sur une superbe Norton commando 850.

 

 


Photo n°8.JPGFondu de Bultaco, Georges Bagnini (à droite) a convaincu les terreurs des années 70, Pierrot Paris et Patrice Galiana de remonter en selle. Patrice, au centre, a conservé son casque au bol aux couleurs du Centaure Club de Nice : SON trésor.

 



Photo n°9.JPGMagnifique restauration de la Triumph 5T de 1949 de Jean-Louis Siron.

 

 



Photo n°10.JPGLa plus ancienne machine de la sortie, une Terrot 250 lat. type OS de 1932 de Guy Oddou.

 

 


Photo n°11.JPGPère & fils Le Dentu, Gérard sur un 125 Honda SL de 75 et Cédric sur Motobécane AV 89 de 68.

 

 

20:47 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

26/10/2010

Autodrome d’Ospedaletti


IMG_4766.JPG

Sur les bords de la méditerranée, dans un décor de rêve, les palmiers et un ciel lumineux, les tifosis célèbrent le culte de la belle mécanique et du campionissimo. Une vraie recette à succès. Que le spectacle soit, et le spectacle fut.

IMG_4787.JPG

Ospedaletti,  la ville des roses sur la « Riviéra del fiori », entre Vintimille et San Remo à une quinzaine de kilomètres de la frontière française et de Menton, organisait en ce début d’octobre son vingt quatrième trophée motocycliste. Cette manifestation est un circuit urbain qui était considéré à l’époque, parmi les plus difficiles, d’une longueur de 3,380km et dont la grande particularité est de mettre le public à la portée de ses grands champions. L’accès est gratuit et profite à cette jovialité bonne enfant.

IMG_5308.JPGPour mise en bouche, dés le vendredi soir, à l'auditorium municipal, Le Roi Giacomo Agostini est venu présenter et dédicacer le livre « Quinze fois », écrit en collaboration avec Luca Carrière.

Samedi matin, par petit groupe, les participants arrivent au contrôle des machines. Corso Régina Margarita, la voie centrale de la cité, se transforme doucement en hall de spectacle. Les motos sont rangées sous des barnums et les hommes font cosette.

La couleur dominante : le rouge. Sous le barnum du Lambretta Club d’Italie, une bombe à exploit, un passionné explique : « C’est le scooter qui a permis d’établir le record de vitesse à 201km/h en 1951,  piloté par Ferri et Poggi. Il est la propriété de la famille Pannini ( Vous savez, celle des petites images). L’ingénieur, Luigi Cassola, le responsable de ce projet, aujourd’hui âgé de 91 ans, va prendre part à la parade. En 2008, il pilotait le tout premier modèle de la firme, et cela allait doucement mais il a fait des progrès en conduite alors… on lui prête un type C, Compétition ».

IMG_4803.JPGLe Club Motos et Scooters de Roquebrune Cap-Martin, là en voisin, présente quelques motos des plus anciennes du plateau, notamment une Terrot, type GSS à moteur 350 JAP et boite Burman 3 vitesses de 23. Claude Caucal roulera sur un 350 Jonghi de 34 remonté par Jean Nougier. Des ibériques, José Ruiz-Thiery et Juan Félix Cid font admirer deux merveilles à refroidissement liquide, une 600 Scott TT, 3 vit. de 1930 et une 250 Bultaco officiel d’usine de 68, au guidon de laquelle Salvator Canellas s’illustrât à Assens et à Montjuïc cette année là.

Rencontré dans les allées, Gérard Cornet, (Kawasaki 500 H1R de 70) devise : « En France, à force de réglementations en tous genres (pollution ou normes anti-bruits), il faut faire des kilomètres pour trouver un circuit disposé à accueillir des machines strictement d’origine mais d’un autre temps. Faut-il donner un coup de pied à notre passé industriel ? Faut-il aller tourner dans les anciens pays de l’Est ?».

Le soir venu, sous la tutelle d’un présentateur, l'auditorium municipal se transforme en joute oratoire entre amis du Continental Circus : Giacomo Agostini, Marco Lucchinelli, Gianfranco Bonera, Roberto Galina et biens autres. Ce débat est suivi d’un buffet-repas dans les jardins du parc à l’ensemble des participants. Et la fête ne s’arrête pas là, de petits orchestres vont mettre de l’ambiance aux quatre coins de la commune jusqu’à une heure très avancée.

IMG_4883.JPGTôt le matin, le public arrive et commence à contempler ces œuvres mécaniques. Souriant et détendu, Monsieur Ubaldo Elli ou Monsieur MV attend : ses monstres sont au paddock.

Très vite, Minarelli, Kreidler, Demm, Romeo, Derby entre en scène et font entendre leurs bruits de crécelles. Merveille d’un circuit citadin, les sons, renvoyés de façade en façade, en fonction des séries et de la cylindrée vont se renforcer, s’amplifier pour atteindre leurs paroxysmes au moment de la parade des « Campionissimos ». La foule en délire les acclame. On parlera d’adoration, de ferveur ou de dévotion. C’est comme cela, chez nos amis transalpins, les « Légendes » sont vénérées à l’image des dieux. Bouquets de fleurs et jolies filles, rien n’est trop beau !

Sur son « Aer-max », Jacques Lapeyre, un gersois, m’en perd pas une miette : « C’est une première, et je ne regrette absolument pas mon engagement dans cette aventure. Pour le roulage ce n’est pas terrible, mais pour l’ambiance et l’accueil autant des pilotes que du public c’est sensationnel. Côtoyer les grands champions qui m’ont fait rêver, je suis au paradis ».

 

OU : OSPEDALETTI (Italie), entre Vintimille et San Remo
QUAND : Tous les deux ans
COMMENT : Machines de compétition avant 72 sans frein à disque.
QUI : Mairie d’Ospedaletti (Italie)
            Via XX Septembre, 34
    18014 OSPEDALETTI
    circuito@circuitospedaletti.it
            http://www.circuitospedaletti.it/

 

 

CIRCUIT

Les premiers vrombissements de voitures en compétitions sur ce circuit urbain débuteront en 1926. Après guerre, la compétition va reprendre. Les marques Fiat, Maserati, Ferrari, Alfa Romeo, Talbot,.. vont en découdre sur quatre roues. Alberto Ascari et l’argentin Juan Manuel Fangio en cueilleront les lauriers. Nous sommes aux balbutiements de ce qui deviendra la formule 1. Pour cause de sécurité, les voitures déserteront la place en 51.

A l’origine, en 47, les Trophées motocyclistes sur autodrome d’Ospedaletti/San Remo se déroulaient sur 250 et 500cc, d’autres catégories s’ajouteront au file du temps. A Francisci (250) et Bandirola (500), les premiers lauréats, succéderont Lorenzetti, Provini, Taveri, Villa, Phil Read, S.Herrero, Renzo Pasolini : Que du grand monde de la moto ! Le dernier Grand Prix eu lieu en 72, ultime vainqueur : Giacomo Agostini.

Photo n°1.JPG

On patiente avant le départ.







Photo n°2.JPG

Monsieur Ubaldo Elli le grand collectionneur de MV au milieu de ses machines.

 









Photo n°3.JPG 3 fois Champion du monde en 50 et 125, Eugenio Lazzarini est toujours aussi véloce sur son 125cc Piovaticci Grand Prix.








Photo n°4.JPG

En abordant un virage, Giovanni Bucchi, sur 600cc Scott, Flying Squirrel à refroidissement liquide de 1928, donne un coup d’œil rapide sau le changement de vitesses.






Photo n°5.JPG

Franck Moureau sur Norton « Bernard Feuiltaine » de 46.







Photo n°6.JPG

Une bulle d’émotion pour les deux frangins, Richard à gauche et Didier De Choudens devant la 350 Ducati Mach3 de 70. Tout gamins, dans les années 1966/67, leur père Jean-Jacques les amenait voir courir les grands champions sur ce circuit. Beaucoup de souvenirs




Photo n°7.JPG

Impressionnant le carénage intégral de la 250 Mondial Compétition de Bruno Taglioretti.






Photo n°8.JPG

Antonio Frigerio pilote la 250 à compresseur Moto Guzzi de 39.







Photo n°9.JPG

Hommage aux grands Champions.







Photo n°10.JPG

En grande discussion, de gauche à droite Marco Lucchinelli, Gianfranco Bonera, Giacomo Agostini et Ubaldo Elli.






Photo n°11.JPG

Jean-Luc Borgetto envoie la sauce au guidon de son 125 Honda CR93 de 62.






Photo n°12.JPG

Sebastiano Marcellino au commande du 350 Moto Guzzi G.P.







Photo n°13.JPG

Vu dans les paddocks, une ibérique du pilote de G.P. Gracia Samper César la 125 Lube à moteur NSU modèle Renn de 64.






Photo n°14.JPG

Renato Corno sur Matchless G50 de 61






 

Photo n°15.JPG

En tête en sortie de chicane, le 50 Sprint 4 vitesses Benelli de Vittorio Bellan alimentation rotative avec deux carburateurs de 19.






Photo n°16.JPG

Pour l’ouverture de course, un vrai policier sur une vrai ancienne.







Photo n°17.JPG

250 Bianchi, modèle Freccia Oro pour Agostino Cazzani.






 

Photo n°18.JPG

Renzo Jr Pasolini sur Benelli 500 G.P.







Photo n°19.JPG

L’ingénieur de Lambretta, Luigi Cassola, 91 ans sur un Lambretta type C, artisan du record du monde à 201km/h.








Photo n°20.JPG

Luca Gozzini sur 350 Aermacchi Ala d’Oro de 68.







Photo n°21.JPG

Alain Ghetti sur 500 Norton 88 de 1955







Photo n°22.JPG

David Bernard sur Triumph T100 de 58 avec Kit racing.







Photo n°23.JPG

Roberto Gallina, 180 courses de G.P. entre 1960 et 75 sur Yamaha 250 ex.Phil Read de 1970.




Photo n°24.JPG

Superbe T250 Suzuki de 1969 de Michele Cilli.

 

05/10/2010

Le Barjoteam au Luc en Provence

  Texte original de l'article paru dans LVM (La Vie de la Moto) n°626 du 30 septembre 2010IMG_4089.JPG

Dur, dur, les temps sont durs. Va-t-il falloir conduire nos petites vieilles dans une maison de retraite appelée : « musée ». Mais ne vous en faites pas, on les sortira pour les grandes commémorations ou à de grandes réunions d’anciennes combattantes. 
  IMG_4204.JPG

 Par une belle journée d’août, y a du soleil et de la chaleur, les ingrédients essentiels sont réunis le roulage peut commencer. Mais,…avant toute chose, l’épreuve du sonomètre, un teste éprouvant qui mets les nerfs à vif. La tache est dévolue aux les pompiers de service chargés de la sécurité sur le circuit. Loin d’éteindre le feu, ils l’allument.      

 

IMG_4399.JPG

Les recalés sont nombreux, notamment une machine d’usine construite à 6 exemplaires, la 500 Eso de Grand Prix de 58 de François Massa : 102dbs au lieu des 100 réglementaires. Certains démontent rapidement les pots d’échappement et compriment un peu plus de laine d’acier pour faire bonne mesure.

 

 

Sébastien Vinoy n’a pas ce problème, sa Suzuki GS 1000 Yoshimura est de conception plus récente : « A force de tourner et virer, j’ai fini par trouver l’arbre à came, la culasse et l’embrayage spécifique. Cet automne, elle va recevoir ces dernières pièces qui la rendront conforme à l’origine ».Fabrice Lab, un ancien de l’Afamac 95, vient du Doubs avec son camping-car : « Pendant les vacances, je suis itinérant et je fais ce que j’aime. Ma 750 Suzuki TR sur la remorque, je me suis concocté un parcours sur le thème de la moto».

IMG_4121.JPGEn milieu de matinée, en détournant la vigilance des cerbères, Michel Rovera prend la piste sur une bruyante 250 Gauthier à moteur Sachs 7 vitesses de 77 adapté dans un cadre de GA2 125. Jean Claude Gauthier en aurait construit 3, celui-ci serais le numéro 2 : dixit François Lejars, un spécialiste éclairé du Club Gauthier France. Le Piémontais, Alfio Marino va en faire de même avec sa 250 Mondial, 5 vitesses de 56 : « C’est le dernier modèle » affirme son propriétaire. L’italien, fer de lance de la montée à Montémale dans la région Cunéo est venu là avec dans son sillage un fort contingent de transalpin.

Engagé dans des courses en Hongrie et en Allemagne, Patrick Guibert est là pour tester de nouveaux carburateurs qu’il vient de monter sur sa 750 Weslake à cadre Seeley.

Les arrêts aux stands sont nombreux. Heureusement, l’atelier Dual-Mano de Fréjus a fait le déplacement et la Harley WLC d’Aldo De Tenao va subir un dégraissage son embrayage.

En début d’après midi, un accident grave nécessitera un transport en hélicoptère vers l’hopital Sainte Anne de Toulon. Une petite pluie pernicieuse, transformant le circuit en patinoire, achèvera définitivement de refroidir les ardeurs belliqueuses.IMG_4253.JPG

 

 

OU             : Circuit du Luc en Provence

QUAND     : le 02 Aout 2010

COMBIEN : 90€ les 5 séances de 20mn

PAR QUI   : BARJOTEAMPAMBOUM 

                     20, avenue des pins

                     06 VENCE

                     Tél. :04.93.24.01.14

                     Barjoteampamboum@laposte.net

 

 

 

 

 

Organisateur.JPG

Christian Pétard, Président de l’association BARJOTEAM : « Depuis un an, le circuit du Luc en Provence applique des normes antibruit. Rien de plus naturel puisse que : « La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres ». Mais avouez quand même que cela est éprouvant. On peut juste faire un parallèle avec le citadin qui vient s’installer à la campagne, et intente une action en justice et gagne le droit de tordre le cou du gallinacé de son voisin qui le réveille tôt le matin : une grande victoire. Avec cette histoire, une dizaine de possesseurs de grosses cylindrées de course complètement d’origine comme des Triumph ou Norton des années 70 ne sont pas venus : impossible de rouler ».

 

Photo n°1.JPG

En piste.

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°2.JPG

Fabrice Lab sur Suzuki TR 750 de 1972

 

 

 

 

 

 

Photo n°3.JPG

Sébastien Vinoy pilote une Suzuki GS1000 Yoshimura

 

 

 

 

 

 

Photo n°4.JPG

Michel Rovera sur 250 Gauthier (3 exemplaires de construits).

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°5.JPG

La Harley Davisson WLA de 43 d’Aldo De Tenao est à la peine, derrière Fabien Teychéné sur HD WRTT réplica de 49

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°6.JPG

Pascal Bourgoin et sa BMW 100 RT de 80.

 

 

 

 

 

 

 

  

Photo n°8.JPGPatrice Oerlemans aux commandes de side BM et Beate Procek dans le panier.

 

 

 

 

 

Photo n°9.JPG

Patrick Guibert engagé en championnat en Allemagne, en Hongrie, sur une Weslake 750 à cadre Seeley.

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°10.JPG

Départ d’Alfio Marino sur un Mondial 250 de 56, 5 vitesses (Dernier modèle).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°11.JPG

Yvo Vietto, un italien de Cuneo, sur Suzuki 500 RG.

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°12.JPG

500 ESO, (Tchécoslovaquie) 55ch, 1958 machine d’usine faite pour la course-10 exemplaires- direction le musée, s’est fait recaler au sonomètre.

 

 

 

 

 

 

08:55 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |

28/09/2010

Un Parfum d’ailleurs

  IMG_2940.JPG

 

Cuneo, dans la province du Piémont en Italie, on est si près de la France et si loin par l’esprit, la culture et la façon d’aborder son patrimoine. Une sensation différente de vivre sa passion.

 

IMG_2859.JPG

En descendant le col de Tende, côté italien, la chaleur se fait lourde. L’évaporation de la mer, toute proche forme une brume tenace sur les premiers contreforts des alpes. Direction Borgo San Dalmasso, nous passons tout près de Cuneo, puis Cervasca, et enfin Valgrana. De part et d’autre de la route, des cultures maraîchères contrastent de l’autre culture : « celle du béton de la côte d’azur ».

 

De Valgrana à Montemale, la petite route s’élève et serpente sur deux kilomètres quatre cent. Pour la commune, c’est jour de fête. Alfio Marino, Président de l’Associazione Sportiva “I Balòss” de Dronero, nous accueille avec sa gentillesse habituelle. Les inscriptions se font sur place à la bonne franquette, une centaine de participants motos et quatre sidecars.

IMG_2851.JPGDes invités de marque ont fait le déplacement, deux champions d’Italie Italo Piana (1962), pilotera un 50 Minarelli corsa, Sergio Bongiovanni (1966) une 500cc Velocette Truxon de 1959 et le Tchécoslovaque venu de Brno, Peter Balàz pilote officiel MZ en 75 et Jawa en 76/77, ancien Président de la fédération motocycliste de Tchécoslovaquie de 1998 à 2001.

Bon nombre de pilotes sont venus en voisins Pas de chronomètre, on s’arsouille et on prend le plaisir de faire rouler son patrimoine. Pour une minorité, nous sommes loin des normes drastiques de sécurités pratiquées sur les circuits officiels, ici la compétition motocycliste est un cousin très éloigné. Au diable bottes, gants, blousons, une chemisette fera très bien l’affaire, mais gare ça va brûler… un jour.

On observait un plateau très disparate : Moto Morini, Moto Guzzi, Gilera, Ducati, Minarelli, du 50 à la 1200cc avec quelques machines exceptionnelles construites à quelques unités comme la 175cc Ganna super sport de 53, et Ezio Rena d’ajouter : « compétizione officiale », la 250cc Prémoli course de 32 d’Antonio Giardina avec suspension cantilever ou la Pugliése de Batholomeo Curti concoctée par un mécano de Cuneo sur la base d’un moteur Norton.

IMG_2876.JPGUn habitué des Coupes Motos Légende, Vittorio Mondani a le choix de sa monture, soit une 750 Triumph Rob Noth de 71 ou une 500 GP à cadre Seeley de 68.

Comme l’an dernier, Mauro Giordano a fait parler la poudre sur son 50cc Mi-Val à trois vitesses à main qui lui vient de son père, l’an prochaine se sera avec un Demm.

Jean Michel Ciais sur sa Ducati Pantah est tout étonné : « Je suis venu ici parce que j’ai entendu parler de cette manifestation, mais j’étais loin de me douter de la qualité et du nombre de compétiteurs. La dernière monte, je me mets sur le parcours pour les regarder passer. Je ne veux pas manquer ce spectacle. L’année prochaine, je viens avec femme et enfants ».

 IMG_2885.JPG

 

 

 

OU : En Italie entre VALGRANA & MONTEMALE, à 20km de CUNEO

QUAND : 11 juillet

COMBIEN : 30€ comprenant : l’assurance de FIM, le repas, les souvenirs de la journée.

PAR QUI : Associazione Sportiva “I Balòss” de Dronero.

                            Président : Alfio Marino

 

 

 

 

 

 

Photo n°1.JPGA gauche, Petrer Balàz sur sa 350cc Jawa GP de 75 et a droite, André Mazzoni sur la 500cc Triumph T100 de 1958.

 

 

 

 

 

 

  

Photo n°2.JPGBartolomeo Curti et sa Pugliése, une machine unique conçut sur une base Norton par un constructeur de la région de Cuneo.

 

 

 

 

 

 

  

Photo n°3.JPGClaudio Pietro Praturlon sur Motobi 175cc.

 

 

 

 

 

 

  

Photo n°4.JPGDépart de Pocchiesa Rosso Riccardo sur son 125cc Aermacchi Ala d’Oro.

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°5.JPGAdmirer le magnifique bloc moteur du 500cc Gilera Saturno de Mauro Casagrande.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°6.JPGExceptionnelle la moto d’Ezio Rena, une Ganna 175cc super sport de 53, une compète usine construit à 3 exemplaires. Remarquer les carburateurs de part et d’autre du cylindre.

 

 

 

 

 

 

Photo n°7.JPG250 Moto Guzzi Dondolino pour Gianni Casati.

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°8.JPG1937, construite pour la course à deux exemplaires, la 250cc Prémoli d’Antonio Giardina, suspension cantilever et arbre à cames en tête.

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°9.JPGVittorio Mondani sur sa 750cc triumph Rod North.

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°10.JPGAu départ le champion d’Italie, Sergio Bongiovanni sur sa 500cc Vélocette Truxon de 59.

 

 

22:43 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

08/07/2010

MONACO MOTOR LEGEND

 Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 618 du 08 juillet 2010

 

Photo n°1b.JPGSur le Rocher de Monte-Carlo, un week-end de prestiges et de haut de gamme mécanique.

 

Presque au ras de l’eau, sur le quai Albert 1er, cerné de gratte-ciels et face au port Herculis, là ou sont ancrés les yachts des milliardaires, s’est tenu du 10 au 13 juin 2010 le Monaco Motor Show et Monaco Motor Legend, deux manifestations réunissant les mécaniques d’hier et d’aujourd’hui et pour trait d’union : Le Luxe.

 IMG_2373.JPG

Sonia Thévenet et Bruno Leuci, les organisateurs, sont heureux de la réussite de leurs entreprises. Sonia : « Le Monaco Motor Show existe depuis 2007, mais nous avons monté le Motor Legend en moins de trois mois. Un pari insensé, mais un pari gagné grâce à la bonne volonté et l’alchimie entre les professionnels de la restauration, notamment la carrosserie Lecoq et la société A.C.C.L.C. un vendeur de voitures spécialisé dans le haut de gamme (Delahaye, Talbot, Bugatti,…) et les clubs autant voitures que motos (Les clubs De Dion Bouton, Vedette, la Traction Universelle, le volant de fer,…), un véritable succès ».

IMG_2319.JPGPoint de vue motos, le club « Motos et scooters de Roquebrune Cap-Martin » s’est taillé la part du lion en exposant plus d’une cinquantaine de machines dont une douzaine d’Entretubes. André Mazzoni, son Président, a beaucoup donné de son temps et de son énergie en réalisant une exposition digne de ce cadre prestigieux. Stephano Pracca, un turinois passionné de motos à courroie n’est pas avare d’explications succinctes mais nécessaires pour suivre les différentes étapes de cette évolution : « Les premières courroies étaient en cuir plat ou à lamelles. Elles se détendaient très rapidement et étaient très difficiles à régler, puis viennent les courroies caoutchouc et coton donnant une bonne traction et peu de manutention. La 300 cc Fréra de 1910 à soupapes automatiques que nous avons là et l’une des premières motos répertoriées par l’ASI en 70. Elle porte le numéro 0002. A ses côtés, la 750cc Stucchi bicylindre de 1918 avec son moteur puissant prévu pour être attelé. Pendant le premier conflit mondial, les deux entreprises furent concurrentes directes lors d’attribution de marché pour l’armée italienne. La Clément de 1912 à moteur Mag de 300cc a plusieurs particularités, sa transmission est par chaîne et la mise en marche se fait à la manivelle comme une voiture de cette époque. D’autre part, ce même modèle était commercialisé en France sous l’estampille Clément, en Angleterre sous Royal-Enfield et en Suisse sous Motosacoche. La Triumph 550cc type H est l’une des meilleures motos des années 10. Elle disposait d’un embrayage et d’une boite 3 vitesses. On l’a nommé « Trusthy fidel » rien ne casse ».IMG_2323.JPG

Franck Moureaux est admiratif devant les deux engins de Bernard Feuiltaine, un pilote Havrais des années 35 à 55 : « Au départ, c’est une 500cc Norton à cadre Garden Gate et boite Burman, puis elle passe en 350 à compresseur, a leurs interdiction,elle repasse à sa cylindrée d’origine. Là, elle en est à sa troisième version : culasse en bronze et carburateurs inclinés. Je vais la remettre en route pour courir sur l’autodrome d’Ospedaletti début septembre. Pour l’AJS à moteur Rudge 250cc, les freins sont taillés dans la masse. Elle a fini 1er à la côte de Lapize en 51 et 52. Tu peux dire dans LVM que je suis à la recherche de toute documentation sur ce personnage hors norme : un autre Nougier, du vrai travaille d’artiste ».

Maserati, la réputation de la marque au trident sur quatre roues n’est plus à faire mais peu connaisse sa production de deux roues. Le club Maserati France exposait un prototype 175cc de 1955.

Si Le Luxe était d’enrichir ses connaissances autant humaines que techniques, alors se fut un week-end de LUXE.

 

 IMG_2342.JPG

OU : à Monaco, sur Le port Herculis

QUOI : Exposition de voitures et motos de prestige et de luxe

QUAND : du 10 au 13 juin 2010

COMBIEN : 9€ l’entrée

PAR QUI : WELL COM Monaco

                   Le château d’Azur

                   44, Bd d’Italie

                                               MC 98000 MONACO

                                               Tél. : +377 97 98 04 12

 

 

 

Photo n°2.JPG

André Mazzoni, Président de Motos et Scooters de Roquebrune Cap-Martin sur un très rare scooter italien Piatti, 125cc de 1956.

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°3.JPG

Une Maino de 270cc de 1910, petit assembleur qui disparu après la première guerre.

 

 

 

 

 

Photo n°4.JPG

Jean Paul Corbier, secrétaire et webmaster du Club Ydral France et sa Follis : « Le club YDRAL France a été créé en 1990 par quatre passionnés du sud de la France, amoureux des véhicules anciens, et en particulier de ceux mus par un moteur YDRAL. Ce moteur a été produit entre 1947 et 1960 par la société du même nom, créée par Anatole Lardy en 1910. Il a équipé d'innombrables marques de deux-roues (cyclos, motos, scooters), de triporteurs, de voiturettes et même de motoculteurs.
Le club réunit de nombreux amateurs en France, en Europe, mais aussi aux USA et même en Australie. Il s'attache à faire vivre et revivre des machines équipées de moteurs Ydral ».

 

 

Photo n°5.JPG

Peugeot « Paris-Nice »350cc de 1914 et Terrot Motorette N°3 de 311cc de 1914.

 

 

 

 

 

Photo n°6.JPG

Détail du moteur et courroie de l’Alba un 350cc 4 temps de 1919.

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°7.JPG

Franck Moureaux derrière l’AJS à moteur Rudge 250cc de 1942 de Bernard Feuiltaine.

 

 

 

 

 

 

Photo n°8.JPG

Un fada du petit cube, Gianni Mostosi a participé au guidon de sa Moto Guzzi, moto légère ou « Guzzino »de 65cc type B de 1952 au Moto Giro 2007, 2008, 2009 et deux Milan-Tarrente environ 10 000km : « Je pourrai faire tout cela avec une grosse moto mais cela ne m’intéresse pas. J’aime calculer mes moyennes, entendre et faire vivre ma machine sous le soleil, la pluie, la grêle ou dans le brouillard. Quelques fois, lorsque les montées sont trop rudes, je descends et je pousse. Ma récompense, voir les réactions des personnes âgées venir à ma rencontre et me parler de leurs jeunes temps, c’était une moto très populaire en Italie. Par exemple, des maçons fabriquaient de petit side qu’ils chargeaient pour aller travailler. Une photo parue dans un journal a médiatisé mes exploits, maintenant nous serons sept à participer au prochaine Moto Giro ».

 

Photo n°9.JPG

Au Club Maserati France, que de l’exceptionnel, Olivier Roux, à droite, Président de Maserati Provence nous présente une voiture, la Troffeo light construit à une trentaine d’exemplaires pour commémorer la victoire de Fangio sur le circuit du Nurburgring en 57 et Hervé Bianucci, une moto, un proto 175cc de la marque de 1955 : « Je l’ai trouvé dans une cave en Italie. C’est un 175cc, arbre à came en tête, le moteur ressemble à un Parilla. Il dispose un tambour ventilé et la plaque constructeur porte le N°1001.

Au début des années cinquante, la famille Orsi se partage son patrimoine : fonderie de Modène, l’usine d’automobiles et fabrique de bougie et d’accumulateurs. Voulant se diversifier, le bénéficiaire de ce dernier lot rachète un petit artisan « Italmoto ». Sa fabrication sera commercialisée sous l’estampille Maserati. La gamme va s’étendre du 50 au 250cc, notamment les 50/T2/S et 50/T2/SS à vocation sportive ».

 

Photo n°10.JPG

Quelques modifications de la Norton de Bernard Feuiltaine : carburateurs inclinés sur culasse en bronze.

 

 

 

 

 

Photo n°11.JPG

Eric Musso pose devant l’affiche de la manifestation qui aura lieu les 11 & 12 septembre 2010 sur l’autodrome d’Ospédaletti/San Remo. Il y participera au guidon de sa Terrot type GSS à moteur Jap 350cc et boite Burman 3 vitesses. D’après Le Motocycletiste, il n’en existerait plus que 5 exemplaires.

 

 

 

Photo n°12.JPG

Construite à Milan, la 750cc Stucchi de 1918 a un moteur puissant. Elle est prévue pour être attelée.

 

 

 

 

 

Photo n°13.JPG

Magnat Debon 400cc de 1913.

 

 

 

 

 

 

Photo n°14.JPG

Moto Guzzi Airone 250cc de 1949.

 

 

 

 

 

 

Photo n°15.JPG

Mondial type S, 200cc de 1950.

26/05/2010

COURSE DE COTE DE GATTIERES,

Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 614 du 03 juin 2010
IMG_1771.JPG

1/3 de mécanique, 1/3 de conduite, 1/3 de vitesse mais, mais…nous sommes en Provence alors généreusement on ajoute un grand tiers de passions et d’amitiés. Dans ce cas là les mauvais comptes font les bons amis. 

 IMG_1714.JPG

 Après Carros et Castillon, la Ligue Motocycliste Régionale de Provence organisait la course de côte de Gattières comptant pour son championnat de la montagne. Cent quarante quatre concurrents vont en découdre sur un parcours, long d’un kilomètre neuf cent sur une route légèrement humide et en très bon état.

IMG_1831.JPGDans une épreuve de machines modernes, quelques candidats en classic et post classic sont arrivés par finités.

Huit fois champions de Provence, Jean Paul Lanza (250 Bultaco Metralla), du Moto Club de Nice, connaît les côtes. Depuis plus de trente ans, il écume en un vieux briscard toutes les pentes du midi : « Quand j’ai commencé, on nous donnait des petits papiers avec l’heure et la minute de départ que l’on rendait à l’arrivée. Les commissaires pouvaient alors établir notre temps. L’age d’or des années soixante dix s’est étiolé, les courses se sont fait plus rare jusqu’à s’arrêter. Puis il y a environ une douzaine années cela a repris doucement dans les Alpes Maritimes sous l’impulsion de la Bélugue d’Antibes, en 2010, sept montées sont au programme. Je viens de Cuges les pins avec Didier Milani (Ducati 900SS). Un mordu de Zundapp, Luc Saffer a pris part au premier moto-tour sur un 125 KS, mais aujourd’hui se sera une 350 Yamaha de 1972 au couleur de Kenny Roberts. Gérard Spagli du Moto Club de Monaco est arrivé par la route en chevauchant sa bête une Kawa Z1000, championne de France de rallie routier 2009 : « Peu d’épreuve cette année, alors je participe à quelques courses de côtes, cela entretient les reflex ».IMG_1717.JPG

Jean-Noël Dekrakreni, Yamaha TZ 5F7 de 81 et Christian Maupome, VFR 400, tous deux du club Zone rouge dans le var sont à l’unisson : « Nous nous sommes connus sur les courses en 78, puis on s’est perdu de vu. Il y a quatre ans nos routes se sont recroisées, depuis notre plaisir et de se retrouver la veille de la manifestation pour une soirée pâtes fraîches ou couscous et évoquer les souvenirs ». L’épouse de Jean-Noël, Valérie participe à l’épreuve sur une 250 Kawazaki KR1.

Le championnat Classic et Post classic de Ligue de Provence, une épreuve à une échelle humaine ou l’argent n’a pas encore pris le pas sur les relations entre individus.

 

IMG_1767.JPG

QUOI : Championnat de Ligue de courses de côtes

QUAND : 7 épreuves de mi-avril à fin septembre

COMBIEN : Licence nationale ou à la journée + engagement à l’épreuve.

PAR QUI : LMRP (Ligue Moto Régionale de Provence)
                   Centre de vie l’Anjoly

                  
98, bd de l’Europe
                  
13127 VITROLLES
                        Tél: 04.42.09.72.02

                       
Fax: 04.42.09.72.79
                       
Mail: ligue-motocycliste-provence@wanadoo.fr

 

  

IMG_1720.JPG

 

Résultats de la course de côte de Gattières:

Classic 70

1  RICROCH FABRICE 1:29.042 MC NICE

2  SPAGLI GERARD 1:29.089 MC MONACO

3  DURANTON DIDIER 1:33.519 MC CENTAURE

 

Post Classic 80

1  DEKRAKRENI JEAN NOEL 1:28.852 ZONE ROUGE

2  MARTINI CHRISTIAN 1:32.053 MC CENTAURE

3  ORGEUR DOMINIQUE 1:34.182 MC MENTONNAIS

 

 

Reste à disputer :

Le 06/06, montée du Turini à La Bollène Vésubie

Le 27/06, montée à Falicon

Le 12/09, course de côte nationale « La Rapheline » à Roquebrune sur Argens

Le 26/09, course de côte nationale, finale championnat France à Sospel

 

 

Photo n°1.JPG

En attendant sagement le départ.

 

 

 

 

 

 

Photo n°2.JPG

Fabrice Ricroch a les crocs sur son Suzuki 350 T de 72

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°3.JPG

N°664, Jean Noël Dekrakreni sur TZ 5F7 de 81 et n°663, Christian Martini sur 350 RDLC.

 

 

 

 

 

 

Photo n°4.JPG

Club Pantah, n°678, Dominique Orgeur du MC Mentonnais et Jean Michel Ciais du MC Cannes.

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°5.JPG

Jean Paul Lanza et son 250 Bultaco Metralla.

 

 

 

 

 

 

Photo n°6.JPG

Luc Saffer pilote une 350 Yamaha aux couleurs de Keny Roberts.

 

 

 

 

 

 

Photo n°7.JPG

250 Kawa KR de 85 pour Valérie De krakreni.

 

 

 

 

 

 

Photo n°8.JPG

Jean Noël Dekrakreni sur TZ 5F7 de 81

 

 

 

 

 

 

Photo n°9.JPG

Didier Duranton sur Honda CB 350

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°10.JPG

Didier Milani et son Ducati 900 SS

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°11.JPG

Déhanchement prononcé avec Gerard Spagli sur son Kawa Z1000.

18/05/2010

EXPO-BOURSE ROQUEFORT LES PINS

Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 613 du 27 mai 2010
IMG_1671.JPG

Superbe ! Magnifique ! STOP…Et nous n’en sommes qu’à la quatrième Expo- Bourse de Roquefort Les Pins, gardons en réserve quelques superlatifs pour les prochaines éditions. 

Idéalement placée sur la D507, entre Villeneuve-Loubet et Grasse, la commune de Roquefort Les Pins est le passage obligé entre la mer et la montagne. Tout le long de cette artère principale, le moindre espace libre (places et jardins publics, salle des fêtes) a été reconverti en salle d’exposition.

IMG_1654.JPGPrésent sur tous les fronts de la voiture et de la moto ancienne dans les Alpes Maritimes et au-delà, Nicolas Ventugol se dépense sans compter pour que vive deux fois l’an cette manifestation du « Club Roquefortois Autos et Motos de Collection ». Tous les nombreux aspects de la collectionnite aigu se déclinant sur deux, trois ou quatre roues, sont abordés.

Il y règne une ambiance « cool » et détendue. Les clubs, les professionnels et les particuliers ont fait de gros efforts en présentation et en qualité.

Les motos et la bourse sont regroupées sous la pinède. Dés l’entrée, « l’Amicale des Rétrocyclettes Villeneuvoises » donne le tempo. Son stand ressemble à une cour de récréation. Les grands enfants font mumuses avec leurs joujoux. Du Solex micron au Gitane Testi, de la Dollar à la New Map tous les moyens sont bons pour faire du bruit et s’exciter.

Un peu plus loin, Daniel Imbert, un fanatique de la marque basé à Milwaukee, expose une moto de police et un servicar Harley Davidson type G de 1950.

IMG_1652.JPGA coup sur, la palme de la rareté revient à « Motos et scooters de Roquebrune Cap-Martin » avec une 550cc Triumph à courroie type H de 1915 et une 175 Berneg de 1956.

Côté professionnel, « Old Racer » de Nice soumet à notre curiosité deux Yamaha, une 350 TR2 (ex Christian Bourgeois) qui obtient un record de vitesse en1970 sur l’anneau de Monthlery et une 350 TZ (ex Eric Saul) à cadre Niko Bakker. Dommage peu mise en valeur, elles sont passées inaperçues. Autre Pro. « Legend Motor Sport » de Mouans Sartoux est venu nous faire apprécier son travail de restauration sur une Triumph Speed Twin modèle 5T de 1949.

Sur la bourse, des italiens venus de Turin ont débarqué notamment une Henderson de 1917 (33000€), une Sertum de 1947 (3500€) et une Ariel Square Four (8500€).

 

Une vraie réussite pour les organisateurs, la prochaine expo-bourse se déroulera le 17 octobre.

  

OU : Roquefort Les Pins – 06

QUAND : 18 octobre 2009

COMBIEN : Gratuit

PAR QUI : Club Roquefortois Autos Motos de Collection

                         Tel : 06.68.45.01.92

                         http://www.expo-bourse-autos-motos-roquefort-les-pins.com

 

 

Organisateur :Organisateur.JPG

Nicolas Ventugole : « Nous essayions à chaque manifestation d’amener quelque chose de nouveau. Nous avons fait venir deux sculpteurs François Chevalier et Hervé Nys, leurs créations se concentrent sur les motos et les voitures. Nous sommes en partenariat avec l‘Association Action Friends qui vient en aide à Camille Audibert, sportive de haut niveau (Equipe nationale d’alpinisme) victime d’un AVC.( http://www.wix.com/Action/Friends) »

 

Photo n°1.JPG

Ambiance, au premier plan une 175cc Eugène Christophe de 1923

 

 

 

 

 

Photo n°2.JPG

Gilles Bochand sur son Suzuki 350T, 6vitesses, acheté neuve en février 73 à l’age de 16 ans et 3 mois, 8776Frs à Paris chez Moto Bastille. Elle est toujours 100/100 d’origine.

 

 

 

 

 

Photo n°3.JPG

Au premier plan la 350 Yamaha TR2 de 1969 (ex Bourgeois) qui établit une record de vitesse à Monthlery en 1970, au second plan, la 350 Yamaha TZ (ex Eric Saul) à cadre Nikko Bakker.

 

 

 

 

Photo n°4.JPG

Jean Claude Ondulat, dit « Pépé Coco » est venu de Caussol sur Side BM R50 de 1959.

 

 

 

 

 

 

Photo n°5.JPG

Jean Luc Pontis et sa 500 Norton modèle 18 de 1931.

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°6.JPG

Henderson 1917, 1er modèle boite 3, dernier modèle marque Henderson avant de passer Excelsior : 33 000€

 

 

 

 

Photo n°7.JPG

Sertum 250cc de 1947 : 3500€

 

 

 

 

 

Photo n°8.JPG

Ariel Square Four avec moteur refait et CG Francaise: 8500€

 

 

 

 

 

 

Photo n°9.JPG

Matchless 500cc de 1955 : 3800€

 

 

 

 

 

Photo n°10.JPG

Moteur BM R25/0 : 300€

 

 

 

 

 


 

Photo n°11.JPG

Triporteur Vespa ACMA de 1954, CG normale: 3200€

 



 

Photo n°12.JPG

Hercules 125cc, moteur Sachs 7 vitesses refait de 1976 : 1500€

 

 

 

 

 

Photo n°13.JPG

Exceptionnelle Moto Guzzi 500cc GTW, fabriquée pendant quelques mois en 1948, spécifique à ce modèle : augmentation du taux de compression, culasse et arbre à cames renforcés, jante alu et freins ventilés : 20 000€

29/04/2010

CAGNES/MER:un parcours sans faute

Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 609 du 29 avril 2010
IMG_1536.JPG

 

Environ trente milles visiteurs sur quatre jours, pas de galop d’essai, la mécanique est bien rodée. Dans un salon de motos d’aujourd’hui, le « musée du deux roues » est un pôle d’attraction. L’ensemble des clubs et musée de motos anciennes des Alpes Maritimes contribuent à la réussite de cette événement.

IMG_1540.JPG

Cette année, les principaux axes de présentation étaient « les ancêtres, les entretubes et les BMA », un objectif atteint et dépassé grâce à la mobilisation de chacun.

 

 

Malgré l’exiguïté de la salle des pesages, une soixantaine de machines étaient exposées. Dés l’entrée, une surprenante Ice Track de marque Jawa destinée au course sur glace de Michel Luccani qui fêtait là le trentième anniversaire de son musée à Entrevaux, de l’autre côté, un side Harley Davisson VL de 1929. Sur un podium trône la doyenne, une Griffon Zedel de 1904 dans sa livrée d’époque et lui faisant face, une superbe MGC de 1932, première moto à cadre aluminium, celui-ci brille de mille feux. La Superior de Guy Amérigo est dotée d’un allumage « Rupta » qui la dispense de bougie (Brevet Deronzière de 1906). Albert Astrologie est venu d’Hyères faire admirer sa TWN Cornet de 54 et son étrange pot de détente.

IMG_1592.JPGDans la seconde pièce, on passe en revue un échantillonnage de BMA à travers le temps, notamment un ancétre du Solex, Le Cyclotracteur de 108cc, 4 temps de 1914 et un Rosengart, l’un des premiers moteurs sortie de l’usine en 1922. Il est amusant de voir la surprise du public en voyant l’une des premières Ducati, le Cucciolo de 1953 ou les divers modes d’entraînement destinés à mouvoir une bicyclette. Les explications prodiguées par un Jean-Louis Peniguet toujours en verve, permettent la mise en lumière d’une partie de notre histoire industrielle quelque peu oubliée.

Le samedi, du bruit et de la pétarade, Honda black bomber, mobylette, Bmw série 2, Peugeot 57, une quarantaine de véhicules ont pris part à cette parade.

La quinzième édition de ce salon a mis en exergue la cohésion de tous les passionnés de motos anciennes de la région et permis une exposition de haute qualité qui ne laisse personne indifférent.

 

 

 

OU           : A Cagnes sur mer sur l’hippodrome de la Côte d’Azur.

QUAND   : du 09 au 12 avril 2010.

PAR QUI : WARE Organisation

                   Parc Valescure 3 - 280, allée du Petit Gondin - 83700 ST-RAPHAEL

                               Tél. : 04 94 52 80 80 Fax : 09 94 52 87 87

                   http://www.wareorganisation.fr/

 

Musée de la moto :

         US Cagnes/Véhicules d’époques
        
 20-22 chemin des Travails
          06800 Cagnes-sur-Mer                         
          04 93 07 34 06

Et
             Moto-Retro-Vésubienne
             http://moto-retro-vesubienne.hautetfort.com/

 

 

 

Photo n°1.JPG Griffon Zedel 1903

 

 



Photo n°2.JPG: MGC 500cc 1932

 

 

 

 

 



 Photo n°3.JPG  

 Michel Luccani, propriétaire du musée d’Entrevaux nous présente une Jawa, Ice Track pour course sur glace. Il fête là le trentième anniversaire de son musée.

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°4.JPG : Guy Amérigo et son Supérior de 1913 allumage « Rupta ». Cette marque n'apparaît pas dans les encyclopédies de la moto (celles de Erwin Tragatsch et celle de Hugo Wilson), a produit des motocyclettes. Le fabricant était la société "Thimonier et Cie", qui produisait aussi des machines à coudre à Lyon.

 

 


 

 

Photo n°5.JPG1922, un des tout premier BMA Rosengat.

 

 

 

 

 

 

 


Photo n°6.JPG Un ancétre du Solex, « Le Cyclotracteur » de 1914, un quatre temps de 108cc. Sur la publicité d’époque, il était écrit : « Le Cyclotracteur supprime la fatigue, l’essoufflement, les côtes. Grâce à lui, la bicyclette marchant toute seule est devenue une réalité ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 Photo n°7.JPG

Vespa ACMA type N de 1960

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°8.JPGBSA B33

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°9.JPG: Stéphane Nehbauer de « Legend motor sport » à Mouans Sartoux nous présente une Triumph Speed Twin modèle 5T de 1949

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°10.JPG Nouveau club « Les Bélugans » Daniel Villa Vega, le Président : « Issu de la feu Bélugue d’Antibes, nous allons cette année assoire notre crédibilité et l’an prochain créer une épreuve de régularité pour moto sous l’égide de la FFM ». Il pose avec un 125cc Italemmezéta, type Ital-jet de 1961.

24/04/2010

SAINT CEZAIRE : COTE D’AMOUR

Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 608 du 22 avril 2010
IMG_1410.JPG

 

Explosions à Saint Cézaire : après un hiver rude, il ne pouvait suivre qu’un printemps détonnant, cent vingt voitures et quarante motos ont retrouvé les pentes sinueuses et leur « côte d’amour ».

IMG_1411.JPG

Depuis quelques années, les motos du Barjoteam de Christian Pétard s’associent aux voitures de l’A.V.H.S. (Association de Véhicules Historiques de Sport) de Jean Luc Gambina, ce regroupement sent l’essence, l’huile et le caoutchouc chaud.

Commune accueillante, Saint Cézaire est situé entre Grasse et Fayence. L’omniprésence de l’olivier, date du temps ou la ressource essentiel était liée à une agriculture de montagne avec le blé et la vigne.

Le contrôle technique a lieu sur la place du village. Puis, en cortége, on se dirige en vers le fond des gorges de la Siagne, à la limite entre le département du Var et les Alpes Maritimes. Cette magnifique vallée à la végétation luxuriante héberge le canal qui alimente en eau potable les villes de Grasse et de Cannes. Cette rivière est devenu le paradis des pêcheurs, de plus, les écrevisses à pied blanc y ont élu domicile, mais attention cette espèce est protégée.

Les participants à cette rétrospective vont s’affronter sur les trois kilomètres d’un ruban d’asphalte torturé, bosselé et large comme la main.

IMG_1443.JPGPatrice Pencenat, dit « docteur Zundapp » a sonné le rassemblement, fédéré au sein du « Zundapp Sud-est France Team » se sont cinq petites machines allemandes qui se présentent au départ. Yves Rottier faisant sien du proverbe : « On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même » a construit son engin de course d’après une idée originale d’un ingénieur allemand Carel HARMSEN. Le cadre est un assemblage deux plaques d’aluminium et d’entretoises. Il est doté d’un moteur Honda cross de 80cc, l’ensemble a vraiment une belle l’allure.

Le benjamin, Eliot Batault 16 ans, pilote un Zundapp C50, il est accompagné de son père Benoît sur 500 Triumph Daytona T100 de 72. « Je roulais en 125 MZ TS et cela me suffisais. Puis j’ai acheté cette moto mais je n’ai pas mon permis moto. Je le passe actuellement, j’ai réussi le code et le plateau, il ne me reste plus que le circuit routier. Ce serai dommage de voir dans le garage ».

Venu d’Auch, Jacques Lapeyre promène son 250 Aermacchi Ala d’Oro sur les circuits de France, d’Espagne et d’Italie à la recherche du grand frisson.

Sans chronométrage, ne veut pas dire sans vitesse : vingt ans d’une longue histoire d’amour entre Jean-François Rebuffo et sa 350 Ducati D de 72, il l’a fait rugir de plaisir en rattrapant Didier De Chouddens sur une autre Ducati.

Bonne enfant, la journée se termine comme à son habitude par la traditionnelle remise des prix. Rendez-vous à la prochaine rétrospective, le 16 mai à Tanneron, une autre COTE D’AMOUR.

 

OU : Saint Cézaire (06)

QUAND : 28 mars 2010.

COMBIEN : 30,00euros

POURQUOI : Sur route fermée, faire revivre entre passionnés deux et quatre roues les belles courses de côtes.

PAR QUI : A.V.H.S. – Association Véhicules Historiques de Sport.

             30, boulevard Carnot

             06110 LE CANNET

             avhs@cegetel.net

Et

             Barjoteam@laposte.net

             20, avenue des pins

             06 VENCE

             tél. :04.93.24.01.14

 

 

 

Photo n°1.JPG

En attendant le départ.

 

 

 

 

Photo n°2.JPG

Yves Rottier a construit sa machine sur un conception datant de 1979 (d'après l'idée originale de Carel HARMSEN, un ingénieur allemand.) mue par un moteur Honda cross de 80cc sur un châssis composé de deux tôles d'alu de 4mm, assemblées par boulonnage sur des entretoises.

Les différentes phases de réalisation sont consignées sur un blog :

http://petit-cube-80.over-blog.com

 

 

 

Photo n°3.JPG

Bruno Rabier va piloter un 125 Villa.

 

 

 

 

Photo n°4.JPG

Didier De Chouddens sur 250 Ducati de 70 a du mal à contenir Jean-François Rebuffon sur 350 Ducati D de 72.

 

 

 

Photo n°5.JPG

Ca penche fort avec Alain Olivier sur 250 Bultaco TSS América de 67.

 

 

 

Photo n°6.JPG

Venu d’Auch, avant l’Espagne puis l’Italie, Jacques Lapeyre conduit sa 250 Aermacchi ala d’oro de 64 sur les routes sinueuses de Saint Cézaire.

 

 

Photo n°7.JPG

Jean Pierre Even, dit Popeye sur 175 Motobecane de 56

 

 

 

 

Photo n°8.JPG

Baltault père et fils : Eliot, 16ans et son Zundapp C50, le père, Benoît, sur 500cc Triumph Daytona T100 de 72.

 

 

 

 

Photo n°9.JPG

L’italien Renato Ferrero pilote une 400 Honda SS de 74

 

 

07/04/2010

SAINT TROP. AU TOP

Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 605 du 1 avril 2010

Des lustres se sont écoulés, Saint Tropez, la cité du Bailly de Suffren, vibre toujours aux rythmes du temps, des manifestations et des personnages qui lui sont attachés, Brigitte Bardot et la Madrague, les frasques du gendarme, le golfe et sa New Largue. La « Retropezienne » fait partie de ces événements.

Cheville ouvrière du club depuis fort longtemps, le nouveau Président Patrick Amann pérennise les acquis de ses prédécesseurs. « On ne change pas une formule qui gagne ».

IMG_1115.JPGSamedi midi, sur la place des lices, le marché de Provençale bat encore son plein, déjà les premiers participants alignent leurs montures.

Le soleil est au rendez-vous. Une occasion pour sortir en couple ; Patrick Portal aux commandes d’une BMW R50 de 55 assise à ses côté dansun side précision, Doriane va profiter de des rayons célestes. Associé pour le meilleur, René Auzet modifie constamment le panier artisanal de sa teutonne, améliorant ainsi le confort d’Yvette (Les ans en sont la cause).

Les machines exceptionnelles sont de retour. Au fil des ans, la « Rétropézienne » a acquis la réputation de musée roulant. Presque en voisin, Gilles Philippe de La Seyne sur mer nous fait admirer sa superbe 500 FN type M67 de 1928 et Yan Clausse la 350 Favor de 1930 à moteur Zucher, son cylindre noir à longue course en a fait baver plus d’un. L’ardéchois, Patrick Rouchon fignole sa 350 Terrot HS de 27 dans sa livrée d’origine.

15H00, au guidon de son 500 Terrot RD, Alphonse Corzo vérifie si les alezans sont dans les boxes de départ, à ses côtés dans le side DTP : Eliette, sa femme.

IMG_1180.JPGLa cité est traversée en rangs serrés. Après Grimaud, la bannière est ramenée, la chaussée s’élève et la cadence de roulage également : « A fond les manettes » une autre spécialité du pays des Maures. Sur un ruban d’asphalte tortueux et large comme la main, lisibilité de la route cinquante mètres maximum, les vieilles vont pouvoir s’époumoner dans le col de Taillude. Un peu surpris les Isérois, Luc et Michelle Sarnette sur Ratier et Michel et Nadine Pouget sur Cemec font route ensemble. Lionel Cayol et Laurent Tonnelier tous deux sur 125, Motobecane pour le premier et New Map pour le second vont jouer les lutins « A fond la caisse » et fréquents arrêts. Bien préparé, la 500 Ariel VF de 1930 de Roger Mihau suit sans soucis.

Petit regroupement dans la descente du col, avant de remonter vers le monastère de la Verne ou un rafraîchissement nous est servi. Un baptême réussi : Martial Boulogne, le pizzaïolo d’Ampus a la mine joyeuse : « Mon premier rassemblement, ma Terrot HCTL de 54 a répondu à toutes mes attentes.  Elle m’a donné du fil à retordre lors de la mise au point, mais c’est super ». Jean Paul Camuzard est dubitatif, sa Gnome & Rhone D5 de 39 commence a « pisser » l’huile, triste présage !

 En reprenant la route du retour, peu avant Collobrières, la BSA B33 de Marcel et Yolande Nouger est en panne d’allumage : « La bougie a claqué. Je l’ai changé avant de venir ici. Quand ça marche…faudrait pas toucher ». Les vitesses de la 500 Ariel type de D de 1928 de Dru Barron passent mal : « J’ai rénové la boite et j’ai changé les réglages ».

Le bord de mer, le soleil couchant et la brise marine nous glacent jusqu’aux os. Il est temps revenir à la maison familiale « Lou Riou » ou l’ensemble de la troupe à trouvé pension.

IMG_1336.JPGAu matin, après un robuste petit déjeuner, Eric Musso se lève et dit : « Maintenant, je vais chercher une vraie nourriture » ; car l’autre spécialité de la « Retropézienne » c’est sa sardinade. On ne trempe pas la sardine, l’aile de poulet ou la tranche de poitrine grillées dans le café, mais…pas loin. Elle fait même des adeptes. Venu de Dordogne, Dominique Poisson et Arnaud Bettournet parlent en cœur : « Dites bien dans LVM que l’accueil est formidable. Les sardines après le café nous faisaient un peu frissonner. Mais on s’habituent très bien et on apprécient ».

Au programme de la matinée, une quarantaine de kilomètres, nous conduirons au phare de Cap Camara en passant par Gassin et Ramatuelle. Nous serons gratifié d’un magnifique panorama sur la plage de pampelonne et sur le cap du Pinet sous un ciel bleu azur.

C’est à table, autour d’un délicieux méchoui que nous clôturerons ce week-end printanier. « Ils sont fous ses gaulois, des sardines, des ailes de poulet, du mouton mais pas un bout de sanglier ».

 

 

 

 

OU              : Rassemblement à Saint Tropez et visite du pays des maures.

QUAND      : Les 13 & 14 mars 2010

COMBIEN  : 65 euros L’apéritif et le repas du samedi soir avec ambiance musicale

                        L’hébergement + petit déjeuner suivi d’un casse croûte

                        Et pour finir le méchoui

PAR QUI    :  Rétro-pezien Moto Club,

                        Patrick Amann,

                        La pépinière route des Salins

                        83990 Saint-Tropez  

                        Tel 04.94.97.19.84

 

  

 

 

LEGENDE PHOTO

Photo n°1.JPGPhoto n°1

Le side Terrot d’Alphonse et Eliette Corzo est en place, un rapide coup d’œil pour voir si tout le monde suit, la XVII ieme édition de la « Rétropézienne » va pouvoir s’élancer.

 

Photo n°2.JPGPhoto n°2
Malgré quelques problèmes de boite de vitesses, Dru Barrone va mené à bon port son 500cc Ariel type D de 1928.

 

Photo n°3.JPGPhoto n°3

Le boulanger/Pizzaïolo d’Ampus, Martial Boulogne, a finalisé son rêve, rénover une 350 Terrot HCTL de 1954, sa première moto ancienne.

« Je l’ai acheté à Yenne en Savoie, il y a deux ans. La mécanique n’est pas ma tasse de thé. La remise à niveau fut un gouffre financier. J’ai bien cru ne jamais y arriver. La boite de vitesses m’a donné un mal fou. Je participe à mon premier rassemblement. Je viens d’Ampus par la route et je me suis promis de poser devant le panneau « Saint Tropez » pour commémorer cet événement. »  

 

Photo n°4.JPGPhoto n°4

Laurence et Nandy Sanfilippo posent devant une superbe Norton 600 culbutée, type 19 de 1938.

 

Photo n°5.JPGPhoto n°5

Venus de l’Isère, Luc et Michelle Sarnette sur une Ratier C6S de 1958.

 

Photo n°6.JPGPhoto n°6

Patrick Portal pilote une BMW R50 de 1955, à ses coté Doriane dans un side Précision de 1939.

 

Photo n°7.JPGPhoto n°7

Superbe 350cc Terrot HS de 1927 de Patrick Rouchon.

 

Photo n°8.JPGPhoto n°8

Alain Simansour au guidon d’une 500 Ariel type VH de 1952.

 

Photo n°9.JPGPhoto n°9

Aux mains de Gilles Philippe de La Seyne sur mer une très rarissime 500cc FN type M67 de 1928.

 

Photo n°10.JPGPhoto n°10

De la détermination dans la conduite de Yann Clausse au guidon de la Favor à moteur 350cc Zucher de 1930.

 

Photo n°11.JPGPhoto n°11

Thierry et Valérie Roussel sur side René Gilet 750cc type G1 de 1938. Ils vont remettre au calendrier le « Tour de l’Ardèche ». 

 

Photo n°12

Patrick Caire et sa 350 Peugeot P105 de 1929

 

Photo n°13.JPGPhoto n°13

Restauré dans les règles la 500cc Ariel type VF de 1930 de Roger Milhau.

 

Photo n°14.JPGPhoto n°14

Club Gnome & Rhône, Jean-Paul Camuzar et sa D5 version civil de 39 et Maurice Garnier sur 175cc type L53 de 54.

 

Photo n°15.JPGPhoto n°15

Que serai le rassemblement Rétropézien sans sa « SARDINADE » ?   

 

Photo n°16.JPGPhoto n°16

La 350 Royal Enfield type WD Code 44, d’Eddy Tesson, a participé au débarquement en Normandie.

23/03/2010

SAINTE AGNES : DE LA NEIGE AU SOLEIL

 

IMG_0918.JPG

2000 / 2010, une dixième HIVERNALE fêtée comme il se doit : DIGNEMENT.

A 7h00 temps gris, à 8h00, il neige, à 10h00, le soleil est de retour : paradoxe de la Côte d’Azur.

 IMG_0905.JPG

Catastrophe tout près de la grande bleue, les flocons tombent dru. Une petite pellicule blanche recouvre tout. On savait les passionnés de vieilles mécaniques « timbrés », mais également « fêlés », maintenant ils sont « givrés ».

IMG_0896.JPGLe téléphone de d’André Mazzoni n’arrête pas de sonner, le dilemme : maintient ou non de la montée sur Sainte Agnès ?  Pendant ce temps, les plus téméraires ou ceux que les intempéries ont pris en chemin, arrivent. Cafés et croissants sont là pour réchauffer l’ambiance.

Julien Pastori est l’un des premiers arrivé, la neige s’est collée à son vêtement de pluie. Cet ancien concessionnaire Piaggo de Monaco après cinquante deux ans de mécanique goûte à une retraite bien méritée. Michelino Di Rita l’a entraîné dans l’aventure, il participe à son premier rallye depuis 1962 sur un 50 Vespa de 1965. Francis Fournier bougonne : « Si j’avais su, j’aurai pas venu. Je vais salir ma belle Terrot HSSP de 37, c’est sa première sortie ». La moto est superbe dans sa robe violine et chrome. José Zupus a sortie sa très rare 500 MGC de 1929. Il la possède depuis trente sept ans. Il l’avait acheté au coiffeur de La Trinité dans les Alpes Maritimes.

IMG_0912.JPGGrâce à son organisation et son sérieux, le rassemblement Roquebrunois a acquis ses lettres de noblesse. On n’hésite pas à effectuer un long déplacement et ainsi contribuer et amplifier cette aura. Ainsi, trois personnes de l’association cévenole « Lou Barunlaire » de Saint André de Valborgne se sont déplacées, son Président Laurent Saltet, Bienvenue Cavallero et Henri Mayanobe. Le club Sommières est là également un peu en habitué des lieux, Yvan Martin va nous faire admirer sa 235cc Moto Guzzi lodola de 59 et Olivier Guiraud, sa Motobécane bloc S 4C de 35, peinte en jaune citron.

Le temps passe, sur la mer les éclaircies se font de plus en plus large, la balade ne sera pas annulée. Nous rejoindrons Sainte Agnès par le chemin le plus court. 

Dans la côte, le magnifique side Moto Guzzi sport 15 de de 1932 de Sergio Contaldo est à la peine. Pour le soulager, son passager, Adréa Ditrapani est obligé de trouver refuge dans une voiture suiveuse.

IMG_0914.JPGLe classique vin chaud est servi sous le village. Une petite pose pour se mettre en appétit.

Une défaillance d’allumage sur la 500 Monet Goyon de 39 donnera à son propriétaire Eric Nogués, une bonne suée.

Le restaurant le « Saint Yves », terme ultime de cette promenade hivernale avec charcuterie, raviolis et daube, le réconfort d’une journée commencée sous la neige et terminée sous le soleil.

 

 

OU              : De Roquebrune Cap-Martin à Sainte Agnès (25km)

COMBIEN : 30 euros

QUAND     :  31 janvier 2010

PAR QUI    :  MOTOS et SCOOTERS de ROQUEBRUNE CAP-MARTIN

                       Hôtel de Ville

                      06 ROQUEBRUNE CAP MARTIN

                      Tél. / Fax : +33.04.93.57.06.58

                      http://www.motoscootrcm.net

 

 

Photo n°1.JPGPhoto n°1

Une partie des participants du rassemblement de l’hivernale de Sainte Agnès.

 

 

 

Photo n°2.JPGPhoto n°2

L’anglais Tobias Harrison et sa Moto Guzzi 250 Aerone de 1951.

 

 

 

Photo n°3.JPGPhoto n°3

Henri Mayanobe de « l’association Lou Barunlaire » de Saint André de Valborgne sur un 125 Libéria de 1957.

 

 

 

Photo n°4.JPGPhoto n°4

Stoïque sous la neige.

 

 

 

Photo n°5.JPGPhoto n°5

José Antoine Zupus et sa très rare 500 MGC de 1929. José a acheté sa machine depuis 37 ans à un coiffeur de La Trinité dans les Alpes Maritimes. Elle possède son panier. Ainsi attelé, son précédant propriétaire montait en Isère acheter ses légumes.

 

 

 

Photo n°6.JPGPhoto n°6

Il ne peut pas s’en empêcher, un peu de mécanique pour Yan Sellers sur sa BSA Gold Star Z B32 de 1951.

 

 

 

Photo n°7.JPGPhoto n°7

Face à face prometteur entre Francis Fournier et Terrot 350 HSSP de 1937, dont c’est la première sortie et la moto de course d’Yves Azam, une 500 Gnom et Rhone type D4 de 1928.

 

 

 

Photo n°8.JPGPhoto n°8

Jean Marc Finot sur Peugeot P105 type DT de 1934.

 

 

 

Photo n°9.JPGPhoto n°9

Le side Moto Guzzi sport 15 de 1932 est piloté par Sergio Contaldo.

 

 

 

Photo n°10.JPGPhoto n°10

Après 52 ans de mécanique, l’ancien concessionnaire Piaggio de Monaco, Julien Pastori a pris une retraite bien méritée. Il a effectué la montée avec un 50 Vespa de 1965.

 

 

 

Photo n°11.JPGPhoto n°11

Olivier Guiraud de Sommières sur Motobécane Bloc S4C de 1935

 

01/01/2010

STATISTIQUES DE VISITE

   A l'aube d'une nouvelle année,
                                            
 Bonne Santé et Bonne route

STATISTIQUES DE VISITE DU BLOG SUR UN  AN
  Visites Pages Pages par jour (Moy / Max) Visites par jour (Moy / Max)
janv-09 861 1 990 64 / 165 27 / 43
fev-09 823 1 737 62 / 167 29 / 38
mars-09 926 1 848 59 / 136 29 / 51
avr-09 735 1 566 52 / 121 24 / 38
mai-09 674 1 175 37 / 78 21 / 35
juin-09 713 1 362 45 / 173 23 / 37
juil-09 800 1 479 47 / 126 25 / 40
aout 2009 1 034 1 908 61 / 113 33 / 57
sept-09 1 302 2 188 72 / 144 43 / 66
oct-09 1 272 2 085 67 / 107 41 / 56
nov-09 1 275 2 155 71 / 112 42 / 57
dec-2009 1 302 2 108 68 / 99 42 / 66
TOTAL 11717 21 601    

 

 

26/12/2009

CHAMPIONNAT VESPA RALLY

Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 592 du 24 décembre 2009
IMG_0366.JPG 

Sous le ciel de la Côte d’Azur, après l’AS Monaco l’an dernier, « Motos et scooters de Roquebrune Cap-Martin » avait le redoutable honneur d’organiser la dernière manche du Vespa Rally édition 2009.

 

IMG_0367.JPG

Placé sous l’égide du « Vespa World Club », cette compétition de régularité et maniabilité de la célèbre « guêpe »s’est déroulée sur cinq manches, Bordighera en juin, Sestrières en juillet, Parme en septembre, Aoste en octobre et le final sur les bords de la méditerranée à Roquebrune Cap Martin.

Sur la place des Allobroges, Marco Manzoli, responsable marketing de Piaggio et Marco Zangrili coorganisateurs de se championnat ont martelé et rabâché le règlement. L’an dernier, sur le port de Monaco, une mutinerie avait retardé le bon déroulement de la réunion, en cause le « règlement ».

Une soixantaine de concurrents vont en découdre en majeure partie des italiens, une dizaine de croates et autant de français, au programme, deux séances de gymkhana encadrant un parcours routier (40km le samedi et 130km le dimanche).

La balade touristique a allure régulière (35Km/h) s’avérera un exercice aléatoire. La lecture du road book est un art, mais : Panurge a ses disciples. Un oeil fixé sur le chronomètre et l’autre sur itinéraire les premiers concurrents s’élancent. A son retour, Frédéric Hiestand, Président du Vespa Club de Marseille, est tranquille : « J’ai bien vu que je m’étais trompé de route mais c’était tellement féerique, cette vue plongeante sur la mer et le couché de soleil que je me suis arrêté prendre des photos ». Daniel Terrosi possède la plus ancienne vespa présente sur le plateau un 125 de type N de 58 à trois vitesses : « J’ai honte, me louper comme ça. J’étais tellement occupé a ne pas décramponner que j’en ai oublié l’itinéraire. Cette année nous sommes de cinq membres du club Roquebrunois à avoir participé au cinq épreuves de ce championnat d’Europe ». Les derniers finissent à la nuit tombée avec lumière et frontale.

Le dimanche, dés les premiers tours de roues la pente est rude. Col de Castillon, Sospel, col de Braus (1002mètre d’altitude), on a beau d’être sur la Côte d’Azur le froid est piquant.

On roule par affinité, personne ne veux se perdre. Les membres du Vespa Club de Croatie sont groupés autour de Boris Jurevini, le Président : « J’ai pratiqué le scooter dans mon jeune temps et puis le travail, la famille, j’ai tout oublié. Quand mon fils, David a eu l’age du deux roues, il a voulu un scooter, alors on en a acheté deux. Maintenant, nous faisons ensemble tous les rassemblements, lui sur 125 ET3 de 77 et moi sur 180 Rally de 70 »

Au bar des allobroges à Roquebrune Cap-Martin a lieu la remise des prix de ce Championnat d’Europe de Rally Vespa, le vainqueur Claudio Federici de Mantova.

 

 

 

                                                                                                                                 

OU              : Italie, France et Monaco

QUAND     : Toute l’année

PAR QUI   : VESPA WORLD CLUB

                        http://www.vespaworldclub.com

                        &

                     MOTOS et SCOOTERS de ROQUEBRUNE CAP-MARTIN

                     Hôtel de Ville

                     06 ROQUEBRUNE CAP MARTIN

                     Tél. / Fax : +33.04.93.57.06.58

                     http://www.motoscootrcm.net

 

Photo n°1.JPG

Le mot de l’organisateur

Homme orchestre, André Mazzoni, Président de Motos et Scooters de Roquebrune Cap-Martin : « C’est, le premier Rallye Vespa de ce type en France depuis les années cinquante. L’épreuve est ouverte à toutes aux scooters Piaggio/Vespa automatique et à vitesses. Très prisés en Italie, ces rencontres sont malheureusement boudées en France, ce n’est pas faute de publicité vers les clubs spécialisés. Nous avons décidé en coordination avec André Philippe Pollano, Président du club motocycliste de l’AS Monaco d’alterner l’organisation de cette finale sur la Côte d’Azur. »

 Photo n°2.JPG
Frédéric Hiestand, Président du Vespa Club de Marseille, est un homme HEU-REUX sur 125 PX de 1999 totalisant 116000km au compteur. Il est arrivé par la route et il en repartira de même : 676km dans un week-end. « Entièrement d’origine, je fait la vidange tous les 3500km, une bougie de temps en temps. Je lui est greffé un phare de 2CV sur le garde boue avant pour une plus grande sécurité ».

 Photo n°3.JPG
Concentré, Claudio Federici du Vespa Club de Mantova sur PX 200 E de 1985, sera le grand gagnant de ce championnat.

 Photo n°4.JPG

Petit mais véloce le 50 super sprint (1967) de Gianni Mostosi possède un réservoir en selle.

 Photo N°5.JPG

A La Turbie, les concurrents sont un peu perdus, le road book est bien utile.

 Photo n°6.JPG
Boris Jurevini, Président du Vespa Club de Croatie pilote un Rally 180cc.

 Photo n°7.JPG
 La nuit est tombée. Le dernier gymkhana va effectuer à la lueur des phares.

 Photo n°8.JPG

N°14, Luca Gulifa (125 GTR de 1975) et n°15, Renato Cimardi (PX150 de 1986) roulent de concert. 

 Photo n°9.JPG
La Vespa au feminin, Gulia Amodeo sur 125 Primavera de 1982.

 Photo n°10.JPG

Daniel Terrosi pilote la plus ancienne Vespa du rassemblement un type N de 1958 à trois vitesses.

 

Photo n°11.JPG

Bientôt sans les mains ni les pieds pour Simone Stangalino sur son Rally 200 de 1972.

 

Photo n°12.JPG

Dans la montée du col de Braus, le Vespa Club de Pinerolo roule groupé.

02/11/2009

CONVIVIALITE A ROQUEFORT LES PINS

Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 590 du 03 décembre 2009 

IMG_0333.JPG

            Une bourse : oui. Une exposition : aussi, mais plus encore, un endroit de convivialité où tout le monde se sent à l’aise.

 IMG_0328.JPG

            Les déluges de la veille au soir suivis d’un cortège d’éclairs ont laissé place au matin à un soleil radieux.

La commune de Roquefort Les Pins est idéalement placée, entre Villeneuve Loubet et Grasse, sur la route reliant la mer à la montagne. Le rassemblement, troisième du nom, a réuni sur le parking des écoles, l’esplanade du Centre culturel et le jardin des Décades un très large panel de mécaniques anciennes à deux et quatre roues. Nicolas Ventugol, mentor de cette manifestation, espère bien n’être qu’au début d’une longue histoire. Celui-ci n’a pas ménagé sa peine, rameutant l’ensemble des clubs autos et motos de la Côte d’Azur.

            Le principe de gratuité et la mise à disposition de barnums aux exposants ont donné l’élan et dynamisé l’événement.

            Les tentes à peine montées, déjà les clubs investissent les emplacements. Au centre, sur un établi, un peu de paille, bidons, pompe à essence et divers objets rouillés, une classique sortie de grange aguiche le passant.

 Le « Barjoteam » fidèle à son image de poignée en coin nous expose quelques machines de courses dont un 50cc Derbi usine, une 250cc Mondial de 58, 250 Bultaco Metralla et Gilera Saturno. Juste à côté, le stand du magasin « Old Racer » : le sympathique Damien Loubet a déplacé un 350 Terrot HS de 1927 et une 125 Honda RS de Grand Prix. Deux fanatiques de Club Gauthier, Jean Marie Arnol et Francois Lejars ne manquent jamais une occasion de faire briller les couleurs de leur marque fétiche.

Leur faisant face, l’Association des Rétrocyclettes Villeneuvoise de Jean Louis Péniguet et Le VEC Cagnes sur mer de Francis Fournier offrent à notre attention un large éventail de la passion, de la Mobylette à la Kawazaki H2, de la Peugeot P107 au Scooter Rumi, un peu plus d’une cinquantaine de machines.

André Mazzoni et Eric Musso de« Motos et scooters de Roquebrune Cap-Martin » arriveront en milieu de matinée, le premier sur une matchless de 41, le second sur une Favor de 26.  Toute la journée, un incessant ballet de motos et voitures va animer la commune.

            L’étalage de tous ces bouts de ferrailles n’est rien sans ferveur, comme cet homme racontant, chair de poule et larme à l’œil à l’appui, sa main mise sur les deux Egli qui tournaient dans Nice quand il était gamin.

            En fin de journée, un participant déclarait : « il a fait beau, il a fait bon, j’ai roulé un peu, j’ai discuté avec les copains, j’ai bien mangé, c’était parfait ». Il n’y a plus rien à dire.         

 

 

OU : Roquefort Les Pins – 06

QUAND : 18 octobre 2009

COMBIEN : Gratuit

PAR QUI : Club Roquefortois Autos Motos de Collection

                        Tel : 06.68.45.01.92

                        http://www.expo-bourse-autos-motos-roquefort-les-pins.com

 

  

Photo n°1.JPG

 

Les organisateurs posent devant un triporteur Peugeot.

Nicolas Ventugol : «Nous allons essayer de rendre pérennes deux rassemblements par an, l’un au printemps et l’autre en automne. Nous fonctionnons sans subvention sur fonds privés. Je remercie Mr Michel Rossi, Maire de la commune de Roquefort les Pins, pour la mise à disposition du domaine public, l'aide précieuse du Service Technique de la municipalité, le Ski Club de Roquefort pour la tenue de la buvette, DJ Guy  animation et sonorisation, qui a animé gracieusement le pôle auto de la manifestation, la société LT Evens de Drap pour le prêt gracieux des tentes destinées au pôle moto, l'excellent dessinateur Kristian de Cabris pour la maquette de l'affiche.

 

 

Photo n°2.JPG

Coorganisateur de la manifestation, Robert Baracco a été pilote dans son jeune temps. Il a conservé son 175 Settebello d’usine de 1960. La machine qui lui a permis de finir 4eme en 1964, puis vice champion de France en 1967. Il a été cinq fois champion de Provence et détient toujours les records des courses de côtes de Falicon et du Mont chauve.

 

 

Photo n°3.JPG

Damien Loubet crée l’ambiance. Il fait chauffer une 125 Honda RS W de 1980, 1ère série, au palmarès éloquent :

-         Champion du Japon 1980 : Pilote Noriaki Ichinose

-         Champion d’Angleterre 82/83 : Pilote Clive Horton.

 

 

Photo n°4.JPG

Eric Musso et sa Favor de 1926

 

 

Photo n°5.JPG

De passage, Pierre Callede est venu au guidon d’une Ariel type KH 500 de 1950

 

Photo n°6.JPG

Francis Fournier va se joindre au défilé au guidon de sa Peugeot P 107.

 

Photo n°7a.JPG

Ambiances

 

 

Photo n°8.JPG

Superbe Café racer Moto Guzzi.

  

 

Bourse 1.JPG

Exceptionnelle  moto Guzzi 500cc GTW, fabriquée pendant quelques mois en 1948, spécifique à ce modèle : augmentation du taux de compression, culasse et arbre à cames renforcés, jante alu et freins ventilés : 20 000euros