UA-37157085-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/02/2015

GRAND RASSEMBLEMENT ROQUEBRUNE CAP-MARTIN (06) 1994 / 2004, VINGT ANS, CELA SE FETE

 

IMG_0587.JPG

Vingt ans cela laisse des traces. Rien ne se fait sans AMITIES, ni PASSION en ce dernier week-end de septembre, ces deux choses étaient au rendez-vous. André Mazzoni, Président de Motos et scooters de Roquebrune Cap-Martin avait promis des surprises aux cent quarante participants de ce rassemblement et il a tenu parole.

IMG_0595.JPG

Samedi, il n’est pas encore 8h00, les ardéchois, Thierry et Valérie Roussel, les motos bien arrimées sur la remorque, franchissent le péage de La Turbie. Ils passent devant le trophée d’Auguste et descendent sur Roquebrune Cap-Martin. La route domine la mer. Quelques rayons du soleil percent les brumes matinales. Le paysage est féérique. Tout en bas, la côte se découpe. On aperçoit la rade de Villefranche, le Cap Ferrat et les premiers gratte-ciels de Monaco. Une nuée de bateaux a trouvé refuge dans ce lieu enchanteur. Appareil photos à la main, Valérie saisit à la volée ces moments de merveilles : la fête a déjà commencé.IMG_0678.JPG
Place des Allobroges : Allobroges, comme ces irréductibles gaulois qui ne veulent pas se rendre. Depuis vingt ans, la tribu se retrouve sur cette place. Ce premier regroupement est toujours important. On y salue son Frère de passion. On y célèbre le culte de l’Amitié et de la belle Mécanique.
Dans les premiers arrivés, Grégory Provost pilote une Vespa 125 faro basso de 54 et Fabrice Pollin un 160 Vespa Grand Sport de 62. Ils ont traversé la France pour être présent : « 1200km pour venir ici. Nous sommes du club de Bousbèque, du département du Nord ». Il y a là, Olivier Roger et sa Terrot HSS02 de 29, Maurizio Fiorino sur 250 Moto Guzzi Aerone de 51, Alphonse et Eliette Corso sur une rarissime 750 Condor de 1949, Alphonse : « André Mazzoni a tellement fait pour la moto ancienne, il faut être à la hauteur de l’événement ». Exceptionnelles, deux 750 Nimbus 4cylindres sont de la fête. Celle du montpelliérain Fabrice Castello est de 1945 tandis que celle de l’ardéchois du Val d’Ay, Patrick Rochond est de 1951.IMG_0601.JPG
Vers 9h30, le cortège s’élance. Par le bord de mer, nous traversons Menton, puis direction Sospel par le col de Castillon. En deux temps et trois mouvements, nous prenons de l’altitude. Nous côtoyons les vestiges de l’ancienne voie de chemin de fer du PLM, notamment le viaduc de caramel. De 1900 à 1914, les Alpes Maritimes étaient sillonnées par ce moyen de transport. Un arrêt regroupement à Sospel et la troupe repart sur Pian de Gorbio et Saint Martin de Peille par le chemin des écoliers. En longeant l’autoroute, des portions à fortes déclivités ont surpris bon nombre de participants. La D45 Motobécane de Bernadette Comeau a coincé : « Il me manque des pédales ».
IMG_0703.JPG
17h00, des bus viennent nous chercher au centre de vacance Azuréva de Roquebrune Cap-Martin pour nous amener voir les surprises promis par André Mazzoni. Direction Monaco, et plus précisément le musée automobile du Prince Albert II. Devant nos yeux écarquillés s’offre à nous une exposition unique de cent vingt motos « rarissimes » : Scoott Squirrel de 1916, 500 Dresch de 33, side Bohmerland de 28, FN 4 cylindres de 25, scooter Maico Mobil de 53, une Indian 4 cylindres de 41 ayant appartenu à Steve McQueen et bien d’autres merveilles. Il faut qu’il soit sacrément apprécié notre Dédé pour qu’on lui prête tant de perles dans un cadre aussi prestigieux. Mais les surprises ne s’arrêtent pas là. La table est dressée pour les cent quarante convives au milieu du musée entre motos et voitures Princières. La fête se terminera tard.
IMG_0715.JPG
Dimanche matin, 9h00, en prenant le petit déjeuner, tout le monde a encore des étoiles plein les yeux. Le franc comtois, Paul Girardclos a changé le moteur de son 176TC4 Peugeot pour faire le dernier galop. Ce dernier va nous entrainer vers Sospel, le col Saint Jean, le col de Castillon. Dans la montée sur Castellar, la 350 Griffon G505 de Guillaume Rouget perle : « Une bougie, c’est gentil. Aujourd’hui c’est mon anniversaire et ma machine a pensé à moi ». Roger Mihau fait équipe avec sa fille Pauline sur une 500 Ariel : « Elle est venu ici bébé. Elle se faisait bercer dans le panier du side. J’espère qu’il y aura encore longtemps de belles balades pleines d’Amitiés ».

IMG_0728.JPG

 

QUOI : Rassemblement
QUAND : les 27 & 28 septembre 2014
OU : de Roquebrune et l’arrière pays mentonnais.
COMBIEN : 100€ hébergement compris 
PAR QUI :  Motos & Scooters Anciens de Roquebrune Cap Martin
                     Hôtel de Ville – 06190 Roquebrune Cap Martin
                     Tél. / Fax. 04 93 57 06 58
                     Photos de la manifestation sur :
www.motoscootrcm.net
                     e.mail : 
infos@motoscootrcm.net  

Organisateurs.JPGAndré et Anne-Hélène Mazzoni, le Président et la secrétaire du club « Motos et Scooters de Roquebrune Cap-Martin » : « Vingt ans, cela se fête. En 1994, lors de la première organisation, nous étions soixante participants, en 2000, trois cent vingt, cette année nous sommes cent quarante. Pour marquer un peu plus cet anniversaire, nous organisons du 28 septembre au 30 novembre, une exposition de motos dans le musée privé du Prince de Monaco. Nous remercions les amis qui viennent de très loin pour participer à notre rassemblement et l’ensemble des personnes qui pendant toutes ces années nous ont soutenus »
MUSEE

Musee 1.JPGAu musée de l’automobile de Monaco, au milieu des joyaux à quatre roues du Prince Rainier III : Rolls-Royce, Hispano-Suiza, voitures de rallye ou de F1, une place de choix a été consacrée aux cent vingt motos d’exception de ce vingtième anniversaire du rassemblement de Roquebrune Cap-Martin. Réuni en ce lieu, Brough superior SS100 de 38, Peugeot GP bicylindre de 23, Elf Yamaha JP02 de 74, Gilera rondine de 39, Proto 900 Motobecane de 77, cent vingt pièces EXCEPTIONNELLES, derrière tout cela, on trouve des histoires de confiance, d’amitiés et de passions.

Musee 2.JPGBrough Superior SS100 de 1938.







Photo 1.JPGDépart d’Azuréva à Roquebrune Cap-Martin.







Photo 2.JPGOlivier Roger sur Terrot OSS 02 de 1929







Photo 3.JPGAlphose et Eliette Corso sur 750 latérale Condor de 1949 (environ 27 exemplaires de construits).







Photo 4.JPGIls ont traversé la France. Ils arrivent du club de Bousbeque, département du Nord, région Nord-Pas de Calais, Grégory Provost et son 125 Vespa faro basso de 54 avec son ami Fabrice Pollin sur 160 Vespa Grand Sport de 1962.






Photo 5.JPGPauline et Roger Mihlau sur 500 Ariel VF de 1930.







Photo 6.JPGFranck Irissou sur Peugeot S57 : les balades par ici, c’est comme ça !!!







Photo 7.JPGJean-Paul et Pascale Morelli sur 125 Peugeot T4 de 53 du Rétro Moto Cycle de l’Est viennent de Franche Comté.






Photo 8.JPG
Valérie Roussel sur 350 Monet Goyon PS47 de 1947.







Photo 9a.JPG
Il est rare de voir une 750 Nimbus 4 cylindres rouler mais deux c’est de l’exceptionnel :
a / Fabrice et Martine Castello de 1945




Photo 9b.JPGb/ Patrick et Laurence Rouchon de 1951







Photo 10.JPG Stephano Pracca sur 500 Moto Guzzi Falcone de 52 préparée pour les courses longues distances comme Milan-Tarente.






Photo 11.JPG
Lucien Seignon sur un très rare 350 Peugeot TB de 54 (environ 400 exemplaires de construit).






Photo 12.JPGAlbert et Muriel Venzi sur 125 Vespa/ACMA V56 de 1956






Photo 13.JPGEric et Michelle Musso sur 500 Terrot RSS de 32.







Photo 14.JPGGérard et Geneviève Marcoux sur 750 Ratier LS de 52.








Photo 15.JPG
Fiorino Maurice sur 250 Moto Guzzi Aerone de 51.







Photo 16.JPG

 




Photo 17.JPGAmateur de BSA, Jean Marc Reverso présente sa 250 C11 de 52.

30/12/2014

Exposition de motos dans le musée automobile privé de S.A.S. le Prince Albert II de Monaco.MOTOS D’HIER DANS LA COURSE.

Du 28 septembre au 30 novembre, dans le cadre du vingtième rassemblement du club « Motos et Scooters de Roquebrune Cap-Martin », le musée automobile de Monaco a ouvert ses portes pour une exposition exceptionnelle de motos historiques.

C’est dans le musée de l’automobile de Monaco qu’a eu lieu le vernissage de cette exposition en présence de Jacques Pastor, conseiller aux sports représentant Le Maire de Monaco, Claude Boisson représentant le conseil national et Philippe Renzini directeur  de Monaco Top Cars Collection.

André Mazzoni, Président du club « Motos et Scooters de Roquebrune Cap-Martin » voulait marquer avec éclat les vingt bougies de son grand rassemblement annuel : « Notre association organise depuis vingt ans une manifestation annuelle qui a réuni dans ce laps de temps plusieurs centaines de véhicules deux roues fabriqués avant 1970.
C’est l’occasion pour les participants de découvrir notre belle région, la Côte d’Azur grâce à plusieurs balades sous forme de rallye.
Pendant ces vingt ans, la Principauté de Monaco a souvent été une étape, un panorama, un but de visite, un lieu de rencontre avec le Moto Club de Monaco. Forte de ces liens tissés sur le rocher, l’association a sollicité l’autorisation de marquer ce 20ième rendez-vous en présentant une exposition de motos dans le cadre prestigieux de la Collection de Voitures Anciennes de S.A.S. le Prince de Monaco. Sur le thème de la moto de course, nous proposons une ligne de départ alléchante où figurent des engins des années 1920 à la fin du 20ième siècle : en premier lieu ce 500 bicylindres Peugeot de 1923 qui gagna le Grand Prix de Lyon, ou encore cette 350 Jonghi d’usine de 1934, ex Georges Moneret et Louis Jeannin. La 250 Nougiers de 1955 est un chef d’œuvre. Pour la fin des années 30, la 500 Gilera Rondine de 1939 avec son architecture novatrice, cylindres inclinés vers l’avant, ATC va révolutionner toute l’industrie de la moto. Sa descendante, la Gilera 4 sera Championne du Monde à six reprises entre les années 1950 à 1957. La 500 JADA de Jack Findlay vient juste d’être restaurée. Il y a aussi la 350 Yamaha TR2 de 1969 de Christain Bourgeois. Nous terminons ce rapide tour d’horizon par une moto française le proto Benelli/ Motobécane, la R900/77. Cette liste n’est pas exhaustive, chacune des cent vingt machines misent en lumière dans cette exposition témoignent de plus d’un siècle d’avancées technologiques et esthétiques. D’autres motos sont mises en valeurs aux côtés des voitures de la Collection de S.A.S. le Prince de Monaco, par affinité d’âge, de marque ou de provenance. Enfin, un espace est consacré aux scooters afin de présenter l’ancienneté du concept et la diversité des modèles. Quelques voitures Princières ont été remisées pour faire place à cette rétrospective du deux roues.
Réunir autant de véhicules n’aurait jamais été possible sans la confiance de S.A.S. le Prince de Monaco à qui nous adressons toute notre reconnaissance. Nous remercions Philippe Renzini, Directeur de Monaco Top Cars Collection et le personnel travaillant à la Collection de S.A.S. le Prince de Monaco pour l’accueil et leur disponibilité. Je remercie également les personnes et les musées pour la confiance et l’amitié qu’ils nous ont témoigné pour nous prêter ces machines et nous permettre ainsi de réaliser cette rétrospective ».

ENCAR MANIF
OU : à Monaco, Musée de l’Automobile de S.A.S. le Prince de Monaco
QUAND : Exposition du 28 sept. au 30 nov. 2014
COMBIEN : 6,50€ l’entrée
PAR QUI : Motos & Scooters Anciens de Roquebrune Cap Martin
                     Hôtel de Ville – 06190 Roquebrune Cap Martin
                     Tél. / Fax. 04 93 57 06 58
                     Photos de la manifestation sur :
www.motoscootrcm.net
                     e.mail : 
infos@motoscootrcm.net

ET
                Monaco Top Cars Collection
                Les Terrasses de Fontvieille MC 98000 MONACO
                Tél. +377 92 05 28 56 - Fax : +377 92 05 96 09

Entree musee.JPGEntrée du musée Automobile de S.A.S. le Prince de Monaco.







Musee 1.JPG

André Mazzoni présente la 350cc Bimota YB3 GP. Sur cette machine Patrick Fernandez devient Vice Champion du monde en 1979.







Musee 2.JPG
La 500cc JADA GP ex Jack Findlay
vient d’être restaurée. En 1972, Jack Findlay et Daniel Fontana construisent un nouveau châssis pour moteur de 500 Suzuki. La moto est ultra légère.
JADA : les premières lettres de Jack et de Daniel.



Musee 3.JPG
Proto 900cc Benelli / Motobécane, R900/77.
Deux machines ont été préparées pour le Bol d’Or de 1977, motorisée par un 6 cylindres Benelli. Elles ont fait  leurs premiers tours de roue pilotées par Thierry Espié qui fera équipe pour le Bol avec Michel Baloche. L'autre équipage sera composé de Raphaël de Montremy et Denis Boulom.

Musee 4.JPGElf X
Elf-Yamaha, JP02 de 1974 ex Walter Vila






Musee 5.JPG
Sortant directement du musée Piaggio de Pontedera, ce magnifique scooter Vespa de compétition de 98cc de 1947.







Musee 6.JPG
Scooter américain Salsbury de 310cc M85 de 1947







Musee 7.JPG
Devant une superbe Rosengart, 4 cylindres de 1937, une 500cc monobloc Dresch de 1933.





Musee 8.JPG
Indian 4 cylindres de 1300cc de 1941 ex Steve McQueen






Musee 9.JPG
Side Böhmerland de 600cc de 1928






Musee 10.JPG
Beaucoup de monde en parle mais personne n’en a vu, voici la Scott Squirrel 600cc de 1916 avec son moteur 2 temps refroidie par eau. Précurseur,
Alfred Angus Scott, ingénieur britannique, déposa entre 1897 et 1920 une cinquantaine de brevets liées à la technologie des moteurs deux-temps.



Musee 11.JPG
Brough Supérior SS100 de 1938, une machine mythique : la Rolls-Royce de la moto.






Musee 12.JPG
La devancière, la Giléra Rondine de 1939,
du Musée Piaggio est équipée d'un moteur 4 cylindres de 499 cm3. Une œuvre d'art. Peu avant la seconde guerre mondiale, elle va révolutionner le monde de la course. Sa technologie d’avant-garde, 4 cylindres inclinés vers l’avant, double arbre à came, préfigure toutes les 4 cylindres de l’industrie italienne. A sa suite, la Gilera 4 (N°4) deviendra à six reprises Championne du Monde en 500cc de 1950 à 57.

Musee 13.JPGIndian Chief, 1200cc de 1940 devant une Chryler, town and country de 1947.





Musee 14.JPG
Deux 125cc Rumi : en rouge un rarissime Gobetto, une bête de course et en beige, le vainqueur du Bol d’Or 1958 à Montlhéry, à la moyenne de 87km/h. Il était piloté par Giuseppe Foidelli et Maurice Bois et préparé par le concessionnaire Max Roujou.



Musee 15.JPG
Un beau mariage : une Hispano-Suiza et une 750 FN 4 cylindres type N50 de 1925.





Musee 16.JPG
La 500 Koehler-Escoffier Mandoline de 1925 entre la Napier de 1914 et la Renault de 1911.





Musee 17.JPG
Bianchi 500 GP de 1964







Musee 18.JPG
250 Nougiers de 1955






Musee 19.JPG
500cc Peugeot bicylindres de 1923


18/11/2014

XXVIème Trophée International de Motocyclisme de San Remo Sur Autodrome d’Ospédaletti.

 

 Texte original de l'article
Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 805 du 09 octobre 2014
Ospedaletti 2014 001.JPG

Pour que le rêve continu, deux cent pilotes venus d’Europe se sont donnés rendez-vous en ce début septembre sur l’Autodrome d’Ospédaletti à l’appel de la municipalité d’Ospedaletti et de l’A.S.I. (Automotoclub Storico Italiano).

Ospedaletti 2014 030.JPG

A la simple évocation de « La Riviéra del Fiori », les mots chantent, le soleil est dans l’intonation de la voix. Le Corso Régina Margherita, la voie principale de la cité est enchâssée dans un tunnel de verdure. Palmiers, araucarias, eucalyptus et bien d’autres végétaux méditerranéens ont trouvé ici un terrain propice à leurs épanouissements.
Ospedaletti 2014 103.JPG
Recréer un circuit citadin n’est pas une sinécure, Raffaele Cardone en est le Directeur technique : « L’autodrome d’Ospedaletti/ San Remo a été utilisé par le monde de la moto de 1947 à 72. Pendant la manifestation, les routes sont coupées. Heureusement la population est demandeuse. Notre rassemblement n’est viable que grâce au bénévolat. Pour mettre en place les 3500 bottes de paille, 1000 barrières métalliques et 200 plots en Plastique sur les 3400 mètres du circuit, notre logistique comprend 200 personnes plus 50 autres de la Protection civile.
Samedi matin, sur le Corso Régina, les barnums sont dressés, les machines débarquées à l’ombre des hautes futées. Les contrôles administratifs et techniques ont lieu à la gare et à la mairie au niveau de la mer une centaine de mètres de dénivelé plus bas. Pendant toute la journée, on va assister à quelque chose que l’on ne peut voir qu’ici. La liaison entre le haut et le bas va s’effectuer dans une rue, plus ou moins « sécurisée » à fond les manettes, avec ou sans casque, en short ou en tongs.
Ospedaletti 2014 119.JPG
Tout au long du week-end, vont se succéder personnages et machines mythiques qui ont fait vibrer le sport motocyclisme. En Italie, le culte des Champions n’est pas un vain mot. Avec Marco Lucchinelli à sa tête, Gianfranco Bonéra, Roberto Gallina, Remo venturi, Paolo Campanelli, Phil Read et bien d’autres les paddocks ont été très animés. Dans les stands, le triple Champion du Monde, Eugénio Lazzarini est souriant mais au guidon de sa Benelli GP, il a gardé le poignet souple et rageur. Deux BMW RS54, dont une pilotée par Canellas Salvador qui fut le premier espagnol à remporter un GP en 68.  Le collectionneur américain Robert Iannucci du Team Obsolete de New-York, expose la mythique et originale MVAgusta 500 trois cylindres qui a permis à Giacomo Agostini de remporter sept titres de champion du monde entre 1966 et 1972. 
Cette vieille dame a qui personne ne fait attention excepté Louis Oulevey. C’est Nanou : la graisse, le bruit, les vapeurs d’essences, c’est SON MONDE. Des années 50 aux années 70, elle était une personnalité forte du monde des Grands Prix. Elle fut la compagne de Jacques Insermini, puis de Jack Findlay. Le couple Findlay/Nanou a été mythifié lors de la sortie du film « Continental Circus ».
Ospedaletti 2014 018.JPG
Côté français, des fondus de petits cubes sont réunis autour de Cédric Foliot. Il pilote un superbe Guazzoni compétition de 66. Le nordiste, Bernard Deleuze est un fou des 125 Motobécane de 70, mais à force de démonter, modifier et remonter sa machine il ne reste plus d’origine que les carters : un super travail. Après quelques beaux succès dans les catégories 50 et 125cc, à la fin des années 60, Philippe De Lespinay est parti chercher fortune aux Amériques, il a gardé sa taille joker et le poignet souple. Ses potes, Jacques Morello et Michel Fabre sont venus spécialement de Marseille pour se raconter leurs jeunesses et leurs arsouilles. Jean Morisque a de la constance. C’est sa troisième participation toujours sur son bitza à moteur 175 ACM préparé par Peïrano à Avignon il y a environ trente ans. C’est la première fois qu’il tourne sans aucun problème. Jacques et Nadia Lapeyre fêtent ici leurs quarante quatre ans de mariage : « Ma femme est formidable. Je ne sais pas comment elle fait pour supporter mes motos et moi. Je suis un peu fêlé mais comme dit Michel Audiard « Heureux soient les fêlés, car ils laisserontpasser la lumière ». 

Ospedaletti 2014 137.JPG

OU : Sur circuit citadin à Ospedaletti en Italie entre Vintimille et San Remo
QUAND : les 6 & 7 septembre 2014
PAR QUI : Commune D’Ospédaletti
                 Office du Tourisme à Ospedaletti
                 Via XX Settembre 34-18014 Ospedaletti 
                 http://www.circuitospedaletti.it/

et
                 AUTOMOTOCLUB STORICO ITALIANO
                 Villa Rey – Strada Val San Marino Supériore 27
                 10131 TORINO
                 Tél :             +39.011.839.95.37

Organisateur 1.JPGFranco Ranciaffi, Responsable de la presse pour cette organisation : « Nous sommes extrêmement fier de notre circuit citadin. C’est le dernier dans le monde. Nous avons eu un temps ensoleillé, j’espère que les deux cents participants ont profité au maximum de ces instants privilégiés.




Organisateur 2.JPGDe gauche à droite Paolo Conti, le présentateur de ce XXVIième Trophé d’Ospédaletti, Ariel Atzori, Vice-Président de l’A.S.I. et le Dr Palmito Poli, Président de la Commission National des manifestations de l’A.S.I.





Photo 1.JPGCa fume sur la ligne de départ.







Photo 2.JPGIls attendent sagement le départ, second à gauche, Marco Lucchinelli.







Photo 3.JPGLa première femme à faire son apparition sur le circuit d’Ospedaletti, Denise Biffi sur une 500 Gilera Saturno de 53.







Photo 4.JPGEntre deux Suzuki d’usine dont la 500 ex Mandracci, Louis Oulevey pose avec une célébrité des paddocks : Nanou. Rendue célèbre par le film Continental Circus, elle fut la compagne de Jack Findley. C’était une personnalité forte du monde des Grands Prix.




Photo 5.JPGUn très grand collectionneur de MV, Robert Ianucci du Team Obsolete de New-York sur la 500 MV 3 cylindres originale ex Agostini.







Photo 6.JPGPhilippe Delespinay sur Derbi Rabasa de 72 et son copain de plus de quarante ans Jacques Morello, au temps où ils se tiraient la bourre.






Photo 7.JPGMarco Dall’Aglio sur 500 Gilera San Remo de 47

 

 



Photo 8.JPGPhilippe Bacchialoni sur 250 Ossa SPQ de 1969.







Photo 9.JPGPaolo Bozzini sur 125 Innocenti Lambretta type D de 54.







Photo 10.JPGJuan Felix Cid Cobena sur 600 Scoot TT de 1930.







Photo 11.JPGMatteo Giaccone sur 500 Moto Guzzi Condor de 1937.







Photo 12.JPGNicola De Ceglie sur 175 Moto Morini Settebello de 57.







Photo 13.JPGRomano Damonte sur 125 Rumi Sport de 50.







Photo 14.JPGEric Marino sur 450 Ducati course de 71.







Photo 15.JPGJacques et Nadia Lapeyre fêtent leurs 44ans de mariage sur le circuit.








Photo 16.JPGJordy Garcia Pujol sur 500 BMW RS 254 de 54.







Photo 17.JPG
Philippe Delespinay sur 50 Derbi Rabasa de 72.

 

 

20/10/2014

SENSATION FORTE POUR VOYAGEURS AU LONG COURS (06, 04, 13 et Italie)

Texte original de l'article
Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 802 du 07 aout 2014

 

Draiilles du sud 2014 022.JPG

Une quarantaine d’équipages, plus de 1200 kilomètres en cinq jours, empruntant les plus hautes routes de notre pays (Col de la Bonnette et de la Lombarde), les 3ième Drailles du Sud organisé par le Moto Club de Sénas Durance, c’est du solide.

Draiilles du sud 2014 047.JPG

Mercredi 25, départ de Sénas puis Peyrolles, Gréoux, Annot, Entrevaux et remontée dans la vallée de la Vésubie pour atteindre Berthemont les Bains, terme de cette première étape : 270km, cela aurait suffi à beaucoup mais ce n’était qu’un hors d’œuvre. Claude Scalet en maitre de cérémonie distribue la suite des réjouissances : « Les Drailles du Sud sont réservés aux motos de 1945 à 75. Les amateurs de voyage au long cours sont gâtés. Chacun a son road book et roule à sa main ou par affinité ».

Draiilles du sud 2014 001.JPG

Jeudi matin, 8h00, les premiers s’élancent vers le col Saint Martin. Dans la descente vers la Tinée, Philippe Camuzard a stoppé sa Honda CB72 de 63 et s’extasie devant les parois aux roches rouges. En fond de vallée, nous empruntons la route du ski. Par une route bien large, nous traversons les villages d’Isola, puis Saint Etienne de Tinée. La chaussée s’élève gentiment jusqu’au hameau du Pra. Des générations de paysans se sont succédées pour y vivre en totale autarcie. Une église vouée à Ste Marie Madeleine, le four à pain communal, l’ancienne école, le lavoir et quelques maisons témoignent d’une activité soutenue. La pente se fait plus raide, nous attaquons le mythique col de la Bonnette/Restefond entre 8 et 12%. Les boisées du fond de vallée ont disparu. Les paysages se font vastes. La 600 BMW/2 attelé à un side Steib de Adrian et Angela Samways avale tranquillement les forts pourcentages tout comme la 350 Condor de Claude Scalet. Irène Malaval fait souffler sa 125 Motobécane Z26C de 56 : « Profiter de l’instant présent : une merveille et un devoir ». Le temps de faire le tour du Restefond, un moment impressionnant, nous sommes dans les nuages. Il n’y a pratiquement que des cyclistes et des motards. Au col, Christian Guiollard immortalise par une photo chacun des participants. Et nous plongeons vers Jausiers. Nous traversons Barcelonnette. Le stop est à l’attaque du col de la Cayolle : menu du jour : Pieds paquets, un délice. Pierre Dardenne couve des yeux sa Triumph Bonneville : « Qu’est ce que je pense de la balade ? Quatre copains, des motos et rouler : le pied ». On annonce 80 km sans station d’essence. Jean Paul Camuzard, 600 BMW/2 attelé, retourne sur Barcelonnette pour faire le plein. Au retour, les copains n’ont pas attendu, alors gaz. La route du col de la Cayolle est large comme la main, pas de problème gaz de quoi donner autant de sueurs à celui qui vient en face que celui qui suit. Nous poursuivons sur Guillaume, Valberg. Avant Beuil, la pluie se met de la partie. Un déluge, bien glacé, les chaussées sont transformées en torrent. Plus personne ne s’arrête. Alain et Jacqueline Akkouche, BM 75/5 et J.A.Trimaille, BM R60/2 roulent de concert. Saint Sauveur sur tinée, la Colmiane, Saint martin Vésubie et enfin Berthemont : Total de la journée : 275km.
Reste plus que trois jours à tenir avant le retour triomphant à Sénas pour la fête de la Saint Amand.

Draiilles du sud 2014 039.JPG

 

ENCAR MANIF
QUAND : du 25 au 29 juin 2014
OU : de Sénas à Sénas (Moyenne de 250km/jour)
COMMENT : Motos de 1945 à 1975
PAR QUI : Moto Club de Sénas-Durance
                 
http://motoclubsenas.com
                  Port. : 06.80.71.02.03

Organisateur.JPGChristian Guiollard, Président du Moto Club de Sénas Durance : « Notre circuit est réservé aux motos entre 1945 à 1975. Après les Cévennes et le Vercors, c’est notre 3ième Draille du Sud, c’est aussi le plus rude et le plus éprouvant pour les motos. Ce parcours concocté par Claude Scalet emprunte les grands cols des Alpes maritimes, des Alpes de Hautes Provence et de l’Italie »






photo 1.JPGCol de Restefond, un cadre somptueux pour une balade de rêve.







Photo 2.JPG
Col de Restefond / La Bonnette à 2715mètres d’altitude, là où la montagne tutoie les nuages, Isabelle Montpezat sur sa 350 BSA B31 de 54 semble chercher son chemin.






Photo 3.JPGPassage au camp des Fourches, un h
ameau militaire aujourd’hui déserté. Le Camp des Fourches est situé à 2300 m d’altitude






Photo 4.JPGIrène Malaval profite d’un panorama majestueux pour faire souffler son valeureux destrier, un 125 Motobécane Z26C de 56.






Photo 5.JPGDe l’herbe fraiche pour le 350 Motobécane R46C de J.F.Lafleur.







Photo 6.JPGLa vie est belle pour Pierre Dardenne sur sa Triumph Bonneville de 70.








Philippe Camuzard sur un très rare 250 Honda Photo 7.JPGCB72 de 1963.







Photo 8.JPG
Adrian et Angela Samways sur 600 BMW Série 2 attelé à un side Steib.







Photo 9.JPGSébastien Gros sur 250 MZ ES2 dit « La Banane ».







Photo 10.JPG
Hubert Poirier sur la route du col de la lombarde pilote son side 750 Cemec L7 et side Impérial.






Photo 11.JPGRobert et Michelle Delannet sur 580 AJS 18 CSR de 59.







Photo 12.JPGThéo Gavoty sur 125 Yamaha de 73.







Photo 13.JPGClaude Scalet, l’auteur du road book de cette 3ième édition des Drailles du Sud sur sa 350 Condor de 71 couleur armée.





Photo 14.JPGDirection Jausiers, Alain et Jacqueline Akkouche sur leur BMW 750/5.

 



10/10/2014

JOURNEE R.A.D. AU LUC EN PROVENCE

 Texte original de l'article
Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 805 du 11 septembre 2014

IMG_8423.JPG
Sur le circuit du Luc en Provence et sous un soleil écrasant, une cinquantaine de pilotes ont pris part à la journée piste organisée par R.A.D. Racing Association dans une atmosphère COOOL.

IMG_8426.JPG

Yvan Gachet, Patrick Guilbert et Christophe Carasco sont les piliers de R.A.D. Racing Association. Mais comme dans les trois mousquetaires par un prompt renfort ils se retrouvèrent à quatre, Pierrot Brancaleone, le rédacteur en Chef de R.A.D. Magazine (Radical Authentique Différent) est venu prêter main forte.
IMG_8434.JPG
Vers 8h30, sous la pinède du circuit, une fraicheur bienveillante vous donne regain de vitalité mais l’absence totale de nuage prédit déjà une journée accablante sous un soleil de plomb. Yvan et Corinne accueillent pilotes et machines pour un contrôle administratif et technique. Juste à l’entrée du circuit se sont installés des scooters, Sophie Dubus explique : « L’an dernier, nous n’étions que deux pour voir. Cette année nous sommes six scooters. Nous participons tous au « Challenge Scootentole ». Cette compétition s’est déroulée en trois manches Marcillat (03), Mirecourt (88) et Escource (40) et en septembre une épreuve d’endurance sur le circuit de Magny Cours (58). Si extérieurement les machines sont des Vespa 125 Primavera, PX, PK, Lambretta DL ou série 2, les moteurs sont survitaminés par des kits Quattrini ou Malossi ». Manu, Patrice et Aldo de l’Atelier Dual Mano de Salernes savourent la résurrection de leur petite dernière une Harley Davidson WR de 49. Aldo qui s’illustre déjà dans le Championnat de Provence de course de côte au guidon d’une WL de 42 va tester cette nouveauté. « En 1949, le WR était un vrai compé-client. Nous allons procéder aux derniers réglages, dit Manu, puis elle partira rejoindre son propriétaire en Angleterre pour faire des courses de Speedway. Notre savoir faire est maintenant reconnu et il s’exporte ». Philippe Cotterlaz et Alain Chavet partagent le même barnum, entre ducatistes on se comprend, pour le premier 350 de 72, ex Pierre Fontaine et pour le second 350 de 70. Et ce dernier de rajouter : «  Elle est à vendre 4500 euros, je viens de changer piston/segments. Si elle n’est pas vendue début septembre, je m’engage en endurance aux 3h00 mono de Saintonge ». Dans le parc, on remarquait quelques très belles machines comme la Yamaha OW01 de 1990 de Patrick Banfield, construite à environ 500 exemplaires ou celles sorties de l’Atelier Sud Side de Marseille : une Ducati 900SS pilotée par Aude, la Triumph Rob Nort T150 de Jean Baptiste ou encore la 750 Norton commando de Philippe. Les organisateurs avaient ouvert une session sides. Les protagonistes n’engendrent pas la mélancolie. Comme toujours, Christian Roncaglia avec sa verve inépuisable y met le feu. Un bruit suspect sur le moteur du 850 Moto Guzzi a donné des chaleurs à Michel Lantez, sans gravité après un arrêt aux stands. Pour Bruno Kowalewski et Lionel Heritier, de Chambon sur Lignon en Haute Loire, c’est la bonne pioche. Ils ont acheté leur Yamaha YR5 de 72 sur LVM il y a un mois à Sury le Comtal : « On est comme des gosses, dit Lionel. Il fallait tester à tout prix le jouet, alors on a regardé où était la session de roulage la plus proche de la maison et nous voilà. J’ai des machines modernes mais je rêvais de rouler en ancienne. La moto est rouillée, la peinture défraichie mais quand je mets gaz, ça tremble, ça hurle, ça va beaucoup moins vite qu’une récente, mais quel pied, je me crois au bout de l’enfer». 
IMG_8460.JPG
A midi, les Morisque, Jean, le père et Arnaud, le fils sont en grande discussion : « Mais Papa, tu es un danger avec ta 250 Ducati de 72. Tu ne dépasses pas les 100km/h » et le père de rétorquer : « Je ne comprends pas. Je t’assure quand j’ai acheté la moto il y a … quelques années, ta mère en passagère, on dépassait les 140 ».

Les séances se sont déroulées tout au long de la journée sans accros juste pour le plaisir de rouler entre amis.

IMG_8493.JPG

OU             : Sur le circuit du Luc en Provence dans le département du Var
QUAND     : Le 06 aout 2014
COMBIEN : 85€ les 6 séances
PAR QUI : RAD Racing Team
                 47, rue Julia
                 13005 Marseille
                 radracing@sunmotorcycles.fr

Organisateur.JPGUn des coorganisateurs Pierrot Bracaleone, rédacteur en Chef de R.A.D Magasine sur une T250 Suzuki coque Rocca: « Superbe, une cinquantaine de machines, nous rentrons dans nos frais. Il y a là un large éventail des deux roues : du 50 aux gros cubes, de l’ancien au relativement récent. C’est une réunion entre amis ».




Photo 1.JPG
Départ des sides







Photo 2.JPGCote à cote, deux sides BMW pilotés par Christian Rocaglia et Alain Ruggirelo, les singes Eric Blanc et « Titus » règlent aux poings les derniers détails.






Photo 3.JPGPour qui veut ne pas entendre, peut lire tatoué sur les avants bras de Manu « Dual Mano ». Cette Harley Davidson WR de 49 a été terminée la veille. Aldo va la tester. Elle prendra la route de la Grande Bretagne où l’attend son propriétaire. La compétence de l’Atelier Dual Mano de Salernes à un savoir faire qui s’exporte.




Photo 4.JPGJean Baptiste sur Triumph Rob North T150 de 72







Photo 5.JPGYamaha YR5 de 72, la bonne pioche de Bruno Kowalewski et Lionel Heritier achetée il y a un mois sur LVM.







Photo 6.JPGSous un soleil écrasant, Alain Ghetti, BSA Gold Stard, et Bernard Lecat, T120, apprécient l’ombre de la pinède du circuit du Luc.






Photo 7.JPGFred Deluy et Samuel Scapin sont des pilotes du Challenge Scootentole.







Photo 8.JPGPhilippe Cotterlaz sur Ducati 350 de 72, ex Pierre Fontaine.







Photo 9.JPGLaurent Elmary sur Aprilia RS V1000







Photo 10.JPGAude sur Ducati 900SS de 76.







Photo 11.JPGElle est à vendre la Ducati 350 de 70 d’Alain Chavet.







Photo 12.JPGChristophe Perrin sur 250Kawa KR1.







Photo 13.JPGPatrick Banfield derrière sa Yamaha 750 OW01 de 1990








Photo 14.JPGArnaud Morisque sur 250 Kawa S1 de 70.







Photo 15 a.JPGLaurent Berdejo sur deux Lambretta survitaminés
a / bicylindre DL







Photo 15 b.JPGb/ Série 2







Photo 16.JPGChristophe Carasco sur Honda RC 30 de 1988.

 





Photo 17.JPGChristian Allibert sur Harley Davidson XL de 92 préparée par Yannick Courant.

30/09/2014

Montemale di Cuneo, Une montagne de plaisir (Italie)

 

IMG_8239.JPG

Un week-end de camaraderie, d’union et de passion, voilà la recette du succès grandissant de la 8ième Démo de course de côte entre Valgrana et Montemale di Cuneo. Elle a fait un carton plein : cent trente participants motos et onze sides-cars. L’association « I’Baloss » de Dronero a été surprise par l’engouement et le nombre élevé tant des concurrents que du public.

IMG_8169.JPG

Situé sur les contreforts des Alpes, le château de Montémale di Cuneo (900m d’altitude) veille sur les quelques habitants du village. La richesse végétale est partout. A la succession de champs de maïs, de blé et d’arbres fruitiers de la plaine du Pô, succèdent forets et alpages.
IMG_7581.JPG
Samedi, dans l’après midi, la colonie française en habituée des lieux a pris ses quartiers à la sortie du village. Eau et barbecue sont à disposition. Les tentes et barnums dressés, les machines à terre : la détente peut commencer. Les organisateurs sont sur les dents, les travers de porc commencent à griller, deux cent personnes sont attendu sous le grand chapiteau au repas de soir. Pour leurs premières participations, Jean Yves Forthoffer, Marcel Chaussignand et Raoul Barthelemy avec respectivement une 350 Magnat Debon entretube de 28, une 250 Koehler Escoffier R4 de 51 et une 500 Terrot NSS de 27 sont un peu inquiets : « Nous venons de Malaucéne et nous espérons ne pas nous faire pousser par des fusées ». Mais ici, Alfio Marino, Président du Club organisateur « I’Baloss » le répète sans arrêt : « Tout est accepté du début de la moto jusqu’à fin 1992, du 50cc aux grosses cylindrées, de la machine de série à celle bricolée en passant par la vraie de compétition. Tout le monde est là pour rouler et se faire plaisir ». Le Dignois Fred Exubis, Triumph T120 de 71 écarquille les yeux : « J’ai lu le reportage de la manifestation de l’an dernier sur LVM et cela m’a donné l’envie d’y venir ». Il a entrainé dans l’aventure son copain Marc Torno d’Oraison : « J’ai acheté ma moto une 500 Ducati Pantah en avril dernier à la Sunday Ride Classic à Christian Desbordes et depuis je n’ai pu la faire rouler que sur de très courtes distances. Cela va être le premier vrai test ». Michele Saladino et son ami Acquillo Dacco sont tout sourire, ils vont faire ronfler leurs 250 Benelli bicylindre.
IMG_7664.JPG
A partir de 20h00, devant le grand mur d’escalade, sous les chapiteaux, grillades et petit vin pétillant contribuent au bien vivre de l’ensemble de l’assemblée. La fête se poursuivra tard dans la nuit. 
Dimanche matin, certains ont de drôles de tête, les bulles du « spumante » se sont coincées entre les lobes du cerveau. Les inscriptions se font avec le café. Cent trente concurrents motos plus onze side-cars : très rapidement, les organisateurs sont dépassés, surpris d’un tel engouement. Les derniers pilotes partiront sans numéro. Jean François Rebuffo est totalement satisfait. Il possède le numéro neuf : « Comme le neuf décembre jour de naissance de mon petit fils Lorenzo ».  Revoilà France Caranta, un assidu du rassemblement comme son Moto Guzzi Galleto de 63, pour preuve les huit logos des huit éditions collés sur son scooter. Mauro Giordano, un spécialiste du 50cc : « Chaque année, je viens avec une nouvelle machine, aujourd’hui c’est un Fantic Caballero. Je ne l’avais pas touché depuis deux ans, trois coup de kick et c’est une affaire qui tourne ». Deux montures, une CB900F Yoshimura de 75 et un 360 Villa de cross de 74, superbe bête, Gian Mario Bianco est un homme prévoyant. Au long de la journée, le soleil va jouer à cache-cache avec des nuages très menaçants, bien heureusement sans une goutte de pluie. Dans l’après-midi, un public nombreux et avide de rassemblement mécanique était là pour applaudir en connaisseur.
a.JPG
Après la remise des prix, une bouteille de vin et un saucisson, Fred Exubis était satisfait : « Je ne regrette pas d’avoir lu le compte rendu de LVM l’an dernier. Tout y est conforme ; le lieu est splendide, les gens sont sympas, les machines sont à l’image de leurs propriétaires. Le matin, on se réveille au son des sonnailles, des chevreuils traversent la campagne. Il ne reste plus qu’à revenir l’an prochain ». 

IMG_7710.JPG

OU : En Italie entre VALGRANA & MONTEMALE, à côté de CUNEO
QUAND : les 05 et 06 juillet 2014
COMBIEN : 12€ le repas du samedi soir et 30€ les montées comprenant entre autre l’assurance de FIM pour la journée.
PAR QUI : Associazione Sportiva “I Balòss” de Dronero.

Organisateur.JPGAlfio Marino, Président de I’Baloss de Dronéro : « Je remercie en premier les habitants de Montémale pour leur participation active à la réussite de ce rassemblement.  Je suis très satisfait aussi de la tournure des événements, quand à la fin du week-end, on vient me serrer la main pour me dire bravo : on se revoit l’an prochain. Je suis au paradis »

Photo 1.JPGEn attendant le départ, Serge Jordy du club MC2A sur Honda 550 four de 75 derrière la 125 RS Maico de Dietrich Uwe.



Photo 2.JPGMarc Torno, 500 Ducat Pantah de 79 et son copain Fred Exubis, Triumph T120 de 71 sont pantois devant un paysage si beau.  



Photo 3a.JPGPhoto 3b.JPGFrance Caranta sur son Moto Guzzi Galeto de 63 a participé aux 8 éditions précédentes. Il a encore tous les autocollants.




 Photo 4.JPGFrancesco Vito pose fièrement avec sa 450 Suzuki de 81





Photo 5.JPGFlavio Mellano sur 350 Norton international





Photo 6.JPGDes fidèles de la montée de Montemale, Oliviero Frésia sur 125 Fantic de 81 et sa fille Juilia sur Minarelli 50 de 67.




Photo 7a.JPGPhoto 7b.JPGQui a-t-il entre Matteo Poetto sur son bitza Rizzato et Enzo Pavan sur 250 Suzuki RGV ? Juste une tonne de plaisir


Photo 8.JPGAlfio Marino ouvre la route sur sa Bimota YB9 de 94.





Photo 9.JPGRaoul Barthemy de Malaucéne sur 500 Terrot de 1927





Photo 10.JPGDavide et Simone Vigna sur side à moteur Kawasaki GPZ 900




Photo 11.JPGAlain Ruggirello pilote un side 1000 BMW son passager est Gilbert Prauly dit « Titus »




Photo 12.JPGMauro Giordano sur 50 Fantic Caballero





Photo 13.JPGTout est permis, même les grosses tétines, Franco Flésia sur 250 Beta.




Photo 14.JPGDe la belle machine avec Paolo Rossi sur 500 Moto Guzzi Condor.




Photo 15.JPGDietrich Uwe pilote un 125 Maico RS

 




Photo 16.JPG380 Suzuki NGT piloté par Osvaldo Marengo

05/09/2014

Course de Côte de Veaux (Malaucène) (84) Championnat de France de Motos Anciennes et Championnat de Provence

IMG_6418.JPG

A l’appel du Moto Club d’Avignon, quatre vingt dix équipages s’étaient donnés rendez-vous à la course de côte de Veaux où se sont déroulées les secondes manches du Championnat de Provence, après Gattières et du Championnat de France de Motos Anciennes, après Saint Alban en Bretagne. 

IMG_6431.JPG

Le "hameau de Veaux" est situé sur la commune de Malaucène dans le Vaucluse, en Provence, au pied du mont Ventoux. Entouré de vignes et de forêts, il surplombe la vallée du Toulourenc. Peint par les artistes, décrits par les poètes, cet endroit idyllique, baigné de soleil, est aux portes de la campagne provençale. 
IMG_6432.JPG
Les saltimbanques de la route ou les fondus du bitume ont fait du chemin. C’est une représentation comptant pour le Championnat de Provence mais aussi la seconde manche du Championnat de France de course de côte de motos anciennes. 
14h00, samedi après midi, le cirque commence par les formalités administratives et techniques, le paddock se situe au milieu de ce terroir dans un champ arboré, à vingt minutes du village. Un des premiers arrivés est Jean-Noël Dekrakreni et toute sa tribu motarde, même le petit dernier, Djessy, deux ans, suit papy sur sa la moto électrique. Au cours de l’après-midi, les autres acteurs de cette super production viendront agrandir le cercle des amis. Alain Duroy du Moto Club de Monaco pilotera une 400 Honda VFR HR24 de 1987 : « J’habite maintenant le jura mais je reste fidèle à mon club de début. Vu les aléas de la vie, j’ai décidé de me faire plaisir. J’en profite pour faire le championnat de France. On se retrouve entre copains dans une ambiance saine ». Christian Geoffre, dit « l’Empereur » est toujours là, indestructible, comme sa 350 Yamaha RDLC de 84. Un coup de chapeau pour la superbe machine de Christophe Convers de l’Amicale Motocycliste du Doubs, une moto à cadre Richman et moteur Kawa Z1000 de 1978.  L’Alsace est bien représentée, les Steiner, Jean-Paul et William, père et fils du moto club de Rixheim sur basset BMW Boll de 74 et l’autre tandem, Jean-Marc Schickel et Jean-Luc Flesch également sur basset BMW 1000 de 79, Jean-Luc : « Notre club, le moto club de Munster organise les 26 & 27 juillet la côte de Gaschney, on peut y voir plus de deux cent participants, une grande fête ».
IMG_6433.JPG
Quand le soleil décline à l’horizon, après un petit apéro, de gros insectes font leurs apparitions. Non, ce n’est ni la berlue, ni l’excès d’agent toxique, tout simplement une soirée déguisée. C’est aussi pour cela que l’on vient aux courses de côte.
Dimanche matin, la voiture d’ouverture prend feu laissant une trainée d’huile sur la route : bilan une heure et demi de retard. Puis des problèmes de compatibilités entre les règlements : le Championnat de France Moto ancienne monte en régularité et vitesse, la Ligue seulement en vitesse. Finalement la quatrième et dernière monte du Championnat de Provence est annulée, laissant un gout amer et d’inachevé aux participants.  

IMG_6846.JPG

CLASSEMENTS
Classe 10
1 Aldo De Taddeo

Classe 12
1 Patrick Barnoin
2 Christian Maupomé

Classe 13
1 Patrick
Rigaud
2 Bruno Lafaurie

Classe 14
 1 Eric Rouget
2 Didier Duranton

Classe 16
1 Fabrice Ricroch
2 Christian Maupomé

OU : Malaucène (84)
QUAND : 18 mai 2014
COMBIEN : 50€ + licence FFM
PAR QUI : MOTO CLUB D'AVIGNON ET DE VAUCLUSE
4, Square des cigales
84140 Montfavet ( France )
Tél : 04.90.23.93.92
Tél:   06.81.49.30.28 (président)
Mail :
motoclubavignon@gmail.com

Organisateur.JPGXavier Sevat, Président du Moto Club d’Avignon et Lilou, son chiuwawa : « Nous organisons cette course de Veaux pour la troisième année en Championnat de Provence et la première fois pour le Championnat de France de Motos Anciennes. 1904 / 2014 : 110 ans, nous sommes un des plus vieux motos de l’hexagone. A cette occasion, nous organisons une démonstration en motos ancienne le 21 septembre 2014. Il n’y a donc plus qu’à s’inscrire ».


Photo 1.JPG

Ambiance Paddock






Photo 2.JPG
Christian Martini derrière son 125 Suzuki GT de 76







Photo 3.JPG
Cool, Didier Milani, Ducati 900SS, et Jean-Paul Lanza, Suzuki T500 font de l’influx, cool.






Photo 4.JPGChristophe Convers de l’Amicale Motocycliste du Doubs devant sa Richman à moteur Z1000 de 1978.







Photo 5.JPG
Richard Villermet de Courcelles (60 habitants) à coté de Besancon sur 750 Kawazaki Stinger de 89







Photo 6.JPG
Tout va très bien, Jean-Marc Schickel monte en régularité sur sa 350 Peugeot P134 de 1935






Photo 7.JPG
Maurice Joron, Champion de France en titre moins de 500cc moto ancienne sur 350 Yamaha RDLC de 83.






Photo 8.JPG
Jean-Luc Flesh démarre en wheeling sur sa 1100 Suzuki GSXR







Photo 9.JPG
Sur un basset, la connivence entre les deux acteurs doit être sans faille. Du Moto Club de Rixheim, Jean-Paul & William Steiner, le père & le fils sont unis par la même passion sur un BM Boll 1000cc de 74.





Photo 10.JPG
Du Moto Club de Munster, Jean-Luc Flesch, le pilote et Jean-Marc Schickel sur basset 1000 BM de 79.






Photo 11.JPG
Patrick Rigaud sur Kawazaki Godier Genoud 1170cc







Photo 12.JPG
Challenge 125cc, Fabrice Ricroch sur 125 Kawazaki KH de 76







Photo 13.JPG
Yvan Gronchi du club de Sisteron sur proto à cadre RGV de 88 et moteur KTM 400 de 2001.






Photo 14.JPG
Didier Duranton sur 600 Yamaha FZR de 89.

 







Photo 15.JPG
Marine Dekrakreni sur 125 Yamaha RDLC de 84.

17/08/2014

ASI Moto Show 2014 où l’histoire de la moto de piste (Italie)

 Texte original de l'article
Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 798 du 19 juin 2014
a.JPGComme chaque année depuis treize ans, le circuit de Varano de Mélégari près de Parme accueille la plus grande manifestation d’Europe de motos de course. Mille deux cents machines représentant une bonne partie du patrimoine industriel, des balbutiements à un passé récent.

IMG_0307.JPG

Vendredi, 8h00 du matin, les portes du circuit s’ouvrent, les gens se pressent, la fête va commencer. Une première demi-journée est consacrée au déballage, au montage des stands, aux vérifications administratives et techniques. IMG_1581.JPGCette treizième édition de l’A.S.I. Moto Show met en lumière les cinquante ans de carrière de Roberto Gallina, pilote de Grand Prix de 69 à 76 mais il s’illustra surtout en tant que patron de team manager. Sous sa houlette, Marco Lucchinelli et Franco Uncini sont devenus Champion du monde. Un autre thème abordé cette année, l’écurie de course d’endurance Segoni (1972/79), cette entreprise florentine spécialisée dans la fabrication de cadre de moto.
Dans le paddock, sous l’appellation véhicules historiques d’Emilie Romagne, c’est toute une région qui se mobilise et montre son savoir faire, Benito Battilani : « Notre dépliant publicitaire signale « Emilie Romagne terre de moteur ». Avec les villes de Reggio Emilia, Modene, Bologne, nous avons là un très riche patrimoine industriel. Sur notre territoire, nous avons une douzaine de musées nationaux et collections privées pour engins à deux et quatre roues qui retracent ce passé glorieux. Nous nous fédérons et montrons nos acquis.». Pour sa seconde participation à ce rassemblement, le « Rétro Motos Cycles de l’Est », du Président, Denis Fleury a rapidement trouvé sa vitesse de croisière : « Nous sommes toujours accueillis les bras ouverts, cela fait plaisir. Cette année, nous sommes une quinzaine de personnes et la restauration est assurée par notre traiteur maison. Les victuailles ont été acheminées en camion frigo ». Pendant les trois jours de roulage, ce lieu va devenir le refuge des français. Il y a là, Claude Scalet et Claude Caucal de l’écurie Nougiers, le premier roulera sur un 400 ABC type FPH de 1920, le second va tourner sur un 500 Terrot/Magnat de 35. François-Marie Dumas, auteur du livre « Les motos Nougiers », de passage sur le circuit, va mettre le cuir et enchainer quelques tours sur une 500 Nougiers 2ACT de 37. Le Club Aermacchi expose une dizaine de machines dont la Linto, un 500GP de 73, œuvre de Lino Tonti. Ellesulte de l'accouplement de deux moteurs 250 cc Aermacchi. La commune d’Ospédaletti, près de San Remo, se fait un peu de publicité. Elle organise les 6 & 7 septembre son Grand Prix, un circuit en ville, ombragé sous les palmiers de la riviera des fleurs et en toile de fond la grande bleue : un tableau idyllique. Si le cœur vous en dit le rendez-vous est pris.
IMG_9602.JPG
A partir de 13h30, le grand Show est lancé. Les machines ronflent. Les protections pour les oreilles sont recommandées. C’est une entrée en bouche juste une séance d’essai, reconnaissance et prise en compte des paramètres du circuit.

Samedi et dimanche, le public se presse. Le spectacle est plus dans les paddocks que sur la piste. La rareté et la curiosité est partout, comme cette petite moto montée avec un Cucciolo ou cette 350 Ariel W/NG de 39 qui de 1986 à 2013 a parcouru 600 000 kilomètres en allant aux grandes concentrations européennes.
Louis Oulevet se fait plaisir sur sa 500 Suzuki TR de 73 ex Mandracci.
Le « Fada Massalia Cycle Team » a de nouveau frappé. La Bernasse de 1900 dont la culasse est refroidi à l’eau, a craqué. Frédéric Agnel a effectué un tour de piste : « On ne l’avait jamais mis en marche. Les organisateurs sont tellement sympas que l’on se doit d’être à la hauteur de leur gentillesse. Il y a 2 ans nous avions 4 Rovin, l’an dernier 2 Calthorpe, cette année la Bernasse et une Rovin, l’an prochain ce sera… ». Il ne dit rien. Il ne reste plus qu’à être au rendez-vous l’an prochain pour la 14ième édition de l’A.S.I. Moto Show.

IMG_9217.JPG

OU              : En Italie, sur le circuit de Varano de Melegari près de Parme.
QUAND     : Les 11 – 12 et 13 mai
COMBIEN : Gratuit pour le public
                  110€ pour une moto, gratuit pour la seconde 
PAR QUI   : AUTOMOTOCLUB STORICO ITALIANO
                  Villa Rey – Strada Val San Marino Supériore 27
                  10131 TORINO
                 Tél : +39.011.839.95.37

Organisateur.JPGOrganisateur: Ariel Atzori, Vice-Président de l’A.S.I. : « Je remercie l’ensemble des participants pilotes et public. C’est une des plus grandes manifestations de ce genre en Europe. Elle est très internationale. Italiens, français, allemands, autrichiens, suisses, anglais, tchèques et bien d’autres. Tous unis dans une belle atmosphère qui profite à notre passion. Plusieurs thèmes sont abordés cette année, entre autres les cinquante ans de Moto de Roberto Gallina, un coup de chapeau à l’écurie de course et d’endurance Segoni, le centenaire du premier Grand Prix d’Italie, … ».




ROBERTO GALLINA
Ph Gallina 1.JPGStand du Team Roberto Gallina







Ph Gallina 2.JPGRoberto Gallina et la Hayashi 750 de 1986/88







Ph Gallina 3.JPGMarco Lucchinelli, Champion du monde en 500cc en 1981 sous la bannière du Team de Roberto Gallina semble apprécier la présence de son mentor à ses côtés.

Cette année A.S.I. Moto Show rend hommage à Roberto Gallina pour ses cinquante ans de métier dans la moto. Sa carrière a commencé dans les années soixante avec l'obtention en 1964 du titre de Champion de la montagne. Ses bons résultats lui ont valu en 1968 d’être remarqué par Joseph Pattoni pour courir sur une 500 Paton. 1973 fut sa meilleure année, il termina huitième au championnat du monde 250cc. Après avoir mis un terme à sa carrière de pilote, il a créé sa propre équipe de course qui s'est avérée être une entreprise prospère. Il a remporté deux championnats du monde 500cc en tant que propriétaire de l'équipe en 1981 et 1982 avec les coureurs Marco Lucchinelli et Franco Uncini.
Fin metteur au point, il réalisa, sur demande d'un financier japonais, la 750 Hayashi. Elle fut produite entre 86 et 88. Cette machine de hautes performances, était dotée de la meilleure technologie de course. Elle était destinée à une clientèle sélectionnée. Elle fut réalisée en seulement 12 exemplaires. Dans la revue « Moto journal »n° 954, elle était qualifiée de « Moto de course pour la route ».

Photo 1a.JPGParade des Champions : Eugenio Lazzarini, Champion du monde 125cc en 1978 et en 50cc en 1979 et 80.






Photo 1b.JPGParade des Champions : Jean-François Baldé, accompagné de son épouse Josée,
 a gagné 5 Grand Prix durant sa carrière et il est monté 26 fois sur un podium.






Photo 2.JPG
Farina Juliano sur Kawasaki/Egli Z1 de 74, à ses côtés Dal Sasso Giorgio sur 1000 Laverda Space Frame de 75 discute avec Piéro Laverda, en casquette sur sa 500 Laverda d’endurance de 75.




Photo 3.JPGMarco Perpoli pilote une 1200 Bimota YB5 de 89.







Photo 4.JPGLe Docteur Palmino Poli, Président de la commission nationale des manifestations motos de l’ASI, nous présente Le side Bohmerland mue par un moteur de 600cc Sturmey Archer.





Photo 5.JPG
Hubert Rigal sur un 500 Yamaha OW60 de 82.







Photo 6.JPGGuido Testoni sur 250 Amstrong CM35 de 81.
(80 machines de ce type ont été construites). 






Photo 7.JPG
Roger Weber sur 750 Harley Davidson WR de 41.






Photo 8.JPGLe club Aermacchi présente un certain nombre de machines dont au premier plan la 500 Linto. C
réé par Lino Tonti, le moteur de 500 cm³ résulte de l'accouplement de deux moteurs 250 cc Aermacchi. Conçues pour la compétition, elles étaient rapides, mais fragiles. Ces motos se sont particulièrement illustrées dans les mains de Gyulia Marsowski (CH), second du Championnat du monde 69 derrière Giacomo Agostini, André-Luc Appietto (FR) et Jack Findlay (AUS).

Photo 9
Photo 9.JPGLa deuxième édition du livre « Les motos Nougiers » va paraitre, son auteur, François Marie Dumas va jusqu’au bout. Il teste la 500 Nougiers 2ACT de 37.






Photo 10.JPGLa 400 Aermacchi Ala d’Oro n°44 de Michel Lafargue est à la lutte avec la 350 Aermacchi Ala d’Oro de Davide Manazzi.






Photo 11.JPG
A bloc, Giovanni Pietro Soncini sur 700cc S.I.A.M.T. de 1910.







Photo 12.JPG1914-2014 : Evocation du 100ième anniversaire du Grand Prix d’Italie. Le départ est donné par Robert Iannucci, collectionneur des vrais MV de course, en présence du curé et de l’enfant de cœur.

Photo 13.JPGFrédérique Agnel du club « Les Fadas Massalia Cycle Team » vient de parcourir avec la Bernasse de 1900 un tour de circuit.









Photo 14.JPGEcurie Segoni
Sa première réalisation cadre/coque alu, moteur Laverda 750 SFC suspendu, a obtenu une neuvième place aux 200 milles d’Imola en 1972. Elle était pilotée par Augusto Brettoni.





Photo 15.JPG
La 175 Jawa spéciale de 36 piloté par Peter Balaz suivie de la 350 Norton international Racing de 37 d’Angelo Corbetta.






Photo 16.JPG
Basset BMW 1000 piloté par Christian Roncaglia.






Photo 17.JPGRino Mordacci sur Norton Commando de 72







Photo 18.JPGIl ne nous faut pas grand-chose : un parasol, une Moto Guzzi attelée, sur le panier une machine à découper le salami, un gros morceau de parmesan (c’est la région) et une énorme Dame-jeanne contenant un petit vin pétillant. Elle n’est pas belle la vie.

 




Photo 19.JPGGianluca Lotti sur 600 Ducati TT2 de 82.

18/06/2014

11ième Editions de l’Expo-Bourse à Valbonne (06)

 Texte original de l'article
Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 796 du 05 juin 2014

En ce jeudi 1er mai, à l’appel du Club Roquefortois Autos et Motos de Collection, ils sont nombreux les passionnés de mécaniques autos et motos à venir rouler les mécaniques à Valbonne sur le grand pré de la Vignasse.

Les Alpes Maritimes sont pauvres dans ce genre de manifestations. Les organisateurs de ce rassemblement, les frères Nicolas et Jean-Paul Ventugol se donnent sans compter. Elle fait l’unanimité chez les amateurs de deux ou quatre roues.
Le principe est simple, créer autour de plusieurs pôles : autos, motos, bourse et des expositions artistiques, un mouvement de va-et-vient tout au long de la journée, au gré des arrivées et des départs. L’entrée gratuite facilite ce renouvellement. Chacun arrivant avec sa machine, le chineur est tour à tour exposant et badaud.
Dès l’entrée du pré, un panel de voitures bleues, barquettes Alpine Renault où Renault Gordini, nous rappelle le riche passé mécanique des couleurs Françaises. Dans la salle des Pré des Arts, les artistes Yves Lantéri et Hervé Nys présentaient de magnifiques sculptures sur le thème de l’auto et de la moto.
 
L’Amicale des Rétrocyclettes Villeneuvoise forme le gros de la troupe deux roues. Les motards de passage viendront grossir les rangs en s’installant devant.
CONVIVIALITE, on s’arrête, on discute, on a tout le temps, on parle. Bernard Franco a invité chez lui à la campagne des copains du Norton club : « Nous étions une dizaine. Les motos bien alignés, c’était superbe ». Bernard Boyette, dit « BB » était le mécanicien d’Alain Renouf : « J’ai remonté cette Kawasaki 900 Z1 de 73. C’est la 5ième arrivée en France. Je suis entrain de récupérer pièce par pièce une 750 Norton Commando Roadster qu’un client avait démonté dans sa cave et laissé là à l’abandon ». Gilles Prévot présente un 50 Honda Dream : « J’achète les motos avec mon frère Patrick. Ainsi à deux, on peu en avoir plus. Celle-ci est de 97, mono cylindre, 4 soupapes, construite pour les 50 ans de Honda. Elle est inspirée du 50cc de course le RC 110, un bicylindre double arbres, 5 soupapes de 1961 ». Alfio Marino a amené une 350 Saroléa type B 34 SS de 34 et une superbe Cagiva Racing prête à courir, à vendre 800€. Il en profite pour faire de la publicité pour la démonstration de course de côte de Montemale qui aura lieu le week-end du 6 au 7 juillet.
Côté bourse, Elie Elbaz est un habitué des lieux avec sa boutique « Bick Jack Solex » au Cannet. Il vend des Solex 2200 et 3800 à partir de 350€. Spécialiste de l’outillage et de matériel industriel, Stéphane Derrives est là pour la première fois. Chez Bruno, on soude et on bouche les trous sur zamak, cuivre, laiton, bronze avec la baguette magique. Un italien de Dolce Aqua pas très loin de San Remo est venu, un camion chargé de cyclos.
Une journée de 1er Mai, très cool, il en faudrait beaucoup plus dans une année.

OU : Valbonne Sofia Antipolis – 06 
QUAND : 01 mai 2014
COMBIEN : exposition autos & motos : gratuit bourse : stand 4,00x3, 00 : 20€ PAR QUI : Club Roquefortois Autos Motos de Collection 
Tel : 06.68.45.01.92
http://www.expo-bourse-autos-motos-roquefort-les-pins.com

Organisateur.JPGNicolas Ventugole : « Après le succès des précédentes éditions, le Club Roquefortois Autos et Motos de Collection récidive pour le plus grand plaisir des passionnés de machines de collections. Ils sont tous de sortie en famille ou entre amis en ce 1er  mai pour la 11ème Edition Auto Moto Retro à Valbonne village !!! »






Photo 1.JPGAmbiance







Photo 2.JPGBoyette Bernard dit « BB » ancien mécano d’Alain Renouf et sa Kawasaki 900 Z 1 de 73.







Photo 3.JPGL’ami Popeye et sa superbe Motobecane revue à sa façon.








Photo 4.JPGGilles Prévot et sa Dream 50








Photo 5.JPGElie Elbaz de Bick Jack vente des Solex 2200 & 3800 à partir de 350€










Photo 6.JPGUn coin réservé au Club Français du Cyclo-sport : Motobecane SP50, Malaguti Stempo, Testi Grand Prix.







Photo 7.JPG350 Saroléa type B34 SS de 1934 et 175 Dédé de 1927.

Photo 8
Une Suzuki GT 550 et une Kawasaki Z750 attendent leurs propriétaires parties faire la bourse.

 



Bourse 1.JPG125 Motobecane L de 1971 : 1100€







Bourse 2.JPG175 Peugeot TB de 1960 : 500€






Bourse 3.JPGHonda CB 250 (moteur bloqué) : 700€








Bourse 4.JPGBidon d’huile « Roll’s Oil » : 8€ pièce







Bourse 5.JPGPot échappement de 100 Terrot : 20€







Bourse 6.JPGReservoir Jawa 350 california : 20€







Bourse 7.JPGReservoir Malaguti Sportivo : 50€






Bourse 8.JPGPocket bike : 250€






Bourse 9.JPGMotom pour mécano : 350€







Bourse 10.JPGItom Super Sport de 58 (moteur bloqué) : 400€







Bourse 11.JPGMoteur 100 Terrot : 70€







Bourse 12.JPGBoite 250 Magnat Debon (3 vitesses) de 1930 : 50€

 







Bourse 13.JPGSuper affaire : 125 Cagiva Racing prête à courir : 800€ 

10/06/2014

MONACO MOTOR LEGEND 2014

 Texte original de l'article
Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 786 du 27 mars 2014

Monaco, Monté Carlo, un lieu mythique pour son casino, sa débauche de luxe, ses fastes princières et son Grand Prix de Formule 1, dans ces conditions le Monaco Motor Legend 2014 ne pouvait pas déroger à cette légende.

IMG_7018.JPG

Ce  salon du Plus est installé face au port Hercules, entouré d’immeuble si haut que tous les ans au moment de cet événement, ils accrochent les nuages et nous avons droit à une douche mémorable.  Juste à coté, sur le boulevard Albert 1er, des lignes peintes au sol marquent l’emplacement de la grille de départ du Grand prix, et nous voilà au cœur de l’histoire.

IMG_7029.JPG

En pénétrant par l’entrée principale, une impressionnante double rangée de véhicules,  des fleurons de technologie développés pendant les grandes années d’après-guerre par Ferrari, Maserati, Lamborghini, Bugatti, Rolls Royce ou Jaguar, un plateau course de Porsche d’exception, souvent aperçu sur le mythique circuit du Mans, composé de Porsche 904, 906, 911 Martini Racing ex. Mary Stuart, et 917 Spyder, un hommage également aux belles mécaniques d’avant-guerre avec, entre autre, une Delage de 1914. Et que dire du prototype de 1931 de Francois Guidobaldi, un passionné. Seul, il avait mis au point un moteur en étoile et les roues de la voiture s’inclinaient dans les viragescomme les nouveaux scooters avec les deux roues de devant.IMG_7031.JPGDans toutes ces merveilles, le deux roues a su brillamment relever le défie avec un très rare cyclo Rosengart type A de 1921 sur le stand du US cagnes Véhicules d’Epoques. Mais le « Club motos et scooters de Roquebrune Cap-Martin » a excellé en soumettant aux curieux une cinquantaine de machines dans un échantillonnage très éclectique, en premier lieu, le vélo, deux roues à moteur humain (ou bicylindre à sueur). On pouvait voir un vélo de piste de 1900 avec jantes en bois et chaine à double maillons, et quelques exemples de bicyclette ayant un changement de vitesses spécifique, soit par retournement de roue, soit par système de retro-direct ou encore par un dérailleur « super champion ». Puis naturellement, on passe au BMA (Bicyclette à moteur auxiliaire) moteur que l’on ajoute sur sa machine comme le Cyclemaster et le Mosquito, d’autres sorties d’usine entièrement montées comme ce Solex de 1948 ou le Cucciolo Ducati, un 4 temps crée par Aldo Farinelli à la fin de la guerre. Sur une petite estrade, un Ardent, le « Baby » à petites roues de 1951 est l’œuvre d’un matelassier cannois. Il distribua sa production confidentielle dans tout l’hexagone. Tout est curiosité, comme cette 350cc Radior type ASS de 26, la Terrot 350cc type GSS de 24 ou encore cette Alcyon de 1917 à moteur Ballot. Les établissements Ballot étaient spécialisés en moteur de bateau. A partir de 1919, une nouvelle aventure ; ils se lancent dans la construction de voitures. IMG_7070.JPGA l’extrémité du barnum, trois Vespa : un 50cc de 67, un 125cc ACMA de 56 et un 125cc Piaggio de 52 ; ce dernier, une star, a tourné dans le film « Cloclo » de Florent Emilio Siri avec Jérémie Rénier, Benoit Magimel, Monica Scattini,… Il est sorti sur les écrans en mars 2012 et les actions se passaient dans les rues de Menton. 

Les seventies ne sont pas oubliées, c’était le temps où la guerre faisait rage entre le reste du monde et les partisans des japonaises. La Honda CB 450 K0 de 66, la Honda CB 350 de 68 ou la vedette : la Honda 750 K0 de 70 annoncent l’avènement d’une mécanique aseptisée.
A ce rendez-vous du « Monaco Motor Legend » millésime 2014, la moto a su se hisser à un très bon niveau.
2015 commence dès à présent.

IMG_7105.JPG

OU : A Monaco, sur le port Herculis
QUAND : du 28 février au 02 mars
POURQUOI : Véhicules de prestige
COMBIEN    : 10€
PAR QUI      : WELL COM Monaco
                       Le château d’Azur
                      44, Bd d’Italie
                      MC 98000 MONACO
                      Tél. : +377 97 98 04 12  

Organisateurs.JPGSonia Thevenet et Bruno Leuci : « Cette année, notre coup de cœur va à Louisette (90 ans), la fille de Francois Guidobaldi, le concepteur de la Guidobaldi. Elle a pleuré en voyant la voiture de son père en état de marche. Elle revivait les longs moments que passait son père au garage à la mise au point de sa voiture ».




Photo 1.JPGDevant une Ferrari, André Mazzoni, Président de Motos et scooters de Roquebrune Cap-Martin présente une 500 Vincent Comet.






Photo 2.JPG350cc Radior type ASS de 1926






Photo 3.JPGTrès rare cyclo Rosengart de 1921







Photo 4.JPGCyclo Ardent de 1951 fabriqué à Cannes






Photo 5.JPGZundapp falconnette KS 50 de 1961






Photo 6.JPG Gérard Spagli, Champion de France des Rallyes Routiers 2013 catégorie Classique sur Yamaha 400 RD de 76.






Photo 7.JPGAlcyon Ecclésiastique 100cc de 1929






Photo 8.JPG Devant une Fiat 500, un Vélo Peugeot de 1939 motorisé avec un moteur Mosquito







Photo 9.JPGLe premier moteur Ducati, le Cucciolo, un 4 temps






Photo 10.JPGAlcyon à moteur Ballot de 1919








Photo 11.JPGVélos et Bma étaient également de la fête







Photo 12.JPGHonda CB450 H0 de 1966








Photo 13.JPGSur le stand de l’US cagnes, le Mobyx était à l’honneur








Photo 14.JPGLe club de Roquebrune Cap Martin, le principal fournisseur de motos de ce Monaco Motor Legend





Photo 15.JPGTerrot type GSS 350cc de 1924

31/05/2014

Journée roulage du Barjoteam au Luc en Provence (83)

 Texte original de l'article

Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 795 du 29 mai  2014

IMG_7555.JPG

Dans la pinède autour du circuit du Luc en Provence, le silence n’était pas de mise. La journée roulage du Barjoteam a réuni une soixantaine de pilotes, le temps de réveiller quelques vieux démons ensevelis sous les poussières du souvenir.

IMG_7536.JPG

Ouf, le soleil est de la partie. Les nuages sont soufflés par le mistral. Les participants sont installés à l’abri sous les pins pour se protéger des rayons de l’astre céleste et des bises d’Eole. Dès 8h00, les Barjorettes Domi et Pascale ouvrent le bal des formalités administratives (permis, assurance, Casm, …) pendant que Christian, Papillon et Pascal se chargent des opérations techniques. Les amis Italiens ont oublié leurs dorsales, pas de problème, on leur prêtera le matériel.

IMG_7562.JPG

Dans la journée roulage du Barjoteam, les sides tiennent toujours une place de choix. Son Président, Christian Pétard, après quelques temps de cogitation, s’est lancé cette année dans l’aventure sur un basset à moteur 750 Suzuki de 72, son singe le trésorier de l’association Pascal Dody. L’an dernier Guy Petit et son fils Ludovic étaient sur le seul side engagé : « En 2013, les organisateurs nous avaient ouverts les portes du circuit en nous disant : faites vous plaisir. Un tel accueil, une telle gentillesse, on ne pouvait que revenir. Cette année, nous sommes six bassets. Ce rassemblement mérite d’être mieux connu. Les machines sont de vraies anciennes. Nous ne sommes pas pris en chasse par des fusées des temps modernes qui doublent à droite et à gauche : un vrai plaisir ». Jean Pierre Sanchez et Serge-Loup Truchet sont là pour peaufiner les réglages de leur side à châssis John Renwick et moteur 500 Konïg : « Hervé Truchet avec l’autorisation et les plans du constructeur, a refait à l’identique la structure du basset. En relation constante avec John, ce dernier nous donne encore des astuces pour finaliser notre projet. C’est son seizième châssis. En 68, ils étaient mues par des moteurs Vincent ». Yves Nakan finit de mécaniquer sa magnifique Ducati 750 S de 72. L’italien, Jean Luc Ferrerini effectue les derniers tests sur sa 1100 Suzuki de 89 en vue de l’A.S.I. Motor Show qui aura lieu la semaine prochaine sur le circuit de Varano de Mélégari pas très loin de Parme. Le légionnaire, Michel Lacheray va fêter à sa manière la bataille de Camerone au Mexique en 1863 sur sa 400 Kawa de 75 achetée neuve pour courir les Coupes Kawa. C’est bien connu, lorsque le matériel ne tourne pas, il se dégrade, il faut donc utiliser la moindre occasion pour le faire rouler. Jean-Christian Rogoz va piloter alternativement deux superbes machines : une BSA Rocket3 de 70 et une Olmar Manx. Jean Pierre Naudi va l’imiter tantôt sur une 600 Yamaha SRX de 86, tantôt sur une Honda RC30 de 88.
IMG_7656.JPG
Christian Pétard, le Bien Nommé, celui qui part au quart de tour, après des débuts prometteurs n’a pu faire qu’un quart de tour sur le circuit du Luc, un boitier CDI HS. Il faut vous dire que chez les Barjos à l’assemblée générale annuelle est décerné le râteau de l’année, une distinction couronnant des petits déboires sans conséquence, bris de moteur, sortie de piste et tout plein de menu aléas qui mettent du piment dans la vie d’un motard : cet année Monsieur le Président a pris un peu d’avance sur cette distinction.

Julien Pencenat, 15 ans, effectuait ses premiers tours de piste sur un Zundapp KS 50 : « C’est impressionnant, c’est large et personne en face ».
Frédéric Erchoff revient de loin. Il y a deux ans, lors de la journée roulage du Barjoteam, il a fait un malaise sur la piste. Après une dizaine de minute de massage cardiaque et de bouche à bouche, les pompiers ont pu le ranimer et l’évacuer en hélicoptère vers le centre hospitalier : « Jusqu’en octobre, le docteur m’avait interdit la moto. Maintenant je me fais plaisir avec ma vieille 400 Kawa S3 de 74.
Je remercie les pompiers du service de sécurité du circuit du Luc en Provence pour leur professionnalisme.
Je remercie Christian Pétard pour son aide morale et psychologique lors de ma convalescence, je le remercie aussi pour son organisation à taille humaine.
Merci à tous, je revis ».

IMG_7847.JPG

OU             : Sur le circuit du Luc-en-Provence
QUAND     : le 30 avril 2014
COMBIEN : 90€ la journée
PAR QUI   : BARJOTEAMPAMBOUM 
                     20, avenue des pins
                     06 VENCE
                     Tél. :             04.93.24.01.14 
                    
Barjoteam@laposte.net

Organisateur.JPGChristian Pétard, Président du Barjoteam : « Je suis très satisfait, une soixantaine de pilotes et soixante dix machines, ce n’était pas gagné d’avance. A des dates très rapprochées, de nombreux clubs organisent ce genre de session et comme nous n’admettons que des machines d’au moins vingt cinq ans d’âge, les candidats ne se bousculent pas au portillon »






Photo 1.JPGDépart de session : Cool certains ont les bras croisés







Photo 2.JPG
Side, passage délicat, on se bouscule.







Photo 3.JPGJoel Guegan sur Suzuki 250 RGV de 1992.







Photo 4.JPGJean Pierre Sanchez, le pilote et Serge-Loup Truchet, le Singe sur side à châssis Renwick et moteur 500 König. Jean Pierre Sanchez : « John Renwick a construit 15 châssis dans les années 70. Nous avons utilisé les plans d’origine et avec l’autorisation de son concepteur, celui-ci est donc le 16ième châssis.



Photo 5.JPGAnnie chante : « Il est beau mon légionnaire, il sent bon le sable chaud ». Le fanion des caporaux du 4ième régiment étranger déployé, le légionnaire, Michel Lacheray fête à sa manière la bataille de Camerone au Mexique en 1863 où 67 militaires ont tenu tête à 2000 mexicains.





 Photo 6.JPGXavier Chanetz sur 350 RD 4LO de 81 avec un carénage Sonoto.







Photo 7.JPGPatrick Betheuil sur 250 Suzuki RGV de 92







Photo 8.JPGChristian Monchecourt est venu s’entrainer. Il court en VMA évolution sur 400 NC 30 de 91 il y a un an en Angleterre. Prochaine étape : Nogaro et le Castelet.






Photo 9.JPGRegardez bien, le numéro 34, une 400 Kawasaki S3 de 74 à son guidon Frédéric Erchoff en plein accélération. Il y a deux ans sur ce même circuit, il faisait un malaise cardiaque. Il n’a du son salut qu’au secours ultra rapide du service de sécurité du circuit : Bravo les pompiers.




Photo 10.JPGAlain Ruggirelo, au commande et Gilbert Praly, dit « Titus » sur side BMW 1000 RS de 78.






Photo 11.JPGPassion commune, père et fils, Guy et Ludovic Petit sur side à chassis Schmitt et moteur 750 Suzuki de 77.





Photo 12.JPGChristian Foucard sur 250 Suzuki RGV de 92.







Photo 13.JPGJean Luc Ferrerini sur 1000 Suzuki de 1989.






Photo 14.JPGJacques Ellart sur 750 Honda CR Daytona.








Photo 15.JPG
Père et fils, Francis Pencenat sur 125 Aspés et Julien sur Zundapp KS 50.







Photo 16.JPG
Mario Lieutaud sur la 400 Ducati de 68.







Photo 17.JPG
La magnifique BSA Rocket 3 de 1970 de Jean Christian Rogoz.








Photo 18.JPG
Alain Pascal sur Honda 400R VFR de 93






Photo 19.JPGPhilippe Hampe sur Kawasaki 1135 de 80

 



24/05/2014

2ième RANDOCYCLETTE VILLENEUVOISE


Texte original de l'article
Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 793 du 15 mai  2014
Photo 1b.JPG

Si la « Randocyclette Villeneuvoise », deuxième du nom, n’a pas eu le succès populaire escompté, une soixantaine de personnes, la qualité des machines prête à prendre la route a formé un très beau plateau.

IMG_7375.JPG

Comme l’an dernier, le rassemblement et les inscriptions se font devant la salle Auguste Escoffier. Ce  « Roi des cuisiniers » et « Cuisinier des rois » est né à Villeneuve-Loubet. Il a enchanté les papilles de milliers de gourmets avec ses merveilleux desserts : la pêche Melba, la crêpe Suzette, la poire Belle Hélène et bien d’autres mets plus délicieux les uns que les autres. Enrôlé pendant la guerre de 1870, il va être amené à étudier la technique de la conserverie alimentaire pour le bien de nos soldats.
IMG_7439.JPGEn ce dimanche Pascal, le ciel est limpide, contrastant avec les prévisions météorologiques. Le sourire de soulagement des participants en dit long sur leurs inquiétudes : salir la moto. 
Ce jour de fête est une réunion de famille. On roule en fratrie comme chez les Guerrini Vincent sur Moto Guzzi 1000 G5 de 83 et Jean François sur Moto Guzzi 125 GT de 59 ou encore les frères Thomassin, Gilles sur Norton Atlas de 63 et Patrice sur Suzuki 750 GSX de 81 ou en couple comme Christian et Denise Martin de Lorgues sur une BMW R26. D’autres se déplacent par filiation. Sébastien Rogoz est venu rendre visite à son père, Jean Christian. C’est de concert qu’ils vont avaler les kilomètres sur deux superbes Vincent noire, une 1000 Rapido de 47 et une 1000 Egli de 55. La Goldwin GL1100 de 76 appartient à Georges Duprez mais c’est Grégory, son fils, accompagné de Guillaume, petit fils de Georges, qui va piloter la moto. Levés à l’aube, la promenade a commencé tôt, père et fils, Bernard et Jean Franco, arrivent de Valdeblore sur une remarquable 750 Norton Commando S dans sa livrée jaune. Henri Génovèse est seul avec sa Kawa 750 H2 de 74 : « C’était la moto la plus rapide entre deux pompes à essence ».
IMG_7456.JPGDès le départ, vers la Colle sur Loup, les grosses cylindrées prennent le pouvoir. Roquefort Les Pins, puis la route monte, la rurbanisation se fait moins dense jusqu’à s’estomper après Châteauneuf de Grasse. Le panorama se fait grandiose en arrivant sur Gourdon. Accroché au sommet d’une falaise vertigineuse à 760 m d’altitude, Gourdon, classé dans les plus beaux villages de France, est un balcon ouvert sur les gorges du Loup et de la Méditerranée. Massées derrière un imposant château entouré de jardins dessinés par Le Nôtre, les maisons anciennes ont été bien conservées et restaurées dans ce village vivant.
En quittant Gourdon, les paysages se dénudent. Le ciel s’assombrit. Du gris partout, heureusement la sinistrose ne peut nous atteindre. Dans cette campagne désertique, l’échappement de la 350 Koehler Escoffier type KS de 29 d’Albert Walser résonne. Au col de l’Ecre, à l’embranchement de la route des Claps, Christian Chevallier a du mal à relancer sa Motoconfort U24C de 56. 
La route des Claps, ou des pierres, porte bien son nom. Entre les cailloux, de rares pâturages à moutons et par-ci par-là un arbre, une beauté a coupé le souffle. Nous passons tout près de l'Observatoire de Calern, situé sur le plateau de Caussols. Le site est privilégié par les scientifiques pour son absence de brumes, de poussières et une atmosphère idéale pour leurs observations. La visite est aussi l'occasion de parcourir un site riche du point de vue botanique et géologique.
IMG_7463.JPGLe retour à Villeneuve-Loubet, par Saint vallier de Thiey et Grasse est une simple formule et Gilles Fiasella de rajouter : « Dit bien que ma Motobécane T44 de 33 n’est pas tombée en panne ».
La fête se termine toujours autour d’une bonne table et d’une bonne bouteille : cela délie les langues et renforce l’amitié.

IMG_7445.JPG

 

QUAND : le 20 avril 2014
OU : Visite de l’arrière pays Grassois
COMBIEN : 25€
PAR QUI : Amicale Rétrocyclettes Villeneuvoises
                32 Corniche Notre Dame 
                 06270 VILLENEUVE-LOUBET
                 http : //www.retrocyclettes.fr

Organisateur.JPGFrançois Lejars, Président de « L’Amicale Rétrocyclette Villeneuvoise » : « Nous sommes très heureux de notre seconde Randocyclette. Malheureusement nous avons fait une erreur dans le choix de la date. Le dimanche de Pâques est une fête familiale et nous avons eu moitié moins d’inscrits que l’an dernier. Comme on dit : ceux sont les erreurs qui nous rendent plus fort ».






Photo 1.JPG
Début du rassemblement

Photo 1b :

Un dimanche de Pâques sans œufs en chocolat n’est pas un dimanche de Pâques.


Photo 2.JPGPère et fils unis par la même passion : Sébastien, à gauche sur 1000 Vincent Egli de 55 et Jean Christophe sur 1000 Vincent Rapid de 47





Photo 3.JPGLook vintage pour Pierre Callede sur Matchless G11 de 57 et Fred Sanchez sur Triumph T110 de 57






Photo 4.JPGJean François Guerrini et sa belle Moto Guzzi 125 GT de 59







Photo 5.JPGDominique Rognone sur Peugeot TC4 de 54








Photo 6.JPG

Une belle randonnée et la vie est belle.








Photo 7.JPG
Francis Fournier sur sa Gnom et Rhone Super Major de 1937










Photo 8.JPG
Première sortie pour la 125 Motobecane LT2 de Guy Mackowiack








Photo 9.JPG
Grégorie Duprez et son fils Guillaume sur la superbe Goldwing GL 1000 de 1976.








Photo 10.JPG
Il est Heu-reux Albert Walser sur sa 350 Koehler Escoffier KS2 de 1929.







Photo 11.JPG
Nathalie Nogués sur 500 Monet Goyon de 1939







Photo 12.JPG
Les varois des « Perlés de Lorgues », Christian et Denise Martin sur une BMW R26 de 1957.







Photo 13.JPG
Jo Laitani sur 750 Norton Commando de 71.







Photo 14.JPG
Patrice Thomassin sur 750 Suzuki GSX de 81.







Photo 15.JPG
Gérard Marchal sur 350 Terrot HCTL de 52







Photo 16.JPG
Bernard et Jean Franco sur 750 Norton Commando S

 





Photo 17.JPG
Henri Génovèse et sa 750 Kawasaki H2 de 74.

13/05/2014

19ième SALON DE LA MOTO ET DU SCOOTER DE CAGNES SUR MER

 Texte original de l'article
Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 792 du 8 mai  2014

IMG_7360.JPG

A Cagnes sur Mer, sur l’hippodrome de la Côte d’Azur, le spectacle est grandiose. Du ciel bleu, des palmiers, le tout à quelques encablures de la mer et un public nombreux, voilà la recette pour qu’un salon soit réussi.

IMG_7353.JPG

Ce dix neuvième Salon de Cagnes sur Mer est très branché, la fée électricité a le vent en poupe. Plusieurs fabricants ont fait le pari de rouler « propre ». Mais les modèles classiques à essence ont toujours la côte. Le salon permet de découvrir les nouveautés et des valeurs sûres. Le coté festif n’a pas été oublié, adrénaline garantie avec les spectacles de stunt, les évolutions des trialistes du Moto Club de La Gaude, les circuits sécurités et préventions de la Gema et du Moto Club de Cagnes/Villeneuve. 
IMG_7342.JPG
Le pôle moto ancienne a bien failli disparaitre cette année, Jean Pierre Scanzaroli : « Depuis la première édition du salon, la moto ancienne a toujours été présente dans les locaux du pesage, garantissant à tous les collectionneurs un lieu fermé et sécurisé par vidéosurveillance, surtout la nuit. L’an dernier, la nouvelle direction de l’hippodrome nous en a refusé l’accès. Nous étions, cette année, décidés à ne pas exposer sans cette assurance. Le feu vert est arrivé il y a une dizaine de jours et l’exposition s’est faite dans l’urgence, moins fouillée que lors des éditions précédentes mais je suis très satisfait du panel offert au public. On part du BMA de 1930, une Still de 83cc, suivent quelques modèles d’après guerre, comme un vélo Hirondelle Manufrance mue par un moteur Vap4, une AV3 de 1949, la première Mobylette d’une longue série, un Cucciolo… On achève cette rétrospective « petit cube » par les cyclo-sport, un Frandria Record de 62, un Gitane Testi super champion de 73 et un MBK CF de 87 développant 11cv. Côté scooters, l’éventaire soumis à la curiosité du public est fourni : Rumi formichino, Peugeot S55, Vespa GT et un très rare 85cc Bernardet « Le Cabri » de 1954. La populaire française n’a pas été oubliée. Des marques comme Motoconfort, Motobécane ou Terrot en 100, 125 ou 175cc ont transporté de nombreuses générations de Français. On poursuit par les années 30 avec cette superbe 250 Française Diamant type H7 ou cette 250 Monet Goyon type ML2 de 33. Le tour se conclut par les années 70-80 avec la Kawasaki 250 S1 de 72, ou ce 125 monocylindre Yamaha 2AO ou encore la 125 Royale Moto à moteur Sach dans sa livrée jaune.
IMG_7336.JPG
Dans un salon de moto moderne, il faut créer un lien avec les spectateurs, il faut leur donner une émotion gagnante, il faut les faire rêver ».

 

IMG_7293.JPG

 

QUAND :  du 11 au 14 avril
QUOI : Salon de la moto et du scooter à Cagnes sur mer
COMBIEN : 9,00€
PAR QUI : WARE Organisation
                   Parc Valescure 3 - 280, allée du Petit Gondin - 83700 ST-RAPHAEL
                  Tél. :             04 94 52 80 80       Fax : 09 94 52 87 87
                   
http://www.wareorganisation.fr
Musée de la moto : US Cagnes/Véhicules d’époques 
                              20-22 chemin des Travails
                              06800 Cagnes-sur-Mer

                 Et         Amicale Rétrocyclettes Villeneuvoises
                             32 Corniche Notre Dame 
                             06270 VILLENEUVE-LOUBET
                             http : //www.retrocyclettes.fr

Org1.JPGJean Pierre Scanzaroli de US Cagnes/V.E.C.

Org 2.JPG Antoine Brovia des Rétrocyclettes Villeneuvoises, les deux clubs coorganisent cette événement : « Depuis le l’origine du salon, la salle des pesages est dévolu à la moto ancienne. L’an dernier, les organisateurs et les propriétaires des locaux, nous avaient boutés hors de notre lieu sécurisé. Nous étions décidés à ne plus y revenir, mais les choses ceux sont adoucies et les portes se sont ouvertes. L’exposition s’est constituée en moins de quinze jours »



Photo 1.JPGEntrée du Musée







Photo 2.JPGUne partie de la salle d’exposition







ILS ONT 16 ans

Photo 3 A.JPG A 16 ans, en 1964, Guy Perroton ne rêvait pas. Son père lui a payé une C77 Honda d’occasion. Puis le temps a passé, comme la moto, et à soixante ans le démon est revenu. Il s’est racheté une C77 à Montélimar chez Mr Chaneac. Maintenant, il a de nouveau 16 ans





Photo 3 B.JPGA 16 ans, Gérard Marchal possédait un Flandria record mais il l’avait cassé et il en rêvait. Et l’an dernier il n’a pu résister. Il a traversé la France jusqu’à Verdun et a ramené dans sa besace son graal. Une rénovation de moteur, un coup de peinture blanche comme l’était le premier, et le voilà tout doux avec sa chimère. Il a 16 ans.



Maintenant qu’ils ont 16ans, il faudra attendre encore quelques années pour qu’ils atteignent l’âge de raison.

Photo 4.JPGMontesa 242 de 1978










Photo 5.JPGStéphanois pur et dur, Guy Mackowiak nous présente une 125 Wonder type B254 de 1953







Photo 6.JPGDevant la salle d’exposition, Honda NSR 400 de 85 et Yamaha 350 type YR5 de 73







Photo 7.JPG250 Française Diamant type H7 de 1930







Photo 8.JPG250 Monet Goyon ML2 de 1933.







Photo 9.JPGCyclo Edouard Fachletner. Après une carrière de cycliste professionnelle qui l’a mené à la 2ième place du Tour 47, Edouard Fachletner est devenu assembleur de cyclos de 1953 à 56.






Photo 10.JPGHarley Davidson, hydra glide 1200cc de 1954







Photo 11.JPGUne belle brochette de BMW : R60/2 de 62 ; R26 de 58 et R25 de 54







Photo 12.JPGRarissime Yamaha 125 2AO de 1980







Photo 13.JPGSur fond de palmiers, quelques cyclos : MBK CF de 87 ; Gitane Testi Super Champion de 72 et Flandria Record de 62.






Photo 14.JPGLa classique sortie de grange







Photo 15.JPG83cc BMA Still type C2 de 1931







Photo 16.JPGMue par un moteur 125 Sach, la Royal moto, GS Cougar de 1975.







Photo 17.JPGTesti, Grand Prix de 1962

 





Photo 18.JPGDelphine Mackowiak sur Acma type N de 59HHHHH

15/04/2014

RALLYE DES GARRIGUES 2014 / CHAMPIONNAT DE FRANCE DES RALLYES ROUTIERS

Photo : Rally des Guarrigues 2014: administratif et technique: ternime, direction parc ferme

Commune de Laverunes
Controles techniques et administratifs terminés, direction le parc fermé

 Départ du Rallye le 22 mars 2014

Photo

Légérement contracté

Photo

En piste

Photo

Retour au bercail

Photo : La folle équipée dans les garrigues 2014 est terminé. Les 42 chevaux ont retrouvé l'écurie.

Résultat des courses pour la journée 92 ième sur 107

Montée à Sainte Agnes; Entre les déluges

 Texte original de l'article
Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 780 du 13 février  2014

IMG_6729.JPG

Sans publicité, juste un peu de bouche à oreille et voilà une soixantaine d’équipage près à profiter de la belle journée ensoleillée en ce mois de janvier sur notre belle Côte d’Azur.

IMG_6731.JPG

Pluie, neige, inondations, glissements de terrains, en ce début d’année 2014, les intempéries n’ont épargné aucun coin de France. La Côte d’Azur en a pris sa part avec la fermeture partielle où complète de routes et d’autoroute du mentonnais. 
IMG_6732.JPG
Organiser une manifestation dans ces conditions n’est pas une sinécure et les participants ne se sont pas bousculés au portillon. Heureusement que la frilosité des uns est compensé par une niaque et la volonté des autres. Une fête, cela se mérite et Yves Rinaldi de rajouter : « J’avais téléphoné à Dédé pour lui dire : beau ou pas beau, nous ont vient, juste pour voir les copains et triquer à l’amitié devant un bon repas ».

Mais en ce dimanche matin, le soleil est de la partie. André Mazzoni, Président de « Motos et scooters de Roquebrune Cap-Martin », nous accueille sourire aux lèvres : « Il y a moins d’une semaine, il n’y avait pas trente inscrits ».
Sur la place des deux frères, les participants viennent ranger leurs motos. Après pointage, le petit café du matin se prend au soleil. La vue est superbe. La mer méditerranée est à nos pieds. On admire la découpe de la côte et la verticalité des reliefs.
Dans les premiers arrivés, Didier Gilli et Philippe Souquet font ronfler respectivement une Ducati MHR 900 de 72 et une Benelli 750 Sei de 75. Fred Berthaume est venu d’Antibes par la route sur sa 50 SP Motobecane de 67. Jocelyne et Sandrine, passagères d’Alban Toniolo sur Kawa W650 et Albert Bourd sur Yamaha FJ 1100 houspillent les pilotes. Elles souhaiteraient plus de vélocité, de maestria mais… sans se retrouver à terre. Les Reverso, père et fils, unis dans la même passion, s’échangent les montures :Honda 125 K3 et BSA Gold Flash. Présente également, la famille Joly, un pilier du club organisateur, tous sur Vespa, Tristan, Damien et Jean Louis, le père, ont promis qu’au grand rassemblement de septembre, Eva, la cadette viendrait grossir les rangs.
IMG_6736.JPGVers 10h30, nous voilà partis pour une quarantaine de kilomètres vers le haut mentonnais. André Mazzoni ouvre la route sur sa 250 Puch SG en passant par le centre ville de Menton, puis direction Sainte Agnès. Les dénivelés sont conséquents. Le réveil hivernal est douloureux, certains purs sangs vont rejoindre la voiture balai. En s’élevant, la chaussée nous ouvre l’horizon. L’eau ruisselle sur le bitume, cà et là des coulées de boue dégagée en hâte à coups de tractopelle ; les stigmates du mauvais temps sont présents partout.
Sous le village, un stop est salutaire pour reformer les rangs. Alfio Marino sur 500 Benelli TM de 36, renonce à la boucle supplémentaire. Une tendinite à l’avant le fait souffrir.
Puis Peille par le col de la madone et le retour par le col des banquettes, des lieux synonymes de souvenirs, du temps où le grand Rallye Monté Carlo empruntait ces chemins étroits. Yves Rinaldi finira la balade en première, cable d’embrayage cassé sur sa 350 Terrot JSS de 39. Son compère, Yann Clausse terminera juste. Sa 350 Favor FS de 30 donne des signes de fatigues. De la mécanique aussi pour Eric Musso dont la 350 Terrot HSSR de 29 effectue sa première sortie. Yves Azam et Francis Fournier sont hilares. Yves a cassé le câble d’accélérateur de sa Magnat Debon NMS de 28 et finit en tirant sur le filin. Francis : « Tu es comme la figurine du Joe Bar Team « Jean-Raoul Ducable » »
Comme chaque année, depuis quatorze ans, le repas est servi au « Saint Yves », une auberge au milieu du village pittoresque de Sainte Agnès : gargantuesque. Mais c’est Georges le patron du « Saint Yves qui a été surpris. André Mazzoni lui a rapporté le 50 Malaguti restauré de son pauvre frère : un moment d’intense émotion.
Rendez-vous a été pris pour le grand rassemblement du Club Motos et Scooters de Roquebrune Cap-Martin la Vingtième édition , les 27 & 28 septembre 2014.

IMG_6743.JPG

QUOI : Rassemblement
QUAND : 26 janvier 2014 
OU : de Roquebrune à Sainte Agnès.
COMBIEN : 30€ 
PAR QUI :  Motos & Scooters Anciens de Roquebrune Cap Martin
                     Hôtel de Ville – 06190 Roquebrune Cap Martin
                     Tél. / Fax. 04 93 57 06 58
                     www.motoscootrcm.net
                     e.mail : infos@motoscootrcm.net 

Organisateur.JPGAndré Mazzoni : « Cela devient très dur. Quand nous avons débuté cette manifestation, il y avait plus de cent vingt participants. Maintenant, s’il manque de relève dans les rangs des organisateurs, il en est de même pour les candidats à une journée de plein air. Les gens ont toujours leurs machines mais ils ne sortent plus »







Photo 1.JPGSur la place de Sainte Agnès







Photo 2.JPGSur la place de Roquebrune village, un balcon sur la méditerranée.







Photo 3.JPGIntense émotion de Georges, le patron du Saint Yves, André Mazzoni lui ramène après une cure de jouvence le Malagutti de son pauvre frère.
« Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point »





Photo 4.JPGLa famille Joly, de gauche à droite Tristan sur Vespa 50R de 68, le père, Jean-Louis sur Vespa 50 de 64 et Damien sur Vespa 125 PX de 78. Au grand rassemblement du club de Roquebrune Cap-Martin les 27 & 28 septembre 2014, la benjamine, Eva quinze ans viendra grossir le clan familial.





Photo 5.JPGMichel Lantez sur Moto Guzzi V700 de 68, premier modèle en V. Jean Pierre Lecante a pris place dans un side Impérial Marmonier de Lyon (1953).






Photo 6.JPG Marie Luce Lacoste sur Honda CB 350 de 68 (1er modèle)







Photo 7.JPGFred Lacoste sur Honda CB 750 K0 de 70.









Photo 8.JPGAlfio Marino, organisateur de la montée sur Montemale(Italie) sur Benelli 500 TN de 36.





Photo 9.JPGThierry Ayraud sur Gilet Herstall 350 type L de 1932.







Photo 10.JPGQuelques soucis sur la Favor 350 type FS de 1930 de Yann Clausse








Photo 11.JPGAlbert Bourd sur Yamaha FJ 1100 de 85







Photo 12.JPGDidier Gilli au guidon de sa Ducati 900 MHR de 82.






Photo 13.JPGPhilippe Souquet sur Benelli 750 Sei de 75.






Photo 14.JPGUn pilier du club organisateur, Jean Paul Corbier sur 175 Follis de 1954.

 

 

01/04/2014

Présentation du livre « Jean Behra, le Prince des damiers », par Jean-Luc Fournier

Photo 1.JPGC’est dans les salons de la Villa Masséna qu’à eu lieu la présentation du livre « Jean Behra, le Prince des damiers » de Jean-Luc Fournier, préfacé par Jean-Pierre Beltoise. A cette soirée, organisée par le Club Roquefortois Autos et Motos de Collection et le club Passion Automobiles, de nombreux passionnés ont répondu avec enthousiasme à cette invitation. Cette cérémonie en présence du député Maire de Nice, Christian Estrosi, a mis l’accent sur les origines niçoises du Champion.

« Cet enfant doué du quartier Saint Sylvestre, fut Champion des Alpes maritimes en vélo avant de se lancer dans la moto. Après quelques essais transformés, sur des machines bricolées, Jacques Onda, un autre Champion niçois et pilote officiel Magnat Debon, lui prêta une machine. Et l’aigle prit son envol. De 48 à 51, Il obtint quatre titres de Champion de France avant de se tourner vers la voiture. Repéré par Amédée Gordini, Il rentre dans l'équipe officielle Gordini. Puis il signera chez Maserati, BRM, Ferarri et Porche. En 59, au GP d'Allemagne sur une piste humide, il perd le contrôle de sa voiture, s'écrase sur un pylone. Il est tué sur le coup ».

 Un cocktail clôturait cette belle soirée culturelle.

A commander à : www.albd.fr
« Jean Behra, le Prince des damiers » de Jean-Luc Fournier,
256 pages - 300 photos (la plupart provenant de collections privées ou inédites)
Format 21x27, couverture cartonnée.
Préfacé par Jean-Pierre BELTOISE
45.00 € + 4 € participation
aux frais ports

 

Photo3.jpgJean Behra au Grand Prix Motocyclisme de Nice en 1947.

 

Photo 2.JPGSerge Dini avait à peine 16 ans en 1949. Jean Behra le remarqua dans les courses de cote. Il lui offrit le guidon d’une 125cm3 Elie Huin affuté. Il termina 4 eme du grand prix de Nice, 2 eme à Draguignan. Il était le plus jeune pilote inter. Il n’avait pas encore son permis moto.

16/03/2014

3ième Exposition du Barjoteam à Vence

Texte original de l'article
Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 780 du 13 février  2014

2006, 2007 et puis plus rien, les projets se murissent.

A Vence, sur la place du grand jardin, sous une grande tente, une soixantaine de machines se font mirer. Le Barjoteam a réussi son passage au cœur de la cité.

Le Président du Barjoteam, Christian Pétard se présente avec écrit sur son badge « Président désorganisateur » : « Nous voulions que notre exposition soit une réussite, dans un endroit visible et d’accès facile. Cette année les conditions étaient réunies » et Pascal Dody, le trésorier de rajouter : « Qui dit public et entrée payante, dit également séances de roulage moins chère sur le circuit du Luc».
En effet, le chapiteau est lumineux. L’ensemble des parois sont transparentes. Le soleil peut venir jouer sur les chromes et les peintures. Un bémol, certains visiteurs se contenteront de voir les machines de l’extérieur.
Un salon sur une journée demande une certaine organisation. Debout 4h00, pour la mise en place et réception des motos, vers 8h00, café-croissant pour les exposants et à 9h00, ouverture des portes au public, ouf ! le marathon est terminé. Hubert tient la caisse : « J’ai laissé ma Norton 961 à la maison et préféré ma voiture coffre-fort : « l’espoir fait vivre ». Juste derrière, les amis piémontais, Franco, Marco, Ornella et Ivo, se font un peu de publicité. Ils viennent d’ouvrir un salon-atelier pour motards. La « Route 22 » à l'entrée de Dronéro à 11 Kms de Cunéo, Marco Otta : « Nous voulons ce lieu conviviale. Un lieu de partage et d’échange sur les qualités et les défauts d’une monture, sur des conseils techniques devant le verre de l’amitié ».
Dès l’entrée, on pouvait admirer la mise en place et la  lisibilité des machines. Un panel équilibré de motos de courses et série, s’offrait à nos yeux. On remarquait la 750 Kawa H2 de 72 qu’utilisait Christian Estrosi lors des coupes Kawazaki, la 350 Yamaha TR2 de 69 ex Christian Bourgeois, une
750 Yamaha OW 01 de 1991, une 750 Yamaha YZF Racing de 1996, du très beau. Hervé Le Moine est l’heureux propriétaire de la 350 Yamaha à cadre Kerlo n°4. Il a poussé le luxe récupérer le cuir et les bottes du Champion : « Il ne me manque que les gants et le casque. Mais cela est un chalenge ardu ». Quand Christian Addario regarde sa 350 Yamaha TZ de 74, il dit avec de l’amour dans les yeux et dans le geste : «  MON BEBE ». Sur l’estrade, on, savoure la finesse du Kreidler Van Veen ou du Proto 80 Krauser replica de GP de 89. On y trouve également la 400 Honda NC 30 de 1991 de Christian Monchecourt : pilote et machine ont couru en VMA en 2013. Alain Ruggirello ne rêve pas. Il le tient bien son side 1000 BMW de 76 : « Je viens de l’acheter pour mes soixante ans. J’y pensais depuis si longtemps. Depuis le temps où les bassets tournaient au Castellet dans un Grand Prix de Suisse. C’est très loin ». Dans le coin des anglaises, Alain Ghetti, béret visé sur la tête ressemble au cowboy surveillant une harde de purs sangs aux noms évocateurs : 500 BSA Gold Star de 56, 500 Manx de 60, 500 Norton 88 de 54 ou encore la 750 Triumph Rob North de 71.
Si Yves Rottier et Jean Louis Giger de l’Amicale motos Anciennes de Salernes adorent les petits cubes qu’ils assaisonnent à leurs sauces comme cette 350 Suzuki-Alain Cordier, une fabrication artisanale d’un préparateur des années 70/80 de Marseille.
Lorenzo Jean-François  est né il y a un mois, papy Rebuffo est pensif : « Tu crois que Benoit, mon fils, va lui prêter son Otus ».
Dans l’après midi, Monsieur Le Maire est venu prendre la température. Il a été convaincu. Il a demandé à Christian Pétard s’il pouvait relancer la course de côte du col de Vence, une épreuve mythique des années 70.
Alors 2015, exposition plus course de côte ???

 

OU             : Place du grand jardin à Vence
QUAND     : le 12 janvier 2014
COMBIEN : 4€ l’entrée
PAR QUI   : BARJOTEAMPAMBOUM 
                     20, avenue des pins
                     06 VENCE
                     Tél. :             04.93.24.01.14 
                    
Barjoteam@laposte.net

Légende photos

Organisateurs.JPG
Le Président du Barjoteam, Christian Pétard et le trésorier, Pascal Dody se frottent les mains leur exposition est un succès : « Nous remercions tout d’abord, les copains pour leurs coopérations qu’ils viennent du département, de Dronero en Italie, de Salernes ou de Manosque dans le Var et à la municipalité de Vence qui nous donnait un coup de pouce ».



Photo 1.JPGSalle d’exposition







Photo 2.JPGKreidler Van Veen, refroidissement liquide, 19ch à 16 000tr/mn de 1976







Photo 3.JPGAlain Ruggirello sourit, il est content, il le tient fort son side BMW 1000cc de 76 : SON REVE !!






Photo 4.JPG
Olivier Sale Berne cherche des renseignements sur petit scooter pliant de marque I.R.Stevens modèle S92.







Photo 5.JPGUne très rare 500 Gilera Saturno nuovo de 1990 de Patrice Pencenat. Gilera a construit environ un millier de machines en 350 et 500cc.







Photo 6.JPGLe 350 Yamaha à cadre Kerlo de 78 ex. Michel Rougerie, sur un cintre la combinaison, par terre les bottes du Champion Français, il ne manque que le casque et les gants à Hervé Le Moine.






Photo 7.JPGChristian Addario appelle sa 350 TZ : « Mon Bébé ». Il n’y a rien à rajouter.







Photo 8.JPGLe proto 80cc YRC Krauser d’Yves Rottier







Photo 9.JPGLa Kawasaki 750 H2 de 72 ex. Christian Estrosi lors des coupes Kawa.







Photo 10.JPG750 Triumph Rob North de 71







Photo 11a.JPGRoute 22.
Franco, Marco, Ornella et Ivo, nos amis piémontais viennent d’ouvrir un salon-atelier pour motards « Route 22 » à l'entré de DRONERO à 11 Kms de CUNEO 

Photo 12
Devant une Suzuki 750 GT de 73, au second plan, Une 750 Martin d’endurance de 77

 

Photo 13
Une belle brochette la Yamaha 750 YZF Racing de 96, la Yamaha 750 OW 01 de 91 et la Honda 250 RS R de 91

04/01/2014

VISITES DU BLOG

Année 2008    4748 visiteurs

Année 2009    11717 visiteurs

Année 2010    16534 visiteurs

Année 2011    26245 visiteurs

Année 2012    39378 visiteurs

Année 2013    40992 visiteurs

02/01/2014

2014

IMG_6519.JPG

15/12/2013

LA FOURMI CHEZ LA CIGALE OU LE RUMI CLUB DE FRANCE A VIDAUBAN (83)

 

IMG_5311.JPG

Quand le formichino (fourmi) rend visite à la cigale provençale. Pour sa balade automnale, une soixante de ‘’ Rumistes ‘’ membres du Rumi Club de France ont sillonné les routes du Var, de la mer aux durs paysages du massif des Maures.
IMG_5322.JPGRobert Moritz et Jean Claude Munch nous avaient fait découvrir leur belle région : l’Alsace, avec ses mines de potasse, ses forets et ses cigognes à la fin du printemps. C’est Daniel Lenoir qui s’est promis de faire de même et montrer les multiples facettes de son pays d’adoption le Var, autour de Vidauban. 

‘’Il faut vous dire que chez ces gens là ‘’ le week-end débute le vendredi dans l’après midi et alors commence ‘’ le temps des copains et de l’aventure ‘’. Embrassades, congratulations, les étreintes ne sont pas feintes. Tout est sincère. Lorsque l’on revoit des amis, c’est si naturel et cela fait tellement de bien. Il suffit pour s’en convaincre de voir les mines réjouies autour de la table.
Reginald et Chantale Ghys sont d’Anvers : « J’ai adhéré au club en 1990, mais c’est la première fois que je participe à une sortie. Mon Rumi est un Sarolea ou « Djinn ». Il était au fond du garage depuis trente cinq ans sans rouler. On verra ce que disent les joints spi ». Alain Sueur, ancien secrétaire du club est venu les mains dans les poches. Daniel Lenoir lui prête un scooter. Comme à son habitude, le toujours jeune Roger Tourdot est venu au rendez-vous par la route sur son Scoiattolo de 54. De Paris à Vidauban, peuh ! Une broutille lorsqu’on a fait le Cap Nord.
Si les pilotes sont des messieurs, les dames ne sont pas loin. Elles accompagnent leurs époux, Micheline Douay, trésorière du club : « Au début, je ne voulais pas venir, pensant que c’était une histoire d’homme. Et puis, doucement, la gente féminine a pris sa place ». Samedi matin, le temps n’engage pas à l’optimisme mais les machines sont débâchées et advienne que pourra. Par de petites routes, nous montons vers le haut var. Nous passons près de Draguignan. Au fur et à mesure, le soleil perce les nuages. Les paysages, entre ombres et lumières, sont à couper le souffle.
IMG_5328.JPGA Ampus, une visite sur le chemin de l’eau passant à travers les ruelles du village s’impose. On reprend la route vers Châteaudouble. Au dessus du bourg, une vue panoramique sur le massif des Maures s’offre à nous. C’est le moment choisi par Georges La Ferrière pour refaire le plein de son formichino. En descendant du belvédère, nous plongeons dans un canyon par un chemin à flan de falaise. A l’entrée du village de Montferrat, nous nous restaurons à l’auberge ‘’La bastide des moines’’, une auguste demeure du XIIème siècle. Dans l’après midi, visite d’une vinaigrerie à Callas et la classique cave vinicole à Taradeau sont au programme. Dans la soirée, Ludivine Rumi s’est jointe à la troupe pourjustifier ainsi sa filiation.
Le lendemain, en route pour Port Grimaud, une ondée en milieu de parcours suivie d’une brise marine et de soleil, nous permettra d’arriver sec à la mer. Une promenade en bateau à la découverte du golfe de Saint Tropez, c’est sympa. Ajoutez-y un vent fort et un flot houleux et cela l’est beaucoup moins. Après tou ça, il fallait du réconfort. Dans la propriété des Frères Pillot, au bout d’un chemin caillouteux, une odeur de méchoui nous remet l’estomac en place. A l’issu de ce repas, un parcours de gymkhana est arrangé autour de petits chênes : une franche partie de rigolade.
IMG_5334.JPGLe retour vers Vidauban se fera sous la menace de vilains nuages bien noirs, mais qu’importe, ce qui est pris n’est plus à prendre et vivement le prochain printemps que recommence ‘’le temps des copains et de l’aventure’’.




QUAND : du 05 & 06 octobre 2013
POURQUOI : Rassemblement automnal
OU : visite du Var du Haut var à la mer
PAR QUI : RUMI Club de France
                  Le Pont de Chalaux
                  58140 LORMES
                 
micheline.douay@wanadoo.fr

Chemin de l’eau à AMPUS
P.Ampus 1.JPG
P.Ampus 2.JPG






LAVOIR                        Tournaou : Meule pour aiguiser les outils agricoles

: l'eau, c'est la vie. Sans eau, rien n'existerait. Sur les contreforts du Verdon à 600 mètres d’altitude, Ampus est un village provençal du Xème siècle. Durant des siècles, les paysans ont dû batailler ferme pour maîtriser des terres enfiévrées de soleil, de caillasses et de vent. En l'an 1497, les seigneurs d'Ampus décidèrent la construction de canal de Fontigon, sur une longueur de 7,2 kilomètres. Il relie la source qui porte son nom à la Nartuby d'Ampus. Ancien moulin, tournaou, lavoirs, aqueducs, fontaines et puits se découvrent aux détours des ruelles

Organisateur.JPG

Daniel LENOIR : « Je suis très satisfait. Les amis Belges et Hollandais ont répondu présent. Malgré une météo capricieuse, tout c’est bien passé. Le méchoui et le gymkhana ont remporté un franc succès au-delà de mes espérances ».








Photo 1a.JPGEn attendant le départ






Photo 1b.JPGDans les rues de Vidauban, les Rumi sont lachés. Le belge, Frank De Ridder, ouvre la voie.






Photo 2.JPGCes dames suivent leurs maris, certaines en scooters, d’autres en voitures







Photo 3.JPGReginald Ghys d’Anvers fait tourner son Rumi pour la première fois depuis trente cinq ans.







Photo 4.JPGJean Paul Hesler et son Rumi Super Sport de 58.







Photo 5.JPGJean Claude Munch sur sa 750 Nimbus 4 cylindres de 1952.







Photo 6.JPGLe Formiccchino de Georges La Ferrière a très soif.








Photo 7.JPGJean Claude et Colette Vaux sur leur Rumi entièrement d’origine.







Photo 8.JPGAlain Sueur sur un scooter d’emprunt.







Photo 9.JPGRoger Tourdot sur un rarissime scoïattolo.







Photo 10.JPGFélix Rosset, John Schwirtz et Robert Tressens attendent l’heure du depart.








Photo 11.JPGLes machines de Félix Rosset sentent toujours la poudre.







Photo 12.JPGJohn Schwirtz d’Utrecht au Pays Bas.







Photo 13.JPGLa cloche va bientôt retentir. La récréation va commencer.







Photo 14.JPGPièce unique, Claude et Jean Pierre Pillot pose devant un side Rumi maison

 





Photo 15.JPGMichel Pacaud se penche sur la machine de Patrice Noguès : Où est le problème ?