UA-37157085-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2011

Course de Côtes : Deux Championnats

 Texte original de l'article
Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 675 
du 20 octobre 2011
IMG_3678.JPG


L’ultime manche du Championnat de Provence de la montagne et Championnat de France de Motos Anciennes s’est déroulé sur la route du col Saint Jean dans la commune de Sospel dans les Alpes Maritimes.

IMG_3691.JPG


C’est sous égides de Fédération Française de Motocycliste et de la Ligue Régionale de Provence que le « Sospel Motos Sport » et du Président Franck Rostagni organisaient cette épreuve.

IMG_3697.JPGCinq épreuves étaient inscrites au programme du Championnat de Provence de la montagne 2011 : Gattières, Castillon, La Bollène, Le Muy et Sospel. Depuis quelques années, les épreuves se déroulaient dans les Alpes Maritimes. Pour la première fois depuis bien longtemps le « Team Raphatoc » de Jean Christophe Knaupp a su relever le défie en mettant sur pied une course dans le Var, la « Rabinon » sur la commune du Muy.
Avant le petit matin, un petit crachin a humidifié la chaussée, juste assez pour en faire une patinoire, un temps guère excitant pour pratiquer la moto de vitesse.
Les retardataires passent au contrôle technique et administratif. Tout doucement la piste se sèche. Les derniers récalcitrants sortent leurs bécanes.
Les anciennes, comme les redoublants se rassemblent au fond du parc coureur.
Sous le barnum du MC du Mentonnais, l’heure n’est pas à la mélancolie, Dominique Orgeur et Maurice Durantet sont confortablement installés et se contentent du moment qui vient. Un peu plus loin, Christian Martini a installé une poupée gonflable sur sa moto. Stéphane Bragado et Christian Maupomé sont sur place depuis la veille. Christian a reconnu le parcours sur un 50cc Malagutti de 68 entièrement d’origine. IMG_3734.JPG
Les concurrents s’élancent pour leurs premières montes d’essai. Leurs ardeurs belliqueuses sont vite refroidies par quelques chutes sans gravité. Mais au fur et à mesure la manifestation prend du retard.
Vers 12h30, la pluie est de retour. La décision est prise par Franck Rostagni responsable de l’organisation pas arrêt repas entre essais et montées chronométrées : Non stop.
Bien lui en a pris, sous un petit déluge, des glissades avec intervention de l’ambulance vont plomber l’ordonnancement de la réunion.
IMG_3772.JPGEn fin de journée, Gilbert Vidmar (250cc TZR) du MC de Bar est heu-reux et avec un fort accent alsacien : « Je suis Champion de France en Proto évolution remarque j’ai bénéficié d’un certain nombre de circonstance, mais ….  je suis Champion de France ». Michel Maxime Varon licencié au MC du Mentonnais habite Aix les bains : « Cela fait 25 ans que je pratique la course de côte et j’ai calculé que je devais en être à ma 580ième et je m’en suis toujours pas rassasié ».
La remise des trophées a lieu dans la salle des sports de Sospel

 

IMG_4174.JPG

 

Classement de l’épreuve Sospeloise
Classe 11 : 1er Jacques Cisotto
Classe 12 : 1er Luc Pitolési
                  2ième Patrick Barnoin
                3ième Patrice Ricroch
Classe 13 : 1er Bruno Lafaurie
                 2ième Christian Martin
                 3ième Christian Martini

Classe 14 : 1er Gilbert Vidmar
                 2ième Christian Maupomé

 

FICHE TECHNIQUE MANIF.
QUI :LMRP (Ligue Moto Régionale de Provence)
          Centre de vie l’Anjoly
         98, bd de l’Europe
         13127 VITROLLES
         Tél: 04.42.09.72.02
         Mail: 
ligue-motocycliste-provence@wanadoo.fr

                        et le
        Sospel Motos Sport
         40, rue de la République
         06380 SOSPEL


QUAND : 25 septembre 2011
QUOI : Finale du Championnat de Provence de la Montagne
             et le Trophée de courses de côtes de motos anciennes

 

Organisateur.JPG 
Franck Rostagni, Président du Sospel Motos Sports : « Nous organisons pour la 5ième année consécutive, la finale du Championnat de Provence de la montagne.
C’est avec grand plaisir que j’accueille avec à mes côtés une cinquantaine de bénévoles pas moins de 125 pilotes, tous réunis pour apporter le plus beau spectacle et dans les meilleurs conditions.
Je remercie Mr Jean Mario Lorenzi, Maire de Sospel et la gendarmerie ».

Pour conclure, je souhaite simplement donner une petite recommandation : « Mieux vaut adhérer à un Moto Club et participer à des manifestations sur piste ou sur route fermée en toute sécurité, que de rouler sur route ouverte à la circulation dans des conditions quelquefois trop limites voir souvent dangereuses…. »

 

Photo n°1.JPG
Gilbert Vidmar du Moto Club de Barr Champion de France 2011 en Classe 14 « Proto évolution »



 

Photo n°2.JPG
Double casque pour Jean Christophe Knaupp, NON, il n’a pas la grosse tête simplement il cumule les fonctions de compétiteur et d’organisateur. Il préside aux destinées du « Team Raphatoc » : « Notre petite association comprend une trentaine de membres et la mise sur pied d’une telle manifestation a été très ardu. Il nous a fallu plus de deux ans pour trouver un tracer qui ne gène personne, puis avoir toutes les autorisations municipales et préfectorales. La municipalité du Muy nous a donné un sacré coup de main, elle a pesé de tout son poids pour faire aboutir le projet.
De nombreux points sont à travailler sur la sécurité ou le nombre de commissaires tout le long du parcourt.
Un grand merci aux clubs de la Ligue qui ont pallié à nos lacunes.
Notre maitre mot, la convivialité, le samedi soir sur la base nautique, Christian Maupomé, un pilote de moto ancienne avait convié tous les copains a une tablée sans prétention : une quarantaine de participants déjà un succès.
Pour 2012, la « Rabinon » est déjà dans le programme, la mairie nous soutient toujours, reste certaines autorisations à finaliser !! »   
Photo n°3.JPG
Pierre Brouard, adjoint au chef des sports de « Nice Matin » sur une 350cc Yamaha RDLC licencié au Sospel Motos Sports.





 

Photo n°4.JPG
Départ de Christian Martin du Centaure de Nice sur Kawasaki Z500cc de 81. La moto, « une star » a participé au tournage du film de Nicole Garcia « Un balcon sur la mer » avec Jean Dujardin.


 

Photo n°5.JPG
Michel Maxime Varon sur Proto 125 de 1990 : 25 ans de courses de côte, 580 compétitions dans cette spécialité.




 

Photo n°6.JPG
Luc Pistolesi, licencié au MC CET Sport Cannes sur XT  de 1978.




 

Photo n°7.JPG
Plein gaz pour le XT 500 de Patrick Barnoin.






Photo n°8a.JPGPhoto n°8b.JPGChristian Maupomé du Moto Club Zone Rouge
   a/avec son Malagutti de 68 entièrement d’origine pour les reconnaissances du samedi après midi.
  b/ avec son Honda 400 NC30





 

Photo n°9.JPG
Stéphane Bragado du MC Classique d’Avignon sur 800 BMW GS.




 

Photo n°10.JPG
Maurice Durantet et sa Yamaha 750 FZ de 87 

10/10/2011

ROQUEBRUNE CAP-MARTIN 2011

 
 Texte original de l'article
Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 67 du 29 septembre 2011

IMG_2329.JPG

2007-2011, dix sept ans d’un succès mérité, cette grande concentration du club « Motos et scooters de Roquebrune Cap-Martin » est la réunion phare de la moto ancienne de la Côte d’Azur et du Sud Est de France.
IMG_2327.JPG
 Pour un grand rassemblement, il faut un grand rassembleur, le Président, André Mazzoni est une figure de proue dans cette discipline. Dédé, secondé par Anne-Héléne, son épouse, est un organisateur hors pair, sachant manier le bâton et le goupillon. Il faut bien çà pour mener à bon port les cent quatre vingt participants de cette balade à travers les routes montagneuses de l’arrière pays du mentonnais ponctuées de retours en fanfare dans des sites urbains comme Menton et surtout Monaco. 

Samedi matin, place du marché à Roquebrune, c’est l’effervescence comme chaque année. Quelques serrements de mains, des tapes amicales et de grands sourires, les retrouvailles sont fraternelles. Il y a là les habitués comme Jean Luc et Sylvie Rocci du Vespa club d’Avignon et leur 150 Lambretta LI de 66, Max et Annie Chevry de Pernes les Fontaines toujours sur 350 Magnat Debon B4T de 51 ou encore Claudio Parodi et son 175 Gilera sport de 58.
A la manière des pèlerins du chemin de Saint Jacques de Compostelle, la balade commence au seuil de leurs maisons pour Jean-Louis Cruvelier (Avignon) et Roger Tourdot (Paris), mais… chacun pour sa paroisse. Tous deux ancien Président, le premier du Vespa Club de France: « Sur mon 50cc Vespa de 65, j’ai mis 7h00 à une moyenne de 40km/h pour venir ici : fantastique » et le second du Rumi club de France : « En deux étapes sur un 125 Rumi formichino, aucun problème », peu importe la chapelle, la foi soulève les montagnes.
Pierry Heraud nous fait admirer un très rare scooter, sous nos cieux, de 150cc IWL, type troll 1 de 64 venant de l’ex Allemagne de l’Est.
David Bernard, un ascète de l’anglaise, a prêté à Sylvain Nollet d’Arras, un pote en vacance chez lui, une BSA Rocket 3 de 71 ayant appartenu au chanteur Christophe.
Puis vers 9h30, la troupe se met en ordre de marche direction Menton et sa Promenade du soleil. Un petit tour au bord de mer devant des plagistes médusés, le temps de tester et chauffer les machines. Puis par le val du Careï, la chaussée prend rapidement de la hauteur. Nous dépassons le hameau de Monti. Au long de la montée, quelques ouvrages d’art d’une ancienne voie ferré, reliant Menton à Sospel et datant du début du siècle dernier surgissent ça et là, point d’orgue : le viaduc de Caramel.
La côte est avalée en un temps record. Devant le tunnel de Castillon, un regroupement est salutaire avant une plongée sur Sospel.
Ouf Sospel !! Juste un coup d’œil pour contempler « Le pont vieux » ; cette construction fortifiée qui enjambe la Bévéra, est le symbole de la commune. Bâtie au XIIIème, sa tour centrale servait de poste à péage entre Piémont et Méditerranée sur la voie royale du sel entre Nice et Turin.
Sans se refroidir, on attaque le col de Braus, un hors catégorie vous diront les cyclistes de la grande boucle. La Triumph type H de 18 de Stephano Pracca n’avait pas trop mal absorbé les raidillons mais voilà que ça sent le bouchon, son embrayage en liège a vécu.
Près du col, un arrêt buvette a été aménagé. La 350cc B44 Motobécane de Guy Mackowiak qui roulait sans problème refusera obstinément de repartir.
L’Escaréne, le col de Nice, la Trinité, la grande corniche, les kilomètres défilent. La caravane est pressée, elle a rendez-vous avec la maréchaussée aux limites de La Principauté de Monaco. C’est encadré de gendarmes que le convoi traverse le territoire monégasque pour prendre le repas de midi sur le port Herculis, face aux bateaux de milliardaires et entouré de gratte-ciels : le TOP.
Les participants de Beauvais, du Havre, Sommières ou du Vespa club de Couvin en Belgique vont profiter de la demi-journée de liberté pour visiter Monte-Carlo ou se rafraichir dans la grande bleue.
Dimanche matin à Roquebrune village, quelques machines viennent renforcer le plateau déjà conséquent, notamment une 600cc Douglas de 18 et une 500cc Gnom et Rhone D4 de 28 de Guy et Jean Claude Amérigo et un superbe Rumi de 54 de Paolo Calari.
En montant vers La Turbie, la grande corniche est un balcon. Elle nous offre un spectacle sur la méditerranée, Monaco, Beausoleil, Saint Jean Cap Ferrat, des lieux idéalisés depuis des lustres sont à nos pieds.
La route n’est pas plus large qu’une main en arrivant au col de la madone. La descente sur Sainte Agnès est un autre belvédère. Olivier Roger, Aurore Dupont, Janick et Anne-Marie Lerpux, s’aménagent des haltes photographiques et mémorisent leur passage.
C’est par de petits « monta à cala » serpentants à flancs de montagne que le ruban d’asphalte nous amène à Castellar où nous est servi un rafraichissement en présence des maires de Castellar et de Roquebrune Cap-Martin.
Le centre Azuréva, de Roquebrune nous accueille pour un dernier repas en commun. Une distribution de plaques souvenir termine cette manifestation menée à son terme avec maestria.   

 

QUAND : le dernier week-end de juillet
OU : Monaco et l’arrière pays mentonnais.
COMBIEN : 60€ pour le week-end, comprenant les 2 repas du samedi et le petit déjeuner et le repas du dimanche.
PAR QUI :  Motos & Scooters Anciens de Roquebrune Cap Martin
                     Hôtel de Ville – 06190 Roquebrune Cap Martin
                     Tél. / Fax. 04 93 57 06 58
                     www.motoscootrcm.net
                     e.mail : infos@motoscootrcm.net

 


 « Festinière »,  la fête continue.
 Dans ce coin de méditerranée, c’est ainsi que l’on nomme ceux qui ont la culture de la fête.
Elsa était là depuis le début de l’histoire de « Motos et scooters de Roquebrune Cap-Martin », c’était la maman du Président.
Elle est partie quelques jours avant la dix septième édition. On a rien changé. Elle était bien présente parmi nous.
Elsa, N’oublie pas, dans un an la Fête se poursuit.

Organisateur.JPG André Mazzoni : « Je remercie toutes les personnes qui ont participé à la réussite de cette organisation entre autre  à Eric Bellone qui a géré avec brio les ouvreurs, la sécurité sur les parcours des balades, aux ouvreurs qui ont exécuté avec efficacité les consignes d’Eric, à Jean-Do qui nous a offert le dessin d’illustration de la manifestation, à tous les bénévoles du club bouliste les Coqs Roquebrunoi.  Merci aussi aux municipalités de Roquebrune Cap-Martin, de Castellar et aux autorités Monégasques qui nous ont donné toutes les autorisations nécessaires pour nous accueillir. »

 


Photo n°1.JPGBannière au vent, André Mazzoni mène sa troupe au pas de charge sur les routes de arrière pays.





Photo n°2.JPGMagnifique la 500 Della Ferrera de 1935 de Mauricio Fiorindo.







Photo n°3.JPGPierry Heraud sur son 150cc IWL troll 1 de 1964.






Photo n°4.JPGCasque au bol, jugulaire flottant au vent Raoul Greffeuille au guidon de son 125 Motobécane de 1956.





Photo n°5.JPGGuy Amérigo sur son 600cc Douglas de 1918.






Photo n°6.JPGLes membres du Vespa Club de Couvin en Belgique sont de la partie dont le Vice-Président : Christian Dorigatti et son Trésorier, dit « Pic-sous »Vincent Altavilla : « C’est la deuxième année que nous venons à Roquebrune Cap-Martin. Notre club est fort de 200 membres. Nous avons un peu la bougeotte. Nous sillonnons l’Europe et participons à divers concentrations comme en Normandie à Criel sur mer ou Strasbourg en France, Parme en Italie, à Munich chez Robin David. Ici, nous avons six Vespa de 58 à 72 ».


Photo n°7.JPGClaude Bonfils, du moto club de Sommières dans le Gard, au guidon d’une 500cc Ariel type VH de 55.





Photo n°8.JPGValérie Roussel pilote une Saroléa type 31B de 1931.






Photo n°10.JPGClaudio Parodi est très heureux au guidon de sa petite Gilera 175cc sport de 58.






Photo n°10.JPGMauro Grosso au guidon d’une Moto Guzzi 500cc GTV de 48. Il n’y a eu que 180 exemplaires de fabriqués avec un diamètre de frein avant en 180mm.




Photo n°11.JPGMonique Lemaire pilote une Terrot Tenor de 61 une des dernières sortie de l’usine.





Photo n°13.JPGLuciano et Denny Gremmo sur 500cc BSA M20 de 1943.






Photo n°14.JPGChizzaro, père & fils, des fidèles du rassemblement, jusqu’à présent Gabriele était le passager de Claudio, mais le petit a grandi (15ans)




 

Photo n°15.JPG



Gerard Pastoret du Club de Pernes les Fontaines sur Magnat Debon BSSL de 1931.


 

Photo n°16.JPG
Aurore Dupont sur Peugeot P55 GL de 1952.



 

Photo n°17.JPG
En vacance sur la Côte d’Azur, Sylvain Nollet d’Arras dans le Pas de Calais pilote une BSA Rocket 3, prêtée par son copain David Bernard. Elle a appartenu au chanteur Christophe.

 

Photo n°18.JPG
Marc Berger au guidon de sa Terrot HSST de 1932.

17/08/2011

ITALIE, MOBILISATION GENERALE à MONTEMALE

 Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 667 du 15 Aout 2011 

IMG_1125.JPG

Tout le monde est sur le pied de guerre, la fête peut commencer. L’engouement est extraordinaire dans ce petit village du Piémont à quelques kilomètres de Cuneo.

IMG_1133.JPG

 IMG_1135.JPGMontémale Di Cuneo, situé à 931 mètres d’altitude, dans la partie sud de la plaine du Po, adossé au contrefort des Alpes attend les concurrents. L’association « I Baloss » de Dronéro organise la course de côte Valgrana-Montemale. La notoriété de son Président, Alfio Marino et surtout la qualité de l’accueil des compétiteurs par les villageois fait que l’on vient de loin pour participer. D’Italie, mais également de France : le concurrent le plus éloigné Claude Bizard d’Avignon est venu faire la démonstration sur une 175 Magnat-Debon LMCP de 34.

IMG_1139.JPGSamedi après-midi, le paddock se remplit, les refuges, les gites et les hôtels également. Beaucoup de français sont venus en voisin des Alpes Maritimes, fuir la chaleur du bord de mer, notamment le « Barjoteam » de Christian Pétard.
Le repas du soir, menu grillade, est pris en commun. Il est suivi d’un concert en plein air, et jusqu’à tard, les accords stridents des instruments de musique vont déchirer la nuit.   
Le lendemain, dès huit heures le monde se presse aux inscriptions. Deux anciens Champions d’Italie se sont joints aux concurrents : Italo Piana (1962), pilotera un 50 Minarelli corsa, Sergio Bongiovanni (1966) une 500cc Velocette Truxon de 1959. S’est ajouté à eux un renard du désert : Roberto Boano. Après une carrière bien remplit en moto cross. Roberto manquait d’espace, il s’est lancé dans le rallye raid. Il a cinq Paris-Dakar à son actif.
IMG_1151.JPGL’Italie du nord a toujours était riche en assembleurs et mécanos de génie. Cette année, Massimo Lazzaro, un turinois, nous permet de contempler une machine artisanale : un 500cc Salvai de 1952. Il est accompagné de Mauro Grosso et Maurizio Fiorindo, qui eux ont des machines beaucoup plus courantes : une 350cc AJS 7R de 59 et un 200cc Mondial forcella stampata de 51.
L’atelier Dual-Mano vient de Salernes dans le Var. Il possède deux Harley Davidson, une WLA de 42 et une 1000 fonte pilotée respectivement par Aldo De Taddéo et Christian Allibert.
Une mouche a du piqué Franck Moureaux. Départ en Wheeling, il tente de faire décoller son B50 mais il a confondu la superforteresse B50 de Boeing et le B50 SS Gold Stard de B.S.A., dommage un garçon habituellement si respectueux de son matériel.
IMG_1157.JPGEt maintenant parlons des supers machines de courses de Franco Caranta et de son Galletto Moto Guzzi de 63, celui qui a la roue de secours entre le tablier et la fourche ou bien encore de Mateo Poeto en Ciao muni d’un énorme pot de détente à faire pâlir un camion ou de Mauro Giordano et de son 50cc Fantic Caballero de 74, la première moto de ses 14 ans, ici tout le monde a sa place.
De ce côté des Alpes, la mécanique se fête et se déguste, à la manière d’une recette de cuisine : « Prenez du rare et du moins rare, de la vitesse, un peu d’enduro, quelques graines de Champions (même germées) et beaucoup de « Poireaux », mixez le tout. Avant de servir saupoudrer de tifosis tout le long de la route et vous obtiendrez un consommé à déguster sans modération ».
Il suffit d’aimer : « 
Aimer est le grand point, qu'importe la maîtresse ? Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse ?"(Alfred De Musset)
 

IMG_1162.JPG

 OU : En Italie entre VALGRANA & MONTEMALE, à côté de CUNEO
QUAND : 10 juillet
COMBIEN : 30€.
PAR QUI : Associazione Sportiva “I Balòss” de Dronero.
                            Président : Alfio Marino

 


Organisateur.JPGOrganisateur
Alfio Marino : « Je suis extrêmement satisfait. Les amis sont venus de loin. La manifestation prend de l’ampleur, cent vingt motos et six side-cars. On note la présence de deux anciens champions d’Italie et d’un spécialiste de cross et d’enduro ayant participé au Paris-Dakar.


Photo n°1.JPGUn renard du désert, concessionnaire Honda à Caraglio, Roberto Boano a commencé, avec succès sa carrière en moto cross, puis il s’est lancé dans les rallyes raids. Il a intégré le « Team Honda Europe » et a ainsi effectué cinq Paris-Dakar dont le premier en 1986 celui qui emporta Thierry Sabine et Daniel Balavoine. Il se forge dans cette compétition un palmarès éloquent : 21ième en 86, 29ième en 89 et 11ième en 91.
Et comme bon sang ne saurait mentir ses deux fils Yanno et Yvan ont trusté en moto cross les titres de champion d’Italie et d’Europe. Cette année, Yvan est parti sur les traces de son père, lors du Dakar 2011 en Argentine ; il a chute à la 7ième étape clavicule cassée.


Photo n°2.JPGExceptionnelle, Massimo Lazzaro pilote une 500cc Salvai, prototype de 1952 d’un artisan constructeur de Turin.




Photo n°3.JPGTrois potes !!! Sa dépote !!! Harley Davisson WLA de 42 préparé par l’Atelier « Dual-Mano » de Salernes dans le Var. Manu, le mécano de la bande : « Le team est né de la réunion de trois copains. J’ai monté un atelier de réparation, rénovation pour Harley, Triumph, Norton, Guzzi. Patrice, « l’Artiste » utilise ses dons de graphiste pour personnaliser les engins et on laisse au plus léger des trois, Aldo, le soin de piloter notre bébé sur circuits et courses de côte, une façon comme une autre de montrer notre savoir faire.


Photo n°4.JPGLe Turinois Mauro Grosso sur 350cc AJS type 7R de 1959




Photo n°5.JPGMême Mateo Poeto en Ciao : tout le monde a sa place.






Photo n°6.JPGAndrea Gugole, de Roquebrune Cap-Martin prend le départ sur son Vespa GT 125cc de 68, comme les anciens vespistes en combinaison blanche.



Photo n°7.JPGLa Superforteresse B50 de Franck Moureaux tente de prendre son envol, mais la Gold Start restera sur le plancher des vaches.




Photo n°8.JPGItalo Piana, Champion d’Italie 1962 devant le Ducati Sport qui le consacra.




Photo n°9.JPGMario Civetta et son fils Daniele sur side Donaska de 82 mue par un moteur  Kawasaki GPX 750cc.




Photo n°10.JPGGuzziste jusqu’au bout, Giuseppe Maia sur sa 500cc Moto Guzzi C2V de 1925.






Photo n°11.JPGVenu d’Avignon, Claude Bizard sur son 175cc Magnat Debon LMCP de 1934.




IMG_1141.JPGBeau tire groupé : en haut la 500cc Salvai de 52 de Massimo Lazzaro, puis 200cc Mondial Forcella Stampata de Maurizio Fiorindo et enfin la 350cc AJR 7R de 59 de Mauro Grosso.


IMG_1144.JPGEn attendant le départ.

 





IMG_1155.JPGFranco Caranta et de son Galletto Moto Guzzi de 63







IMG_1162.JPGTout sourire, Bartolomeo Curti sur Laverda Formula 500 (Premier modèle) de 78.





IMG_1320.JPGJean Pierre Even sur 175cc Motobécane de 56





IMG_1163.JPGBras croisés, Bruno Rabier attend l’heure du départ assis sur son 125cc Villa de 84.


02/07/2011

GATTIERES, 1ere manche du CHAMPIONNAT DE PROVENCE DE COURSES DE CÔTES

 Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 659 du 02 juin 2011 

IMG_7854.JPG

La Ligue Motocycliste Régionale de Provence organisait à Gattières, une course de côte, première manche du championnat de la montagne 2011. Cent quarante concurrents en ont décousu sur un parcours long d’un kilomètre neuf cent sur une route en très bon état.

 

IMG_7903.JPGSamedi après midi, les vérifications techniques et administratives battent leurs pleins. Les mois de froidures sont derrière nous. Les retrouvailles sont toujours agréables. On palabre en attendant son tour sur la nouvelle acquisition ou la façon dont à évoluer le moulin pour détrôner le copain.
Dans la descente, sur un terre-plein, entre Gattières et Carros, Jean-Noël et Valérie Dekrakreni ont déjà garé leur camping-car pour passer la nuit. Rapidement l’emplacement devient un lieu de détente ou l’on aime s’arrêter siroter un petit jaune (avec modération), Jean-Noël : « Voilà comment je vois la course de côte. On arrive la veille, on fait une petite bouffe avec les copains, sans excès mais sans se priver, et demain matin entre cinq et six heures on va mettre en place barnum, motos et fourgon pour passer une journée de plaisir ».
IMG_8030.JPGDimanche matin, la ruche s’éveille, organisateurs et coureurs se préparent. Christian Maupomme pilote une VFR 400, type NC30 de 89 : « Cette année la FFM a créé une classe de plus, la 14, Prototype-évolution pour les machines de 85 à 89. Un grand bien, l’an dernier il y avait des machines qui faisaient 60 chevaux de plus que la mienne. Et même si on sait que l’on participe pour la gloire… »
Un peu plus loin, une surprise, Jean Paul Lanza a trouvé une nouvelle compagne de route venue d’Angleterre, une Suzuki TR500 de 72 : « Attention, je ne me suis pas séparé de ma Bultaco Metralla, on a bourlingué depuis si longtemps ensemble qu’il met impossible de la vendre ». La Ducati 900SS de Didier Milani brille de milles feux : « Quand je l’ai achetée, du ciment avait été jeté sur le moteur. Les carters alu étaient mangés et oxydés ; avec de l’huile de coudes et des soins appropriés la voilà rutilante ».
IMG_8069.JPGDidier Duranton est un peu inquiet. Il monte une 350 CB Honda : « J’ai fait faire chez OLD RACER un gros travail sur la culasse et je tâtonne pour mettre au point le moteur ».
A noter la présence de deux sides, ils avaient depuis longtemps déserté le championnat, Ils méritent un coup de chapeau, celui de Pierre Vigneau et Marilou Postel sur 900 diversion de 94 et un autre plus récent de Yannick Bouclat et Sophie Bouviale sur 1300 Hayabusa.
Dans l’ensemble, les compétiteurs, en anciennes, se serrent les coudes autour de leurs patrimoines, et puis l’amitié et les copains valent tout l’or du monde.

IMG_8039.JPG

QUOI : Championnat de Ligue de courses de côtes
QUAND : 5 épreuves de mi-mai à fin septembre
COMBIEN : Licence nationale ou à la journée + engagement à l’épreuve.
PAR QUI : LMRP (Ligue Moto Régionale de Provence)
                  Centre de vie l’Anjoly
             98, bd de l’Europe
            13127 VITROLLES
                  Tél: 04.42.09.72.02
             Fax: 04.42.09.72.79
             Mail: ligue-motocycliste-provence@wanadoo.fr

 

38529_1467866430947_1662172750_1121483_7192751_n.jpg Coorganisateur de la manifestation et organisateur de la finale à Sospel
 Franck Rostagni signale : « La ligue de Provence a opté pour des engagements par internet, alors si des personnes extérieures à la ligue veulent s’inscrire pour la finale du Championnat de France de course de côtes de motos anciennes qui aura lieu le 27 septembre à Sospel, il faut qu’ils aillent sur « engage-sport.com », qu’ils créent leur profil et qu’ils suivent les différentes étapes ».
Calendrier des réjouissances
- 22 mai 2011 Course de côte de Castillon
- 05 juin 2011 Course de côte de la Bollene Vésubie
- 04 septembre 2011 Course de côte du Muy
- 25 septembre 2011 Sospel / Final du Championnat de France de motos anciennes
                                               et du Championnat de Provence

 

 

Photo n°1.JPGAmbiance dans le paddock






Photo n°2.JPGJean Paul Lanza et sa Suzuki TR500 de 72









Photo n°3.JPGLa Ducati 900SS de Didier Milani brille de 1000 feux.






Photo n°4.JPGFabrice Ricroch et son avion de chasse une 350 Suzuki, ils vont titiller les récentes.





Photo n°5.JPGLuc Saffer et son 350 Yamaha de 72.






Photo n°6.JPGGilles Leone sur Triumph Bonneville de 70






Photo n°7.JPGStéphane Bragado pilote une BMW R 80 GS de 81






Photo n°8.JPGBruno Lafaurie sur 350 Yamaha RDLC type 31K de 83






Photo n°9.JPGDidier Duranton sur Honda 350 CB






Photo n°10.JPGDe plus en plus belle la Suzuki T500 de 68 de Jacques Cisotto, selle et réservoir en alu poli, elle brille.





Photo n°11.JPGYannick Bouculat et Sophie Bouviale sur Hayabusa 

15/06/2011

10ièmè Anniversaire de l’A.S.I MOTO SHOW à Varano, ou la passion de la piste

Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 659

du 02 juin 2011 

Photo Ambiance 4.JPG

 Du spectacle, du grand spectacle sur le circuit de Varano de Melegari, près de Parme en Italie.

Photo Ambiance 3.JPG

 

En Italie, la passion de la mécanique est une priorité et si la belle a des formes élégantes et porte une robe rouge ou orange, c’est de la folie.
Vendredi matin, le soleil était au rendez-vous. Monsieur météo nous avait promis de l’eau, il s’était trompé : une chance.
Photo Ambiance 1.JPGDés l’ouverture du circuit à 9h00, les accros sont déjà là pour prendre possession de leur box ou mettre en place leurs camping-car à un endroit privilégié. Sur le parking du circuit, le spectacle commence, barnums et oriflammes sont déployés. Chacun affiche sa provenance. Dans les tribunes aux couleurs de firmes italiennes de prestige, débutent les vérifications techniques dans une ambiance de récréation, les enfants sont grands. Ils étalent leurs jouets et montrent aux copains leurs dernières nouveautés. De l’extraordinaire, on en trouve partout, là où se posent les yeux : des engins du début du siècle d’avant comme le tricycle Rochet de 1900 jusqu’aux motos des années 90, impressionnant le déploiement de force du club Ariel. Les autrichiens du club « oltimer » de Bad Aussee font admirer Zénith de 24, Oméga de 26, Buchet 350 de 1903.
Photo Benelli 1.JPGLes français viennent majoritairement du sud de la France. Ils sont éparpillés aux quatre coins du campus. Pas de président, que des électrons libres, dans le team « Fada Marsilia Cycle team » créé voilà trois ans, ils ont dans leurs valises une Bernasse et une Griffon toutes deux de 1904 mais surtout deux Calthorpe série ivoire de 28 et 30. Le box 25 est réservé aux « Barjoteampamboum » de Vence (06) de Christian Pétard, une association à vocation exclusivement course. S’est joint à eux Hubert Rigal, il fait apprécier les formes généreuses de sa Elf E et Bernard Maingret sa Moraco/Yamaha à coque alu pliée œuvre de Bernard Droulhiole. Juste à côté, la célébrité, Phil Read a déjà pris position.  Installé sur la colline, « Moto et scooters de Roquebrune Cap-Martin » a opté pour une position dominante.
14h00, les fauves sont lâchés pour une séance d’essai sur le circuit de deux milles quatre cent mètres. Les séries s’enchainent jusqu’au soir.
Samedi matin tout recommence avec quelques séances de mécanique au programme : André Mazzoni a ouvert le haut moteur de sa Triumph T100 de 58. Il va réparer et ne manquera aucune session. La Buchet de 1903 de Friedl Martin a un démarrage capricieux mais vu son grand âge !!! Dans une série, six machines du team « Laverda corse » conduit par Piero Laverda se tirent la bourre.
1911-2011, Benelli a cent ans. Son Champion du monde 250cc de 69, l’australien Kel Carruthers, a pris la tête d’une parade dédiée au centenaire.
Dimanche matin, il pleut la fête se ternit, repli stratégique tout le monde remballe. On profitera d’un moment d’accalmie pour sortir motos et personnages mythiques qui ont fait la gloire de notre passion : Giacomo Agostini, Sammy Miller, Freddie Spencer, Eugenio Lazzarini, Jean-François Baldé et bien d’autres.
Une dernière remise en marche des moteurs pour en avoir plein les oreilles ;
 ainsi s’achève le 10ième Moto Show A.S.I..

Photo n3.JPG

 

OU : Sur le circuit de Varano de Melegari, près de Parme en Italie
QUAND : 13-14-15 mai 2011
COMBIEN : Gratuit
PAR QUI :Automotoclub ITALIEN HISTORIQUE 
                 Villa Rey - Val Strada San Martino Superiore 27 
                 10131 - TORINO 
                 Téléphone: 011/8399537 
                   Fax: 011/8198098
                   Mail: info@asifed.it

  

 

LAVERDA pour toujoursPhoto Laverda 1.JPG
Photo Laverda 3.JPGRencontre avec Piero Laverda : « Pour moi, rouler en moto,c’est comme marcher. Je vie pour la moto. Je suis dans la mécaniquedepuis toujours. J’ai commencé à pratiquer le deux roues à partir de neuf ans sur une machine construite par mon père. Je ne pouvais me résoudre à abandonner l’esprit Laverda. 

Le « Laverda Corse » a été formée en 2001 dans le but de préserver et promouvoir le patrimoine de course de Moto Laverda. J’ai réuni autour de moi une équipe constituée d’anciens pilotes et de mécaniciens d’usine, s’ajoutent les amateurs et collectionneurs et tous unis pour que se poursuive l’histoire de la marque dans la course.  

 Nous nous attachons à récupérer les machines d’usine et rares éparpillées aux quatre coins du monde, souvent en piteux état. Nous refabriquons certaines pièces et leurs redonnons une nouvelle vie. Ainsi, nous offrons aux Laverdistes l’occasion de voir et d’entendre les motos qui les ont fait rêver.
Nous participons à deux ou trois rassemblements par an comme A.S.I. Moto Show, mais c’est surtout en compétition catégorie moto classique que le « Laverda Corse » est le plus actif. Nous utilisons des répliques de machines d'endurance spaceframe 1000cc et «Barcelone» de la 500cc.

Au début du mois de mai, sur le circuit de Magione, près de Pérougia, en Coupe UEM Vintage Endurance en 500cc, nous avons fini second.
Nous mettons notre expérience de la course au service des amateurs qui veulent transformer leur Laverda en bombe à courir. Nous vendons des kits spécifiques qui permettent cette mutation et ainsi ils peuvent nous rejoindre sur les circuits d’Europe et du monde entier et faire perdurer « L’esprit Laverda » ».

Photo Laverda 2.JPG

Photo Benelli 3 (1).JPG 

Centenaire Benelli
Au sein d’une manifestation tel que ASI, le centenaire Benelli ne pouvait pas passer sous silence.

L’entreprise familiale à l’effigie du Lion de Pesaro, a été créée en 1911 par les six frères Benelli, ne pas confondre avec celui de Sochaux, fait partie du paysage industrielle italien. A ses débuts, constructeur de bicyclettes, il faudra attendre la fin du premier conflit mondial en 1921, pour voir la première BMA un 75cc.

Photo Benelli 4.JPGLa passion de la course sera auréolée de titres de Champions de monde de Dario Ambrosino en 1950 et de Kel Carruthers en 1969. Les plus grands s’illustreront à son guidon, Renzo Pasolini, Mike Hailwood, Jarno Saarinen et bien d’autres.

Depuis 2005, l’établissement est propriété du groupe chinois Qianjiang

 

 

 

Photo Elf E 1.JPGELF E

Elle est belle la Elf E / Honda d’Hubert Rigal. Il nous l’a présente avec son carénage bleu, blanc, rouge ; puis sans, pile ou face : une merveille de technologie.
Prototype 83, elle a participé aux courses d’endurance. Une partie des brevets créé lors de sa construction sont devenues propriété Honda.

Photo Elf E 2.JPGPhoto Elf E 3.JPG 

 

 




Photo n1.JPGEn Italie, le culte du  « ROI »

 





Photo n2.JPGEn grande conversation entre Kel Carruthers et Freddie Spencer d’un côté et de l’autre Giacomo Agostini et Phil Reed.

 


Photo n3.JPGUne grande amitié entre Marco Lucchinelli et Jean-Francois Baldé.





Photo n4.JPGCroisée dans les allées du  parc à coureurs une Triumph type H de 1918.

 




Photo n5.JPGDu Club Balestrero deux superbes Indian Big Chief à moteur Daytona de 1923 et 30

 




Photo n6.JPGL’autrichien, Wenzel Schmolke pose avec sa NSU Max 300 de 56.

 




Photo n7.JPGFrustré Secondo Tessitore d’Asti par manque de participants en catégorie 50cc le prototype Demm de compétition, 12 vitesses, double arbre à came, double bougie ne prendra pas la piste.

 




Photo n8.JPGUne remorque pour le tricycle Rochet de 1900 de Faustini Osvaldo

 




Photo n9.JPGArret au stand pour les side-car.

 





Photo n10.JPGLa Norton Manx de 1954 de Altinier Alessandro

 





Photo n11.JPGLa Ossa SPQ de 1971 du français Michel Percevaud.

 





Photo n12.JPGDidier Le Gall sur sa 750 Norton commando de 1968.

 





Photo n13.JPGUne bonne bourre entre la Matchless G50 de Pfister Marius et la Vincent de Dante Alfonso.

 




Photo n14.JPGBruini Renzo sur DKW course de 1938.

 





Photo n15.JPGHRD Vincent de 1947 de Baldissin Walter.

 





Photo n16.JPGFN M50 de 1925

 

 

 



Photo n18.JPGPhil Read apprécie la Droulhiole de Bernard Maingret.

 





Photo n19.JPGAJS G8 e 1926 de Freuler Stephan

 






Photo n20.JPGMégola A3 de 1922 de Jankovic Alessandro

 






Photo n21.JPGArret au stand pour Friedl Martin et sa Buchet de 1903

 





Photo n22.JPGLes femmes aussi : Cerruti Rosanna sur 175 Varrone VT de 1932

 







Photo n23.JPGPoussette au feminin pour demarrer le side Norton

 





Photo n24.JPGDéploiment de force au Club Ariel.

 





Photo n25.JPGAu centre, en grand chef d’orchestre, Sammy Miller réchauffe les cordes vocales de sa Honda RC181 de 1968.

 




Photo n26.JPGDépart de la série Azur, au premier plan Claude Bizard sur Magnat Debon/Nougiers de 1934

 




Photo n27.JPGZénith Super Eight modèle 8 de 1924








Photo n28.JPGSide Triumph Speed Twin de 1926

 





Photo n29.JPGWanderer de 1913.

 





Photo n30.JPGEsthétique le Motozéta de l’assembleur Génois Zoppoli à moteur Cucciolo.

 




Photo n31.JPGFanatique de Moto Guzzi, Luciano Grassini sur le plateau de son 500cc Ercole, monte et démonte les yeux fermés les 118 pièces du moteur 250cc de 1936 avec remise en marche sans rien voir … Chapeau.



Photo n33.JPGPas de cadeau, Motobi et Norton au coude à coude.

 





Photo n34.JPGPerter Balaz, ancien pilote MZ sur Jawa d’usine

 





Photo n35.JPGEn attendant le départ, Friedl Martin pose sur sa Douglas OC de 1926.

 




Photo n36.JPGSimonazzi Enzo et son Moto Guzzi Sport 14 de28.

 








Photo n37.JPGSarolea 36C Monotube de 36 de Rekke Lothar.

 

 

 

18:47 Publié dans Blog, Loisirs, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |

26/05/2011

NOIR DE MONDE, Roquefort Les Pins, le 01 / 05 / 2011

IMG_7770.JPG

La sixième édition expo-bourse du Club Roquefortois Autos et Motos de collection est un grand succès.
A Roquefort les Pins, légèrement dans les terres sur la route de Grasse, on aurai pu penser que la route du bord de mer entre Nice et sa promenade des anglais et Cannes et sa croisette était coupée et qu’une déviation avait était mis en place tant l’affluence était grande.

IMG_7810.JPG

Un succès de la manifestation est du à un organisateur, Nicolas Ventugol, aux idées très large qui englobe tous les possesseurs de deux, trois ou quatre roues et une foi qui soulève les montagnes.
Dans le jardin dévolu aux motos, les clubs de la Côte d’Azur ont fait une petite place aux italiens de l’association « I Baloss ». La vocation course de ne fait aucun doute, Alfio Marino, le Président : « J’ai amené une 450 Ducati d’usine de 71 et une machine de 56 à moteur NSU de 250cc et à cadre Caproni. Nous organisons une montée historique le 10 juillet Valagrana/Montemale près de Cuneo en Italie. Alors si le cœur vous en dit ? ». Juste à côté, le « BarjoteamPamBoum », les Ducati Monza 250, Moto Guzzi Albatros, Parilla sont sur la ligne de départ. Assis juste derrière, Christian Pétard, Francois Massa, Bruno Rabier discutent des dernières modif. des bécanes ou de la future sortie. Il faut dire que l’on vient ici pour « tailler la bavette » et refaire le monde : en un mot l’Amitié.
A l’Amicale des Rétrocyclettes Villeneuvoise, c’est la fête. Une grande tablée ou on se réjouit les papilles : on mange Antillais.
IMG_7775.JPGGérard Gombert, dit « La Gombe », un vieux de la vieille est venu voir ses potes, Jean-Charles Battesti et Robert Baracco : « J’ai commencé à courir en 54 sur Vespa et Rumi. J’ai fait les Bol d’Or de 69 à 72 sur T500 Suzuki, puis sur Honda Egli. J’ai gardé les Norton Manx sur lesquelles j’ai couru », intarissable l’ancien. Robert fait la mou : « Je le connais depuis plus de quarante cinq ans. Je faisais les courses de côtes en championnat de France sur Settebelo 175. Il n’a pas changé, il monopolise toujours la parole », et Gérard de rajouter « Jean-Charles fait craquer ta Vincent ».
A côté de la 1000 Vincent sont disposé deux perles ex Christian Estrosi : la Yamaha 750cc OW 31 de 76 et la 250 Pernod de 81. Jean-Charles s’affère et la Vincent rugit, un bousin qui vous prendre les tripes et vous les nouent : SOMPTUEUX. « Elle vient de sortir de révision et dans quinze jours c’est Varano en Italie. Là-bas les mégaphones sont autorisés ».
Le soleil était de la partie et le public est venu en nombre dans une ambiance très décontracté. Désormais, ces rencontres Roquefortoises sont attendus par tous les collectionneurs autos et motos de la Côte d’Azur. IMG_7808.JPG
OU : Roquefort Les Pins – 06
QUAND : 18 octobre 2009
COMBIEN : Gratuit
PAR QUI : Club Roquefortois Autos Motos de Collection
Tel : 06.68.45.01.92
http://www.expo-bourse-autos-motos-roquefort-les-pins.com



Organisateur.JPGNicolas Ventuglo : « Notre manifestation se complète avec les expositions des sculpteurs Hervé Nys et Francois Chevalier, ce dernier était l’ancien directeur du circuit du Castelet. Nos amis Italiens de Cuneo ont fait effort de venir, je les en remercie. Je ne ferme la porte à personnes, un club de Dax récents est arrivé je les ai fait entré pour une sensibilisation à la moto ancienne ».







Photo n°1.JPG250 Pernod ex Christian Estrosi







Photo n°2.JPGLe verre de l’amitié entre Jean-Charles Battesti , à gauche et Gérard Gombert devant la 750 Yamaha OW31 ex Christian Estrosi et une 1000 Vincent.





Photo n°3.JPGPlace d’honneur pour l’association Italien « I Baloos » d’Afio Marino, deux superbes machines une 450cc Ducati d’usine de 1971 et une 250cc à moteur NSU et cadre italien Caproni de 1956.







Photo n°4.JPGAlain Grosso et Georges Vial, derrière leurs machines respectives, une 750 Kawasaki H2 de 72 et 250 Ducati desmo de 73.








Photo n°5.JPGClub à vocation course, le Barjoteam Pam Poum de Christian Pétard est sur la ligne de départ.







Photo n°6.JPGDépart de balade.








BOURSE
Photo n°1B.JPGMoteur Mosquito : 350€

 






Photo n°2B.JPG125cc Benelli Leoncino (Petit lion) avec CG : 500€








Photo n°3B.JPG

Di Biasi 50cc : 300€









Photo n°4B.JPGCyclo-sport Flandria SP237 de 1972 : 900€









Photo n°5B.JPGSolex Tenor S4 de 1973 à 4 vitesses à pied : 2000€








Photo n°6B.JPGHonda cub avec CG : 600€

11/05/2011

Salon de la moto et du scooter de Cagnes sur mer du 01 au 04 avril 2011

 IMG_7621.JPG
 Les 25 000 visiteurs attendus étaient bien au rendez-vous.
L’EVENEMENT de la Côte d’Azur a tenu ses promesses. Plus qu’un moyen de locomotion, le deux roues devient un besoin vital pour se déplacer en ce coin de paradis.
IMG_7578.JPG

La réunion de clôture du meeting d’hiver sur l’hippodrome de la Côte d’Azur vient tout juste de fermer ses portes. Les toques et les casaques chamarrées des jokers sont à peine rangées et voilà que d’autres cracks investissent les lieux.
Comme chaque année, les incontournables écuries Yamaha, Suzuki, Honda ou Harley sortent leurs derniers étalons plein de promesses. Routières, sportives ou d’agrément, à deux ou trois roues les machines n’attendent qu’un driver.
IMG_7590.JPGMais le succès du salon n’est pas du exclusivement par ces montres de technologie. Des animations sont proposées au public : un trophée PW’S (mini motos) par le moto club de Cagnes, une démonstration de Trial par le moto club de La Gaude, du très spectaculaire et acrobatique Freestyle par le Team Ultimate Burning et un défilé des nouveautés 2011.
La sécurité n’est pas absente des préoccupations des organisateurs. La
piste d'éducation routière des CRS GEMA sensibilise les adolescents (à partir de 14 ans) aux spécificités de la conduite d'un deux-roues, avec ou sans passager,  à l’équipement du motard : gants, casque, blouson. Mêlant théorie et pratique la leçon devient ludique.

 Au pesage, une poignée de passionné font vivre d’autres purs sangs dont les couleurs surannées ont quelque peu terni. Il est dur, pour ces élégantes d’un autre âge de garder un port altier devant des badauds médusés cherchant désespérément un frein à disque sur une Motoconfort MB1 de 1922 ou en riant aux éclats en montrant du doigt les pédales d’un 100cc Ravat d’avant guerre: « Mais ce n’est pas une moto ?». « Les Mécréants », une fois n’est pas coutume. Heureusement, la majorité des visiteurs sont des inconditionnels. Ceux sont des curieux et certains très éclairés. Au sein de cette manifestation, la moto ancienne n’est pas un faire valoir. 
 IMG_7637.JPGCette année environ soixante dix machines étaient présentées, de l’ancêtre à un passé récent, de la grosse cylindrée au cyclomoteur.
Sous le préau de la salle des balances, une Peugeot P108 de 1932 et une Magnat Debon OSS de 1930 dans leurs jus donnent le ton. A l’entrée, on peut admirer trois Trial : la fluette 175 de Claude Peugeot, la tout en force 410cc BSA Scrambler et la première 250 Bultaco tout terrain, la Sherpa de 1964, née sous l’influence de Samy Miller.
Dans la salle principale, se faisant face sur deux podiums trônent la doyenne de l’exposition la Peugeot Paris/Nice de 1913 et la 1200 Much Mammuth de 1971. A leurs pieds, du lourd, du très lourd, une MV 750 América Sport de 78 de Maxime Giambi acheté en 81 à Saint Palais sur mer près de Royan et MV 4C6 de 69 d’Yves Pécresse. Ce dernier a terminé la restauration de sa moto la veille de l’exposition : « J’ai démonté le moteur, changé quelques pièces. Un ami m’a trainé  à la bourse de Novegro en Italie et là oh surprise, j’ai trouvé la pochette de joint de ce modèle. Faite un calcul de probabilité : quarante ans depuis sa mise en circulation pour une machine fabriqué à 136 exemplaires !!! », une autre vedette, depuis sa renaissance, à peine quinze jours, la belle enchaine les salons, après Avignon, la voilà à Cagnes, la Royale Moto de François Lejars.
A cette occasion, une partie de la collection Werther était mise à la vente dont une 350 Sarolea Vedette de 1950 à 5500€ et une 250 Favor sport de 1928 à 5000€.
Chaque année est un nouveau défi. Chaque année les collectionneurs de la Côte d’Azur font renaitre des jouets longtemps oubliés et les offrent à un public conquis.
Le défi pour l’an prochain commence aujourd’hui.

 

IMG_7651.JPG

 

OU           : A Cagnes sur mer sur l’hippodrome de la Côte d’Azur.

QUAND   : du 01 au 04 avril 2011.

PAR QUI : WARE Organisation

                   Parc Valescure 3 - 280, allée du Petit Gondin - 83700 ST-RAPHAEL

                  Tél. : 04 94 52 80 80 Fax : 09 94 52 87 87

                   http://www.wareorganisation.fr/

 

Musée de la moto :

         US Cagnes/Véhicules d’époques
        
  
20-22 chemin des Travails
          06800 Cagnes-sur-Mer                         
          04 93 07 34 06

          http://moto-retro-vesubienne.hautetfort.com/

 

 


MOT DE L’ORGANISATEUR
Francis Fournier, un des organisateurs de ce musée éphémère de la moto : « Nous avons mis l’accent avec un peu de retard sur le bicentenaire Peugeot. Les collectionneurs nous ont donné un sacré coup de pouce en nous confiant leurs engins. Un certain nombre de collègues mettent un point d’honneur à finir la machine pour le salon. Nous avons fait un panachage de tous les genres de deux roues motorisés pour que les personnes qui viennent nous voir repartent avec un peu de bonheur dans les yeux. Je remercie tout le monde et en particulier « Légende Motor Sport de Mouans-sarthoux qui a mis à disposition trois machines dont une 500 Dollar S4S de 1933 qui serait un modèle unique en France ».


Photo n°1.JPGLouis et Annie Bardy et la Munch Mammuth 1200cc à moteur NSU TTS. Louis, 77ans, bon pied bon œil : « En 1971, j’ai vendu ma BMW 69S pour acheter cette moto. A l’époque j’habitais Lyon. Le concessionnaire était sur Paris. C’était la 220ième à sortir d’usine et la 4ième en France Je suis parti en train pour faire le retour par la route. En chemin, j’ai senti du chaud sur mes jambes, le bouchon d’huile mal serré avait sauté. Le passage au mine a été fastidieux, j’ai roulé pendant six mois sans carte grise. Maintenant, elle a 65 000km et j’en suis toujours très content, sa tenue de route est stable, sa boite à vitesses très douce. C’est une machine faite pour avaler les kilomètres. Je faisais les concentrations comme les Eléphants. Nous avons avec ma femme de très bons souvenirs. En ville, c’est un poison violent, elle chauffe terriblement. J’ai rajouté les radiateurs d’huile qui était une option d’époque. Sinon, la température monte, cela devient une vraie friteuse. La première révision, je l’ai faite à l’usine en Allemagne. Il commençait à assembler  la 1400cc électronique.
La seule panne a déploré, un bris de pignon de sortie de boite lors d’une balade dans les monts du lyonnais ».

Photo n°2.JPGUne place de choix pour l’ancêtre du salon, la 345cc Peugeot Paris/Nice de 1913.






Photo n°3.JPGLa Sherpa de 1964, le premier trail Bultaco né sous l’œil avisé de Sammy Miller.






Photo n°4.JPGNé à Cannes, avenue Clemenceau chez un matelassier Cyclo Ardent était vendu dans la France entière.







Photo n°5.JPGYves Pécresse et sa MV 4C6 de 1963.

 






Photo n°6.JPGEst-ce le 175 Trial de Claude Peugeot ?
Les Cossano, Patrick, le père et Nicolas, le fils, sont unis dans leur passion commune de la marque au lion. Nicolas affirme: « Voilà le 175 Trial de Claude Peugeot » et le père de rajouter : « moi, je n’en suis pas sur à 100%, alors je dis non » et Nicolas de poursuivre : « Nous sommes tombés sur un stock de pièces dont des cadres travaillés à la façon de Claude Peugeot et nous avons remonté la filière suffisamment loin pour être sure à 95% ».


Photo n°7.JPG50cc Cyclo-sport Itom compétition de 1957.







Photo n°8.JPGMaxime Giambi et MV Augusta 750 S América de 1978.








Photo n°9.JPGL’inscription Bimota sur la coque de cette moto n’est qu’un leurre, Rolland Barengo : «C’est un proto. Les motos de l’époque me faisaient peur, elles se vrillaient et manquaient de stabilité. J’ai acheté un moteur de Suzuki 1100cc GSXR, une fourche en magnésium en Italie et une coque Bimota. J’ai construit le cadre autour de ces éléments. Je l’ai passé aux mines le 03/04/1984. Je peux donc rouler sur la route ».



Photo n°10.JPG
Coin cyclo-sport, Itom compétition de 57, Testi Grand Prix de 62, Malaguti stempo tous à trois vitesses à main et le mondiale 4 vitesses au pied.






Photo n°11.JPGDe la collection Werther, la 250cc Favor sport de 1928 était mise à la vente à 5000€.






Photo n°12.JPGBSA B33 Scrambler (410cc) de 1956 prêté par Legend Motor Sport de Mouans Sartoux.






Photo n°15.JPGVélomoteur Mondial 50cc, 4 vitesses au pied, compteur de vitesse gradué jusqu’à 150km/h.






Photo n°16.JPGCette 500cc Dollar S4S de 1933 serait un modèle unique en France.



27/04/2011

MONACO MOTOR SHOW & MONACO MOTOR LEGEND

Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 654 du 28 avril 2011
Photo n°8.JPG
Mécaniques hauts de gammes, carrosseries aux lignes parfaites, temple du luxe et de l’exception, Monaco est resté fidèle à son image.
IMG_7709.JPGAu pied du rocher, le port Herculis, les ouvriers ont commencé à monter les structures qui, dans un mois, accueilleront les officiels du Grand Prix de Formule 1 (salles de presse, chronométrages, etc…). Juste au dessus du quai Albert 1er se tient le 4ième Monaco Motor Show dédié aux constructeurs français et étrangers venus présenter leur savoir-faire et leur technologie en matière de véhicules électriques et hybrides désormais destinés au grand public, et le 2ième Monaco Motor Légend consacrant un très large éventail d’un siècle de mécanique et de design.
Les plus prestigieux marchands professionnels européens d’automobile de collection sont là avec un plateau de véhicules hors normes d’avant-guerre et d’après guerre : Delahaye, Delage, Bugatti, Talbot, Ferrari, Maserati, Bentley, Rolls Royce,… mais également les clubs « la Traction Universelle », « le volant de fer »,… et les organisateurs de course et rallyes routiers.
A ce petit jeu, la moto aurait pu se prendre pour le parent pauvre mais André Mazzoni, le Président de « Motos et Scooters de Roquebrune Cap-Martin » a su fédérer sous sa bannière et a opposé à cette débauche de beauté : « l’exceptionnel » .
Pour cela, il s’est associé au fantasque Jean Do, un artiste décorateur, la tête dans les nuages mais les pieds bien sur terre. C’est un passionné de machines hors des sentiers battus à trois ou quatre roues (vélocars, microcars, motocars, auto-scooters). Et tous les deux ans, il organise le grand rassemblement de bubblecars en bourgogne dont il est Le Président. Il est aussi une cheville ouvrière du Club Ydral.
IMG_7712.JPGQuand André Mazzoni lui a proposé de venir lui prêter main forte pour cette exposition qu’il avait dédié aux scooters, Jean-Do le clown s’est transformé en Jean-Do le magicien.
Il a amené dans ses bagages deux rarissimes scooters ; Jean-Do : « Voici le Baby-moto des établissements Breton à Saint Etienne, cinq modèles de scooters ont été fabriqué de cette marque, celui-ci le S63 est mue par un moteur La Valette de 70cc à vitesses pré sélective. Il est caractérisé par une roue tirée et un curieux amortisseur travaillant à l’extension. C’est sans doute un proto, il est en état d’origine. Et là le Simard, sachant que l’usine n’a commandé que vingt cinq moteurs Ydral pour confectionner ce modèle, c’est donc un des survivants ».
La performance d’André ne s’arrête pas là. La réunion d’une vingtaine de très rares scooters relève de la gageure avec entre autre deux Ardent, le « Baby » à petites roues de 1950 et « l’Azur » de 52, œuvre d’un matelassier cannois qui distribua sa production dans l’hexagone, un 200cc Gogo à moteur Ilo de 55, un 150cc MV mod.CGT de 52 produit à environ 1000 exemplaires, un 60cc Laverda type 603M de 63, Le Foll scoot-air, AGF, Bernardet, Motobecane, Heinkel, Mors speed,.. mais il est dommage se donner tant de mal, de mettre en place une exposition de cette qualité et de ne disposer que d’un emplacement très exigu.
Le club de Cagnes, Véhicules d’Epoques et de Collection joue sur les deux tableaux autos et motos et profite de plus de place pour aérer et mettre en valeur notamment une 175cc Dédé de 1927 et un Bernadet Cabry.
IMG_7723.JPGSi le cadre est princier, si exposants et organisateurs ont fait de gros efforts pour monter ce superbe plateau, le public a plus ou moins boudé la manifestation.






OU : à Monaco, sur Le port Herculis
QUOI : Exposition de voitures et motos de prestige et de luxe
QUAND : du 08 au 11 avril 2011
COMBIEN : 9€ l’entrée
PAR QUI : WELL COM Monaco
Le château d’Azur
44, Bd d’Italie
MC 98000 MONACO
Tél. : +377 97 98 04 12



Photo n°1.JPGAu premier plan, un très rare scooter 200cc Gogo de 1955.
A deux ou quatre roues, André Mazzoni, Président du club motos et scooters de Roquebrune Cap-Martin est un inconditionnel de la guêpe. Il pose fièrement devant sa vespa 400cc : « C’est la voiture de mon mariage. La fille de l’ancien propriétaire qui fut mon témoin en ce jour si solennel me l’échangea contre un scooter après le décès de son père.
Ce dernier, un fidèle de la Vespa 400, n‘avait toujours conduit que ce modèle de voiture. Il en était à sa quatorzième.

Photo n°2.JPGl’Artiste Jean Do, décorateur en peinture, crée, personnalise, mets en couleurs vos machines. C’est un passionné de voiturettes et de scooters, Président du Bubblecars & scooters en Bourbogne, il organise tous les deux ans son rassemblement.
Il nous présente un Baby-moto des établissements Breton à Saint Etienne, caractérisé par une roue avant tirée et un curieux amortisseur travaillant à l’extension. Sans doute un prototype, c’est le seul modèle recensé. Il est à l’état d’origine.


Photo n°3.JPGScooter Simard à moteur 125 Ydral.








Photo n°4.JPGScooter Mors Speed modèle S1C de 1951.








Photo n°5.JPGSous le stand du VEC/Véhicule d’Epoque et de Collection de Cagnes sur mer,
devant la Ford type A de 1929, une 175 Dédé de 1927.







Photo n°6.JPGBMW R35 et traction Citroën.








Photo n°7.JPGScooter 90cc Bernadet type Cabry de 1953.

12/04/2011

Montée Historique de Saint Cézaire

Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 650 du 31 mars 2011

IMG_7504.JPG

FLIP-FLAP, mais la pluie n’est pas venue à bout de la ténacité des participants. La montée historique autos et motos n’a pas fait FLOP.

IMG_7479.JPG


Pluie continue et bourrasques de vent, la météo avait également annoncé la neige sur les Alpes Maritimes. Elle était bien présente mais heureusement au dessus de mille mètres.
Depuis le temps, Il fallait bien que cela arrive, l’Association Véhicules Historiques de Sport - A.V.H.S. du Président Jean-Luc Gambina avait toujours bénéficié d’un temps, sinon radieux, du moins clément. Depuis quelques années, cette association exclusivement voitures de compétition et de rallyes accueille le Barjoteambampoum du Président Christian Pétard, un club motos à la même philosophie : donc un mariage de raison pour rester dans la course. Les réunions sur ce thème étant extrêmement réduite, dues aux autorisations de voirie, aux normes de pollution sonore et bien d’autres choses, il faut bien se serrer les coudes.
IMG_7522.JPGSur la place de Saint Cézaire, le local petit déjeuner ne désemplit pas. Bon nombre d’inscrits on fait le déplacement mais peu sont prêt à affronter les éléments. Certains lorgnent les voitures, les pilotes sont à l’abri dans leur habitacle.
Si les grosses machines pleines de chevaux ont peur de la gamelle, les petits engins du « Zundapp Sud-est France Team » et son gourou : Patrice Pencenat dit aussi « Docteur Zundapp », entre en scène. Avec le sourire, Patrice traite son frère, Francis, de faux- frère de pariât, contraire à la religion familiale : le « Zundappisme ». Ce dernier va piloter un magnifique 125cc Aspes de 1977 : « Nous faisons nos essais. C’est notre tremplin. Nous avons l’intention de nous inscrire au championnat de Provence de motos anciennes ».
Alain Bonnet vient de Montélimar : « Pour être là à l’heure, j’ai passé la nuit chez un copain. Alors maintenant, je suis là pour rouler ».
IMG_7494.JPGMême pas peur, quinze ans, Julien Pencenat, CS 50, fils de Francis va effectuer sa première monte : un baptême bien arrosé. Quant à Elliot Batault, dix sept ans, son casque aux couleurs anglaises, était là l’an dernier ; l’arrosage, il s’en serai bien passé. On accordera une palme (aquatique) pour la seule féminine du groupe : Françoise Imbert.
Jean Marc Carasco : « J’ai un Café-Racer Triumph 650 de 1960, une vrai moto pour rouler. Mais si ça continue, je démonte les roues pour en faire des bouées ».
Le pilote du side Patrice Oerlemans assisté de Beate Proceck : « Un savant dosage des poignées de gaz et de frein et ca glisse juste ce qu’il faut ».
Peu importe ; humidité, amitié et camaraderie ont réchauffé les cœurs.
Prochaine manifestation : 15ieme Retro Classic Pegomas – Tanneron le 15 mai 2011.
Pour clore cette journée, Il ne reste aux protagonistes qu’à prendre une douche… mais bien chaude.

IMG_7519.JPG



OU : Saint Cézaire (06)
QUAND : 13 mars 2011.
COMBIEN : 30,00euros
POURQUOI : Sur route fermée, faire revivre entre passionnés les belles courses de côtes.
PAR QUI : A.V.H.S. – Association Véhicules Historiques de Sport.
30, boulevard Carnot
06110 LE CANNET
avhs@cegetel.net
Et
Barjoteam@laposte.net
20, avenue des pins
06 VENCE
tél. :04.93.24.01.14



Photo n°1.JPGJean Marc Carasco, Café-Racer Triumph, et Francis Pencenat, 125 Aspes posent devant des 4CV Renault et la Largo-Simca de 1951 d’Eric Comba.







Photo n°2.JPGElliot Batault sur son Zundapp KS 50 de 1975.












Photo n°3.JPGIl pleut. Patrice Pencenat ne prend pas de risque.








Photo n°4.JPGSous des gerbes d’eau, le seul side en piste, l’équipage varois Patrice Oerlemans/Beate Proceck.








Photo n°5.JPGConcentration pour Michel Panfili et sa 500 SR Yamaha.








Photo n°6.JPGRégis Maccari sur 400 Kawasaki S3 de 1973.









Photo n°7.JPGFrancis Pencenat sur 125 Aspes de 1977.








Photo n°8.JPGAlain Bonnet sur 125 Zundapp de 1975.









Photo n°9.JPGDescente vers la ligne de départ.

28/03/2011

BALADE DES DEUX CHATEAUX

Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 649 du 24 mars 2011

IMG_7396.JPG


Y a du soleil, y a du ciel bleu, y a 180 machines à deux et quatre roues, y a près de trois cinquante participants, en un mot y a une ouverture de saison réussit,

IMG_7386.JPG


Pas de querelles de clochers entre Cagnes / Mer et Villeneuve-Loubet, deux communes des Alpes Maritimes et si leurs châteaux, construits aux moyens âges se font front, c’est pour, dans les temps reculés, mieux résister à l’invasion des barbaresques.
IMG_7390.JPGA l’image des anciens, l’U.S. Cagnes / Véhicules d’Epoque et de Collection du Président Albert Taschini et l’Amicale Rétrocyclettes Villeneuvoise du Président Jean-Louis Péniguet ont uni leurs efforts et réussir ensemble une grande manifestation à l’orée d’une saison que tous espère riche en événements mécaniques. Cette année, une grande innovation : la sortie interclubs réservée jusque là aux voitures anciennes, s’est ouvert aux deux roues. Donc pour cette première, aux côtés des tractions, vedette, R8, barquettes Alpine, etc. … plus d’une quarantaine de motos étaient alignées au parc des sports de Villeneuve Loubet.
C’est grande affluence, Denis Charbonnier, scooter Peugeot S57, et Bernard Andreu, Honda XL, sont en grande conversation. Ils s’étaient mis la pression pour finir la restauration de leurs machines respectives dans les temps. Bernard a remonté son moteur la veille à 21 heures et reste à Denis un problème électrique. La preuve, il a mis le doigt dessus et en est tout retourné, mais toutes deux marche. Hubert Boris posséde une superbe Norton Commando : « J’habitais la Normandie et je devais avoir 16 ans. Un motard en Norton est tombé devant moi. Je l’ai aidé à se remettre en selle. Mais cela est resté en moi. Un jour, j’en ai parlé à une connaissance qui m’a amené à Saint Etienne de Tinée. Au fond d’un garage, la machine était là. Elle avait passé 18 ans sous une couverture ».
10 heures, par petits groupes successifs les départs vont s’échelonner : les motards en ouvreurs. Le ciel bleu est d’une limpidité fantastique et la température d’une très grande douceur. Il ne reste aux participants qu’à prendre plaisir à rouler en admirant les multiples facettes des paysages de la Côte d’Azur. Direction La Colle/Loup par la vieille route, on arrive à Saint Paul de Vence, ce village fut longtemps fréquenté par de nombreux artistes et écrivains, parmi lesquels Matisse, Modigliani, Chagall (qui repose au cimetière), Jean Giono, Jacques Prévert, Yves Montand, Simone Signoret … Dans la montée menant à Vence, le jaune des mimosas ajoute une touche de gaîté, puis Tourette sur Loup, la cité de la violette. A Bar sur Loup, la route longe les contreforts montagneux des Alpes et se rétrécie en fond de vallon. Tout en haut, sur cet éperon, Gourdon, un belvédère, par un temps dégagé comme aujourd’hui, on peut voir la mer et les côtes du Var à l’Italie.
IMG_7403.JPGLe retour s’effectue par Plan de Grasse, Roquefort les Pins et l’hippodrome de Cagnes sur mer. L’apéritif est servi devant la salle des pesages et cerise sur le gâteau la table est dressé au restaurant panoramique dans un cadre paradisiaque, inondé de lumière, vu sur la grande bleue et Cagnes sur mer : Un final en apothéose.





QUAND : 6 mars 2011
QUOI : Sortie interclubs
COMBIEN : 30,00€/ personne
PAR QUI : Amicale Rétrocyclettes Villeneuvoises
2, montée du Baou - Avenue de la Libération
06270 VILLENEUVE-LOUBET
Tél : 0 607 539 522
Mèl : amicale@retrocyclettes.fr
Site : http://www.retrocyclettes.fr/
& US Cagnes/Véhicules d’époques
20-22 chemin des Travails
06800 CAGNES SUR MER
04 93 07 34 06

Mot des organisateurs :

IMG_7465.JPGIMG_7466.JPG Jean-Louis Peniguet, Président de l’Amicale Rétrocyclette Villeneuvoise

Albert Taschini, Président de l’U.S.Cagnes / Véhicule d’Epoques




Albert Taschini : « C’est une très belle manifestation. Les 350 participants viennent d’Italie, de Monaco, des Alpes Maritimes, de Var et des Bouches du Rhône. Ils représentent 25 clubs. »
Jean-Louis Peniguet : « Nous remercions particulièrement : Mr Négre, le sénateur maire de Cagnes, Mr Négre ; Mr Camou, maire de Villeneuve-Loubet et Mr Luccas, député ».

Albert Taschini : « Il est a noter que pour la première fois les motos étaient associées à se rassemblement et que la cohabitation a été excellente.




Photo n°1.JPGEric et Michelle Musso en tenu, posent sur une 350cc Magnat Debon type BM, latéral borgne de 1927, à côté d’une Peugeot 5 CV, modèle 190S de 1928.



Photo n°2.JPGGilles Fiasella sur 350cc Motoconfort type T44 de 1933





Photo n°3.JPGIl ouvre la route sur sa 350 Motobécane L3. En chasuble jaune, Alain Stevanazzi est un homme heu-reux. Depuis belle lurette, il promenait son 125 TL 2 sur les chemins de l’arrière pays niçois. Mais il en rêvait, et un jour il a craqué, il est revenu son 350 dans l’estafette Renault. Le seul problème, il avait pas son permis gros cube. Plus de six mois de galère sous les quolibets des copains pour l’obtention du précieux sésame, et quelques mois supplémentaires pour la remise en service du deux roues, mais maintenant il tient sa revanche. Il ouvre la route.

Photo n°4.JPGPremière sortie pour le Peugeot S57 de 1955 de Denis Charbonnier.





Photo n°5.JPGFini la veille le 125 Honda XL de Bernard Andreu.






Photo n°6.JPGOlivier Garde penche très fort sur son D45 Motobécane.






Photo n°7.JPGCosimo Pricopi et son Lambretta typr D de 1956.






Photo n°8.JPGHélene Viale et son très rare 175cc Lambretta type TV de 1959.





Photo n°9.JPGHubert Boris et sa Norton Commando 850 de 1976.






Photo n°10.JPGEric Viale et son Vespa Grand Tourisme de 1972.






Photo n°11.JPGMagnifique restauration du Terrot type HSSP de 1937 de Françis Fournier


14/02/2011

Sainte Agnés

Paru dans L.V.M. La Vie de la Moto n° 643 du 10 février 2011

img004.jpg

Entre neige et pluie, entre pluie et soleil, une centaine de personnes ont bravé les éléments pour cette onzième hivernale vers Sainte Agnès.

Photo n°17.JPG

 

Une journée et une nuit diluviennes, voilà un dicton qui se vérifie  « Après la pluie vient le beau temps ». Les contreforts du mentonnais sont blancs. La neige est toute proche et la température clémente.
IMG_7063.JPG8h30, si le soleil n’est pas vraiment au rendez-vous ;  les ondées ont cessé. Sur la place des deux frères à Roquebrune Cap-Martin, les premiers participants du rassemblement commencent à arriver. André Mazzoni, Président du club « Motos et scooters de Roquebrune Cap-Martin » les reçoit, le portable rivet à l’oreille. A la table d’inscriptions, viennoiserie et café chaud attendent les postulants, réchauffant les doigts gourds et chassant les derniers engourdissements de la nuit.
 Chasuble jaune, Daniel Dupont va ouvrir la route en Kawasaki 350 de 1974. Il vient juste de la restaurer pour la seconde fois. Et pour éviter qu’il n’y en ai une troisième, il s’est promis qu’il ne prêterait plus sa moto à son fils Arnaud. La trentaine de kilomètres d’aujourd’hui est bien peu de chose pour le fanatique du guzzino (65cc), Gianni Mostosi. Il a à son actif six Milan / Tarente et quatre Moto Giro, et il est toujours vainqueur de sa catégorie. Champion de France de rallyes routiers de 2009 sur Kawasaki Z1000 et en 2010 sur 350 RD, Gérard Spagli va abandonner ses machines de courses pour un superbe petit trail Yamaha 50cc FT1 de 73, le plaisir à tous les étages.
Venus du club « Ruote Storiche in Canavese » d’Ivréa près de Turin, trois italiens Giuseppe Bertino, Mauro Cobetto et Stephano Pracca ont bravé la tempête de neige qui s’abattait dans le piémont (plus de dix centimètres de poudreuse quand ils sont partis ce matin), avec eux des engins aussi rares que précieux, une 250cc Sertum type VL4 de 48, une Moto Guzzi Falcone sport de 53 et une Triumph type H de 1915. Quatre membres du club « Lou Baroulaire » de Saint André de Valborgne dans le Gard ont fait le déplacement. Laurent Saltet va piloter une Motobecane B33 ; Mayanobe, un Libéria 125 ; Caballero, une Yamaha 125 RD et Castaldo, une Motoconfort U2C.
IMG_7079.JPGAux alentours de 10h00, juste avant le départ, c’est dans un grand recueillement que le Père Henri Toche, prêtre auxiliaire de Menton, bénit les motos et les motards.
En route, direction la  Grande Corniche vers le Vista Palace Hotel, un magnifique panorama s’offre à nos yeux sur la grande bleue, Monaco et Cap Ferrat. On poursuit la descente vers la Moyenne Corniche et  Cap d'Ail. Un regroupement a lieu avant d’aborder la D37 ; elle nous conduira à La Turbie. De là, redescente vers Roquebrune Cap Martin, qui sera traversé, pour atteindre Menton et enfin l’ascension de huit kilomètres vers Sainte-Agnès par la route des Serres de la Madone. Dans cette dernière difficulté, à fond les manettes, l’embrayage de la Norton 18 de Jean Luc Pontis donne des signes de fatigue : « Dur, j’ai du mal à le régler correctement ».
 Autre victime de cet assaut final, la 350 Terrot, type GSS de 1924 d’Eric Musso, la boite de vitesse est défaillante : « Je suis dès à présent à la recherche d’une boite Burman 3 vitesses à prise directe. Si parmi les lecteurs d’LVM quelqu’un possède la pièce, qu’il prenne contact avec le club de Roquebrune qui fera suivre. Par avance, merci»
IMG_7110.JPGAprès l’effort, le réconfort, un vin chaud est servi sur la place du village de Sainte Agnès par le club bouliste « le Coq Roquebrunois ».
Le restaurant le « Saint Yves », terme ultime de cette promenade hivernale avec charcuterie, raviolis, daube, galette des rois et champagne.
 Une première étape dans une année que l’on espère riche en rassemblements, expositions et manifestations en tous genres.
 





RECOMPENSES ET COUPES
- Stephano Pracca : 550cc Triumph, type H de 1915
- Yves Azam : 500cc Gnom et Rhone, type D4 de 1928
- Stephane Staccino : 500cc Terrot, type RL de 1930
- Jean-Luc Pontis : Norton 18 de 1931
- Laurent Saltet : 250cc Motobecane, type B33 de 1933
PRIX SPECIAUX JEUNES
- Benoit Bergougne(17 ans) : Honda CB 50cc de 1964
- Tristan Joly (17 ans) : Vespa 50cc type R de 1965
PRIX FEMININE
- Laurie Raybaud : Vespa 50cc, modèle français à pédales, type V5A
- Corine Masdebrieu : Triumph T140

 

QUAND     : 30 Janvier 2011
OU             : De Roquebrune village à Sainte Agnés.
COMBIEN : 30€ / personne.
PAR QUI   :  Motos & Scooters Anciens de Roquebrune Cap Martin
                     Hôtel de Ville – 06190 Roquebrune Cap Martin
                     Tél. / Fax. 04 93 57 06 58
                www.motoscootrcm.net
                e.mail : infos@motoscootrcm.net 

 

 

 

LEGENDE PHOTOS
Photo n°1.JPG
Le prêtre auxiliaire de Menton, Henri Toche donne la bénédiction au side Dniepr piloté par Patrick Gaultier.





 

Photo n°2.JPG Patrick Cossano pose devant son 250cc Peugeot bicylindre TC4 de 1955







 

Photo n°3.JPG Alain et Sylvie Schifferli sur une BSA B33 de 1056










 

Photo n°4.JPG Mauro Cobetto sur 500cc Moto Guzzi Falcon sport de 1053






 

Photo n°5.JPG
Giuseppe Bertino et sa très rare 250cc SertumVL4 de 1948

 

 



Photo n°6.JPGYves Azam à fond les manettes sur 500cc Gnom et Rhone type D4 de 1928

 

 

 




Photo n°7.JPGRemarquez l’aisance de Stéphano Pracca sur sa Triumph 550cc 1ér modèle, type H de 1915.

 

 

 


Photo n°8.JPGJean-Luc Pontis sur Norton 18 de 1931.

Photo n°9.JPG
En avant la musique, Gianni Mostosi ouvre le bal avec son Moto Guzzi Guzzino de 65cc. 








Photo n°10.JPGJean Paul Corbier, le webmaster du site « Motos et scooters de Roquebrune Cap-Martin » et aussi un ardant défenseur du club Idral France. Il aime sa Follis à la folie.






Photo n°11.JPGLaurent Saltet, Président du club « Lou Baroulaire » de Saint André de Valborgne, pilote une 250cc Motobécane B33 de 1933.







Photo n°12.JPGBenoit Bergougne, 17ans, sur CB 50cc de 1964.








Photo n°13.JPGPierre Chevrier sur 200cc Monet Goyon, type M2V de 1951.








Photo n°14.JPGDaniel Imbert sur Harley-Davidson SX 350 de 1974.








Photo n°15.JPGEn se penchant, Michel Lantez nous fait admirer le moteur Moto Guzzi de ce 500cc semi-culbuté de 1936.







Photo n°16.JPGJean Louis & Nicole Peniguet sur Triumph T110


 

17/01/2011

PROFESSION DE FOI


 

 

fff86a4850186b54ad7685ef06a31180.jpg« Ce n’est pas ce qui est beau qui me plait, c’est ce qui me plait qui est beau »

Avant d’être motard, on a été cycliste. La preuve ne dit-on pas : « ma moto se conduit comme un vélo ».
Né en algerie, la pratique du vélo me fut interdite pour cause de guerre. Ce manque fit naître en moi la rancune d’une liberté bafouée. L’impact fut grand.

Arrivé en France en 1966, je rentre dans un collège d’enseignement technique. Grand débat à la maison, mon père veut m’acheter la mob. Pour moi, pas question ce sera une bicyclette. J’ai finalement eu gain de cause. Ce sera vingt huit kilomètres par jour. Apres un trimestre d’un entraînement intensif, je prends ma première licence de coureur. Il s’ensuit cinq ans de bonheur et de galère. Mes qualités athlétiques n’étaient pas au niveau de mes espérances, mais il suffit d’aimer et on accepte tout. Souffle court, jambes lourdes, pleurer d’épuisement au bord d’une route, meurtrissures lors des chutes, etc.…qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse ! Je suis, malgré tout, content de mon parcours : un championnat de France junior et un Paris-Brest-Paris.

En 1971, je franchi le rubicon. J’achète un Honda 125cm² K4, à moi les grands espaces. En solo, pendant deux ans je vais sillonner la Suisse, l’Allemagne, la Belgique, le Luxembourg, l’Italie, l’Autriche et bien sur la France. Pas un seul souci sinon un bris de chaîne en Allemagne. J’ai connu un moment fort: le rassemblement des « chamois » à Barcelonnette, du soleil la journée, des orages diluviens la nuit. Les campings étaient transformés en pataugeoire et en bourbier, et cette fraternité motarde qui fait chaud au cœur !

Et puis le temps a passé. Travail, famille, et le virus est revenu, insidieusement, sournoisement sous la forme d’un cadre de vélo «Wonder», puis d’une mobylette SP50 et un enchaînement D75, LT3,… J’ai passé mon permis de conduire gros cube à cinquante ans. Je possède une BMW R80.

Mon attachement au deux roues et, en particulier, au vélo est et restera inconditionnel. Pour communiquer au plus grand nombre, cette flamme de liberté, pour aller au bout de mon rêve, pour aller au bout de ma passion, j’ai adhéré à un club de motos anciennes. Je profite de cet article pour remercier l’ensemble des copains qui me permettent d’exposer mes bécanes sans moteur, si possible sans restauration sous peine d’ôter l’âme des précédents propriétaires, une sombre tache à coté de leurs machines rutilantes.

05/01/2011

STATISTIQUES

En 2008 :   4748 visiteurs

En 2009 : 11717 visiteurs

En 2010 : 16534 visiteurs 

 

VISITE DU BLOG EN 2010

 

Visites

Pages

Pages par jour (Moy / Max)

Visites par jour (Moy / Max)

janv-10

1175

2 013

64/135

37/50

fev-10

1134

2 121

75/149

40 / 56

mars-10

1338

2 350

75 / 165

43 / 70

avr-10

1254

2 032

67 / 112

41 / 57

mai-10

1159

1 921

61 / 93

37 / 57

juin-10

1068

2 129

70 / 562

35 / 62

juil-10

1108

1 782

57 / 212

35 / 53

aout 2010

1 276

2 150

69 / 217

41 / 81

sept-10

1 478

2 185

72 / 111

49 / 74

oct-10

1 563

2 893

93 / 391

50 / 97

nov-10

2 214

4 478

149 / 818

73 / 164

dec-2010

1 767

3 096

99 / 333

57 / 74

TOTAL

16534

29 150

 

 


04/01/2011

2011

 

roquebrune 2010 511.JPG

 

 

 

Que pendant les 365 jours de 2011,


vous soyez sur une autoroute de santé et ainsi profiter des petites routes de tous les bonheurs du monde et  de l’amitié.

 

28/12/2010

Cure de jouvence à CAGNES/MER

 

Ecomusée.jpg

En ce dimanche matin, l’Azur, chère à cette côte méditerranéenne, a pali. Il est remplacé par la fraicheur et le gris automnal, mais rien ne refroidit le moral au beau fixe de la cinquantaine de participants. 

IMG_6136.JPG

Deux ou trois perlés du petit cube, il n’en faut pas plus. La fièvre est très communicative, un peu de bouche à oreilles, un peu de publicité et voilà tout ces inconditionnels réunis. Il faut dire que la cure de jouvence est telle, qu’elle se mitonne, coucoune et se prépare d’une année sur l’autre. Tout le monde veut être de la partie.

IMG_6125.JPG9h00, le siège de l’US Cagnes/V.E.C., chemin du travail à Cagnes/mer, se transforme en cours de récréation. Ca piaille, ça se bouscule : « Oh, une chaudron, j’en ai tant rêver » et soudain, la tête blanche devient une tête blonde, les yeux se remplissent de souvenirs. L’instant est mythique : c’est cela la magie du cinquante.

Pour commencer, Café et viennoiseries sont offerts par le club organisateur. Un coup de téléphone pendant le briefing sur le parcours et la sécurité, nous apprend qu’Odile Coursange a perdu la roue avant de son AV3 : ça commence bien !

IMG_6126.JPGAndré et Guillaume Moya viennent de Brignoles dans le Var. Fred Berthaume: « Mon SP 50 de 1960 est gonflé grave : carbu 19,5, tirage rapide, sirette et allumage renforcé ». C’est le minimum requis pour ce grand gaillard, aux allures de rugbyman. Tous feux, tous flammes, comme à son habitude, Jean-Louis Péniguet a rangé outils et pique-nique dans une remorque attelée à son AV 99. Le plus jeune, Raphaël, six ans, s’assiéra sagement derrière sa maman qui pilotera une Motobécane SP 94 TT. Yvette Perroton n’a pas de 49,9. Ce sera sur une très belle Honda CD 125 de 1969 qu’elle fera la balade.  

Paul Navarro, en Delahaye de 1928 et Alain Stevanazzi, dit « Peau de vache » en estafette bleue se chargent de l’assistance.

La traversée de Cagnes sur Mer, ne passe pas inaperçue. Les passants d’abord médusés, sourient et font de grands gestes. En ce dimanche matin, les cyclistes sont en nombre. Et dans la montée de  La Colle sur Loup, Vence, la lutte est âpre. Heureusement, plusieurs haltes ont été ménagées. Ouf un répit, Eric Nogués est peu habitué à propulser son Solex 2200 à la force du jarret. Francis Fournier ne fait aucun effort, il laisse faire le Solex 5000, héritage de son papa.

Saint Jeannet et La Gaude, une pause au marché Italo-Provençal, nous permet de prendre le temps de goûter et d’acheter les produits des deux côtés de la frontière (fromage, saucissons, porchetta), et admirer les évolutions d’une montgolfière.

IMG_6133.JPGAu VEC, tradition oblige, pas de sortie cyclos sans entracte culturelle, l’écomusée vivant de La Gaude sera cette étape. il est consacré à la faune et à la flore du Midi méditerranéen. Il est composé d'un vivarium présente insectesamphibiens et reptiles, principalement originaires du Sud de la France, ainsi que d'un petit jardin de plantes méditerranéennes à l'extérieur, où sont aussi aménagés quelques enclos pour reptiles de la région (couleuvreslézards, tortues terrestres).
Sa vocation est de faire connaître la nature de Provence et Côte d'Azur, en particulier les animaux les plus méconnus et méprisés (reptilesinsectes...), et de sensibiliser le public à leur rôle écologique et à la nécessité de les protéger.
Après une restauration rapide tirée du sac et la visite commentée de ce musée, la descente vers Cagnes sur mer n’est plus qu’une ultime formalité. 

 

QUAND : 2ieme dimanche d’octobre
QUOI : Sortie cyclos
COMBIEN : Café de bienvenue gratuit, visite de l’écomusée de La Gaude gratuit et le repas est tiré du sac
PAR QUI : US Cagnes/Véhicules d’époques 

                          20-22 chemin des Travails
        
                 06800 Cagnes-sur-Mer
       
                  04 93 07 34 06         

Organisateurs.JPGA gauche, Francis Fournier, responsable des organisations motos et Albert Taschini, Le Président : « Sur deux, trois ou quatre roues, à l’US Cagnes/Véhicules d’époques, la Collectionnite aigue a frappé. Nous participons à la journée nationale du vélo, au salon motos et scooters de Cagnes/mer, et depuis cinq ans, nous organisons cette sortie cyclos. Il faut signaler surtout l’esprit de camaraderie et d’amitié dans lequel tous les participants se fondent sans aucune réticence. Cette manifestation, débutée en catimini, prend chaque année de l’ampleur. Elle est victime de son succès. Va-t-il falloir limiter le nombre de participants ? ».
 

Photo n°1.JPGDépart de l’équipée sauvage.

 

 



Photo n°2.JPGEn toute quiétude, Gérard Dalichamp -Italjet Pack2 de 74- et Jean-François Boschel –Motobécane AV50- font cosette dans la montée sur Saint Paul.

 

 

 


Photo n°3.JPGHabitué aux grosses cylindrées, Eric Noguès pédale fort pour propulser son Solex 2200

 

 


Photo n°4.JPGVenu de Brignoles dans le var, Guillaume Moya nous fait admirer son AV 79 son 1960.

 

 

 


Photo n°5.JPGUn peu surpris, Bernard Andreu sur sa SP 94 TT E de 1968.

 

 

 



Photo n°6.JPGGrand sourire, Véronique Malencher est très a l’aise sur son AV 44.

 







Photo n°7.JPGL’AV 88 de Georges Stoppa possède ses pare jambes.

 







Photo n°8.JPGLe bonjour de Thierry Comodini sur Solex 3800 Motobécane.

 







Photo n°9.JPGDenis Charbonnier qui pilote un Peugeot BB 2 de 1961, n’a pas hésité sur les accessoires, panier, casque et lunettes d’époque, cela fait plus vrai 

 




 

Photo n°10.JPGQue d’empressement, une dame en difficulté, trois hommes a son secours.

 





Photo n°11.JPGRegarder la superbe Honda CD 125 de 69 d’Yvette Perroton.

 







Photo n°12.JPGJean Louis Péniguet a attelé son AV 98

 






Photo n°13.JPGLionel Nivert et son SP 89 de 68.

 

25/11/2010

De la très belle mécanique à ROQUEBRUNE CAP MARTIN

 

IMG_3519.JPG

De la très belle mécanique et du monde, le rassemblement de Roquebrune Cap-Martin est une grande étape dans le calendrier de la moto ancienne du le Sud-est de la France.

 

 

IMG_3525.JPG

 

Carton plein, cent soixante dix participants, la liste était close depuis près de quinze jours : LE GRAND SUCCES. Chaque année, l’engouement est de plus en plus fort.

André Mazzoni, le Président du Club Motos et scooters de Roquebrune Cap-Martin ne cachait pas sa satisfaction : « L’an prochain, les engagements seront sur le site du club à fin mai ».

IMG_3455.JPGSamedi matin, sur la place de la république, c’est l’effervescence. L’attention se focalise en fonction de l’arrivée des machines. Parmi les premiers, l’AJS 18 CS de 51 d’Alain Ghetti est superbe dans sa robe noire et ses chromes rutilants, dans un autre genre, la Norton 99 de David Bernard en impose par sa force tranquille. Avec la 500 Gilera VTS de 37 de Stefano Pracca, la 500 Moto Guzzi Falcone de 60 de Orlanda Reale ou encore la très rare Moto Guzzi GTW de 46 de Paolo Merano et le rouge est mis. A quelques kilomètres de la frontière, les italiens se sont déplacés en nombre. Les transalpins ont adopté depuis bien longtemps cette couleur vive. Autre curiosité, la 500 Saetta à moteur Jap de 38 d’Egenio Bertoldo : « Entre les deux guerres les petits assembleurs étaient légions dans le Piémont et les machines se construisaient à très peu d’exemplaires ».

Le départ est donné à 9h00, direction Gorbio, Sainte Agnès au dessus de Menton, pour rejoindre le col de Castillon, les petites routes empruntées ne sont pas une sinécure. La 500 Raleigh d’Yves Rinaldi un peu engorgé par ne long séjour au garage retrouve doucement son rythme de croisière. Au col Saint Jean, un regroupement salutaire est le bien venu avant d’attaquer le col de Braus. Costume cravate, Jean Do commémore la victoire d’un Bernardet dans le Trophée Internationale de Monaco. C’était en juin 1950, il y a juste cinquante ans, mais la pente est raide et son C50 chauffe, provoquant un début de serrage.

IMG_3457.JPGLes six membres du Vespa Club de Charleroi en Belgique profitent de leurs vacances sur la côte d’azur : plage et deux roues. Dominique et Michelle David, de la région nantaise, ont dessiné leur itinéraire de vacance en fonction des rassemblements de motos anciennes. La semaine prochaine, ils promèneront leur 350 Matchless G3L à Malaucène dans le vaucluse. Le mosellan Dominique Dorlet n’est pas rassuré : « J’ai un peu la frousse du vide. Je pilote ma Motobecane C4S en regardant droit devant ».

Le repas est pris au col de Turini, lieu mythique du rallie de Monaco. Dans la salle du restaurant, des photos dédicacées retracent quelques faits de légendes. Puis nous descendons vers Moulinet, un coup d’œil plus que furtif en direction de Notre Dame Menour, une chapelle romane du XIIième siècle et nous voilà dans les clues qui amènent à Sospel, puis le retour sur Menton. Un repas, suivi d’un bal clôturera cette belle journée.

IMG_3576.JPGDimanche matin, de nouvelles têtes sont venues se joindre au cortège. Jean Luc Pontis est en grande discussion avec le précédent propriétaire de son 350 AJS Modèle M6 de 1929. Yves Azam en a profité changer de monture. Hier, il se déplaçait sur une Magnat Debon type NMS de 28, aujourd’hui une MGC M3 de 1932. Aujourd’hui, un programme court, soixante kilomètres nous conduira au hameau de Torri sur la commune de Vintimille en Italie. Le 175 Gilera sport ne mènera pas son propriétaire, Claudio Parodi, au terme de la balade, panne d’allumage, dernière galère de la manifestation.

L’hospitalité italienne n’est pas un vain mot. Ils avaient préparer pour deux cent personnes une spécialité les « Barbajuan », des raviolis frits farcis aux blettes et à la pomme de terre, un véritable délice.

 

 

 

QUAND : le dernier week-end de juillet

OU : Dans l’arrière pays mentonnais et italien.

COMBIEN : 50€ pour le week-end, comprenant les 2 repas du samedi et le petit déjeuner et le repas du dimanche.

PAR QUI :  Motos & Scooters Anciens de Roquebrune Cap Martin

                     Hôtel de Ville – 06190 Roquebrune Cap Martin

                     Tél. / Fax. 04 93 57 06 58

                     www.motoscootrcm.net

                     e.mail : infos@motoscootrcm.net

 

Photo n°1.JPGAmandine vous présente la moto de son papa, une 350 Terrot HD de 36 à boite 4.

 

 

 

 

Photo n°2.JPGPhoto n°2bis.jpgJean Do : un clown ? Non : UN ARTISTE aux multiples facettes. Il est l’auteur de la plaquette souvenir du 16ième rassemblement Roquebrunois. Cheville ouvrière du Club Ydral France, il voulait commémorer, cette année, les 50 ans de la victoire d’un Bernardet C50 à moteur Ydral dans le 2ieme Trophée International de Monaco les 23/24 & 25 juin 1950 en costume cravate pour faire « plusse » vrai.

Il est aussi l’organisateur du « BSB national rally » ou « Bubblecars et scooters en bourgogne » qui aura lieu les 28 & 29 aout 2010. 

Photo n°3.JPGDominique Dorlet, 63ans du club d’Amnéville en moselle et sa 350cc Motobécane type C4C de 1935, signe particulier : n’a jamais acheté de motos. 

« A 16 ans, le démon de la mécanique me titillais. Lors de mes déplacements dans ma campagne natale, je remarquais bien vite les deux roues abandonnés. Avec assentiment des propriétaires, je ramenais mes trouvailles dans les dépendances familiales sur une remorque tractée par ma mobylette.

Certaines remises en route rapidement me permettaient de sillonner les sentiers forestiers à la recherche de gibier.

Dans les années 70, il m’a fallu partir sous d’autres cieux. Depuis six ans, je suis revenu à la maison de mes parents. J’ai rouvert la grange aux souvenirs et les trésors mises aux secrets sont réapparus : 800cc Gnom & Rhone AX2 de 38, Indian de 17, Terrot RSSE RGAS, certaines en piteuses états mais maintenant j’ai du temps ».

Photo n°4.JPGMot de l’Organisateur :

Cette année le rassemblement de Roquebrune Cap-Martin rend hommage à notre ami, le photographe et caméraman, disparu tout dernièrement : Alain Meneuboeuf, concepteur des films de notre manifestation. Alain Francis et Francis ont tenu à poursuivre le chemin et l’œuvre d’Alain.

Je tiens aussi à remercier les participants pour leurs précocités lors des inscriptions. Cela a donné lieu à un regain d’intérêt, de nouvelles têtes sont apparues. Des belges, des hollandais, un gros contingent d’italiens et des français venus des quatre coins de la France donne une direction européenne à cette réunion.

Photo n°5.JPGVenant du pays nantais, Dominique & Michelle David sur 350cc Matchless G3L de 41

 

 

 

 

 

Photo n°6.JPGTous premiers tours de roues de la 350cc culbutée AJS, modèle M6 de 1929 depuis restauration de Jean luc Pontis.

 

 

 

 

Photo n°7.JPGPour suivre les aventures de Papy Rumi au Cap Nord : sur google, tapé « papy rumi »

 

 

 



Photo n°8.JPGYves Rinaldi au guidon de sa 500cc Raleigh HM de 1930

 

 

 


Photo n°9.JPGLe Vespa Club de Charleroi en Belgique, au centre son Président Alain Warnom, à sa gauche Cedric Cayphas le Vice Président et à sa droite Alberto Génovése son trésorier.

 



Photo n°10.JPGPour Olivier Roger et sa 350cc Magnat Debon BLB de 1933 à boite 4 (option d’époque) s’est un long fleuve tranquille.

 

 

 


Photo n°11.JPGUn hollandais en vacance, Michel Fritz et son 600 Ariel à soupapes latérales attelé à un side Steib.

 

 


Photo n°12.JPGUn grand signe motard et la jambe levée, Alain Ghetti nous fait admirer le moteur de son 500 AJS 18CS de 51.

 

 

 


Photo n°13.JPGEn Vespa et sur la Côte d’Azur on est vraiment heureux.

 

 

 


Photo n°14.JPGYves Azam pilote la 500 MGC (Marcel Guiget Corbeil) M3 de 32.

 

 

 



Photo n°15.JPGJean Luc & Christine Rieumal sur 600 Ratier C6S de 61.

 

 

 



Photo n°16.JPGArrêt repas à Torri, hameau de Vintimille en Italie.

 

 

15:20 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |

02/11/2010

VIème Tour de l’arrière pays Grassois


IMG_5967.JPG

Soixante dix équipages ont choisi l’air tonique et vivifiant du programme de l’Amical Motor Club de Grasse, une journée hors des sentiers battus et de la culture « béton » de la Côte d’Azur.IMG_5970.JPG25° la veille, aujourd’hui des gelées blanches, le climat du haut pays grassois est pour le moins contrasté. Chaud l’été, froid l’hiver, il reste le printemps et l'automne humides grâce à quelques jours annuels de précipitations méditerranéennes très intenses c’est le moment propice à la découverte de ces paysages somptueux.
IMG_5976.JPGL’Amical Motor Club de Grasse » de Daniel Ollivier n’est pas sélectif : deux ou trois roues et un moteur pouvant effectuer cent trente kilomètres : « L’an dernier, nous avons organisé le championnat FIM SPEA de Trial à Isola 2000 mais notre plaisir est la moto sous toute ses formes : pas de restriction. Donc un panel très large, du 50 au 1000, de la récente à l’ancêtre, ce qui compte est de se faire plaisir ».
10h00, les départs sont échelonnés, les Mobs s’élancent en premier et les gros cubes ferment la marche. Dans la montée du col de Bleine, le regroupement est quasi général. Doucement mais sûrement, la doyen, une 250 Terrot type OS de 32 piloté par Guy Oddou du club « Les vétérans Alpins » de Serres dans les Alpes de Hautes Provence avale les côtes. Didier Le Gal a abandonné son anglaise favorite pour une Honda 125 CBS : « Elle fonctionnait très bien, j’ai touché et maintenant : ça cafouille ».
IMG_6021.JPGLa route très étroite serpente et virevolte dans les forets de chênes. Soudain au détour d’un virage, on aperçoit comme un grand coup de sabre dans les falaises du Mont Saint Martin : la clue d’Aiglun. Très étroit, enserré dans des parois de deux cent mètres de haut, ce beau parcours de canyoning est réputé pour être l'un des plus aquatiques de la région.
Fou de Bultaco, Georges Bagnini a décidé deux champions des années 70 à se remettre en selle : Pierre Paris et Patrice Galiana. Suite à un souci d’embrayage, la 200 Metralla de 62 de Pierrot, finira dans le camion balai. Nos terreurs partageront la même monture pour clore la balade et à voir leurs mines réjouies, ils ont pris du bon temps.
Une petite collation nous est servie à Ascros, un village est Perché à 1145m d’altitude. Il nous offre un panorama hors du commun : le Mont Agel, Gréolière les neiges, la vallée de l’Estéron et des premiers sommets alpins. 
IMG_6058.JPG
 Le chemin du retour, Brianconnet, la clue de Saint Auban, à fond les manettes, sur sa mob. AV88, Jean-Philippe est très à l’aise, et pour cause il est Vice champion de France Open de Trial en 2008 et a fini 15ème du championnat du monde jeune en 2005. Il est la troisième génération de Lerda licencié à l’Amical Motor Club de Grasse.Comme il se doit, la réunion se termine par un banquet ou
l’amitié et le trait d’union.
IMG_6098.JPG

 

 

 

OU : Andon et le haut pays Grassois
QUAND : Fin septembre/Début octobre
COMBIEN :

 

 

Photo n°2.JPG

Au guidon de son triporteur Peugeot, Nicolas Cossano, dit « Coco » se dépêche. Il va être en retard pour livrer le lait.

 

 



Photo n°3.JPG

Motobécane ou Peugeot, du 50 à la pelle, en partant de la gauche Amandine Stéfanacci, Jean-Philippe Lerda, Alain Migliore et Michel Regoli.

 

 



Photo n°4.JPGVenant du club « Les vétérans alpins » de Serres dans les Alpes de Hautes Provence, Jean Allain devant sa Motobécane LT3 de 80, le dernier modèle sélecteur à gauche.

 

 



Photo n°5.JPGEntre José et Sylvie Fillippi, la petite chienne Noisette profite de la balade sur l’Ambassador à moteur Villers.

 

 



Photo n°6.JPGDidier Capdeville pilote la 125cc Peugeot de 1949 de son grand-père.

 

 



Photo n°7.JPGPromenade en famille, Bernard Franco et son fils Jean sur une superbe Norton commando 850.

 

 


Photo n°8.JPGFondu de Bultaco, Georges Bagnini (à droite) a convaincu les terreurs des années 70, Pierrot Paris et Patrice Galiana de remonter en selle. Patrice, au centre, a conservé son casque au bol aux couleurs du Centaure Club de Nice : SON trésor.

 



Photo n°9.JPGMagnifique restauration de la Triumph 5T de 1949 de Jean-Louis Siron.

 

 



Photo n°10.JPGLa plus ancienne machine de la sortie, une Terrot 250 lat. type OS de 1932 de Guy Oddou.

 

 


Photo n°11.JPGPère & fils Le Dentu, Gérard sur un 125 Honda SL de 75 et Cédric sur Motobécane AV 89 de 68.

 

 

20:47 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

26/10/2010

Autodrome d’Ospedaletti


IMG_4766.JPG

Sur les bords de la méditerranée, dans un décor de rêve, les palmiers et un ciel lumineux, les tifosis célèbrent le culte de la belle mécanique et du campionissimo. Une vraie recette à succès. Que le spectacle soit, et le spectacle fut.

IMG_4787.JPG

Ospedaletti,  la ville des roses sur la « Riviéra del fiori », entre Vintimille et San Remo à une quinzaine de kilomètres de la frontière française et de Menton, organisait en ce début d’octobre son vingt quatrième trophée motocycliste. Cette manifestation est un circuit urbain qui était considéré à l’époque, parmi les plus difficiles, d’une longueur de 3,380km et dont la grande particularité est de mettre le public à la portée de ses grands champions. L’accès est gratuit et profite à cette jovialité bonne enfant.

IMG_5308.JPGPour mise en bouche, dés le vendredi soir, à l'auditorium municipal, Le Roi Giacomo Agostini est venu présenter et dédicacer le livre « Quinze fois », écrit en collaboration avec Luca Carrière.

Samedi matin, par petit groupe, les participants arrivent au contrôle des machines. Corso Régina Margarita, la voie centrale de la cité, se transforme doucement en hall de spectacle. Les motos sont rangées sous des barnums et les hommes font cosette.

La couleur dominante : le rouge. Sous le barnum du Lambretta Club d’Italie, une bombe à exploit, un passionné explique : « C’est le scooter qui a permis d’établir le record de vitesse à 201km/h en 1951,  piloté par Ferri et Poggi. Il est la propriété de la famille Pannini ( Vous savez, celle des petites images). L’ingénieur, Luigi Cassola, le responsable de ce projet, aujourd’hui âgé de 91 ans, va prendre part à la parade. En 2008, il pilotait le tout premier modèle de la firme, et cela allait doucement mais il a fait des progrès en conduite alors… on lui prête un type C, Compétition ».

IMG_4803.JPGLe Club Motos et Scooters de Roquebrune Cap-Martin, là en voisin, présente quelques motos des plus anciennes du plateau, notamment une Terrot, type GSS à moteur 350 JAP et boite Burman 3 vitesses de 23. Claude Caucal roulera sur un 350 Jonghi de 34 remonté par Jean Nougier. Des ibériques, José Ruiz-Thiery et Juan Félix Cid font admirer deux merveilles à refroidissement liquide, une 600 Scott TT, 3 vit. de 1930 et une 250 Bultaco officiel d’usine de 68, au guidon de laquelle Salvator Canellas s’illustrât à Assens et à Montjuïc cette année là.

Rencontré dans les allées, Gérard Cornet, (Kawasaki 500 H1R de 70) devise : « En France, à force de réglementations en tous genres (pollution ou normes anti-bruits), il faut faire des kilomètres pour trouver un circuit disposé à accueillir des machines strictement d’origine mais d’un autre temps. Faut-il donner un coup de pied à notre passé industriel ? Faut-il aller tourner dans les anciens pays de l’Est ?».

Le soir venu, sous la tutelle d’un présentateur, l'auditorium municipal se transforme en joute oratoire entre amis du Continental Circus : Giacomo Agostini, Marco Lucchinelli, Gianfranco Bonera, Roberto Galina et biens autres. Ce débat est suivi d’un buffet-repas dans les jardins du parc à l’ensemble des participants. Et la fête ne s’arrête pas là, de petits orchestres vont mettre de l’ambiance aux quatre coins de la commune jusqu’à une heure très avancée.

IMG_4883.JPGTôt le matin, le public arrive et commence à contempler ces œuvres mécaniques. Souriant et détendu, Monsieur Ubaldo Elli ou Monsieur MV attend : ses monstres sont au paddock.

Très vite, Minarelli, Kreidler, Demm, Romeo, Derby entre en scène et font entendre leurs bruits de crécelles. Merveille d’un circuit citadin, les sons, renvoyés de façade en façade, en fonction des séries et de la cylindrée vont se renforcer, s’amplifier pour atteindre leurs paroxysmes au moment de la parade des « Campionissimos ». La foule en délire les acclame. On parlera d’adoration, de ferveur ou de dévotion. C’est comme cela, chez nos amis transalpins, les « Légendes » sont vénérées à l’image des dieux. Bouquets de fleurs et jolies filles, rien n’est trop beau !

Sur son « Aer-max », Jacques Lapeyre, un gersois, m’en perd pas une miette : « C’est une première, et je ne regrette absolument pas mon engagement dans cette aventure. Pour le roulage ce n’est pas terrible, mais pour l’ambiance et l’accueil autant des pilotes que du public c’est sensationnel. Côtoyer les grands champions qui m’ont fait rêver, je suis au paradis ».

 

OU : OSPEDALETTI (Italie), entre Vintimille et San Remo
QUAND : Tous les deux ans
COMMENT : Machines de compétition avant 72 sans frein à disque.
QUI : Mairie d’Ospedaletti (Italie)
            Via XX Septembre, 34
    18014 OSPEDALETTI
    circuito@circuitospedaletti.it
            http://www.circuitospedaletti.it/

 

 

CIRCUIT

Les premiers vrombissements de voitures en compétitions sur ce circuit urbain débuteront en 1926. Après guerre, la compétition va reprendre. Les marques Fiat, Maserati, Ferrari, Alfa Romeo, Talbot,.. vont en découdre sur quatre roues. Alberto Ascari et l’argentin Juan Manuel Fangio en cueilleront les lauriers. Nous sommes aux balbutiements de ce qui deviendra la formule 1. Pour cause de sécurité, les voitures déserteront la place en 51.

A l’origine, en 47, les Trophées motocyclistes sur autodrome d’Ospedaletti/San Remo se déroulaient sur 250 et 500cc, d’autres catégories s’ajouteront au file du temps. A Francisci (250) et Bandirola (500), les premiers lauréats, succéderont Lorenzetti, Provini, Taveri, Villa, Phil Read, S.Herrero, Renzo Pasolini : Que du grand monde de la moto ! Le dernier Grand Prix eu lieu en 72, ultime vainqueur : Giacomo Agostini.

Photo n°1.JPG

On patiente avant le départ.







Photo n°2.JPG

Monsieur Ubaldo Elli le grand collectionneur de MV au milieu de ses machines.

 









Photo n°3.JPG 3 fois Champion du monde en 50 et 125, Eugenio Lazzarini est toujours aussi véloce sur son 125cc Piovaticci Grand Prix.








Photo n°4.JPG

En abordant un virage, Giovanni Bucchi, sur 600cc Scott, Flying Squirrel à refroidissement liquide de 1928, donne un coup d’œil rapide sau le changement de vitesses.






Photo n°5.JPG

Franck Moureau sur Norton « Bernard Feuiltaine » de 46.







Photo n°6.JPG

Une bulle d’émotion pour les deux frangins, Richard à gauche et Didier De Choudens devant la 350 Ducati Mach3 de 70. Tout gamins, dans les années 1966/67, leur père Jean-Jacques les amenait voir courir les grands champions sur ce circuit. Beaucoup de souvenirs




Photo n°7.JPG

Impressionnant le carénage intégral de la 250 Mondial Compétition de Bruno Taglioretti.






Photo n°8.JPG

Antonio Frigerio pilote la 250 à compresseur Moto Guzzi de 39.







Photo n°9.JPG

Hommage aux grands Champions.







Photo n°10.JPG

En grande discussion, de gauche à droite Marco Lucchinelli, Gianfranco Bonera, Giacomo Agostini et Ubaldo Elli.






Photo n°11.JPG

Jean-Luc Borgetto envoie la sauce au guidon de son 125 Honda CR93 de 62.






Photo n°12.JPG

Sebastiano Marcellino au commande du 350 Moto Guzzi G.P.







Photo n°13.JPG

Vu dans les paddocks, une ibérique du pilote de G.P. Gracia Samper César la 125 Lube à moteur NSU modèle Renn de 64.






Photo n°14.JPG

Renato Corno sur Matchless G50 de 61






 

Photo n°15.JPG

En tête en sortie de chicane, le 50 Sprint 4 vitesses Benelli de Vittorio Bellan alimentation rotative avec deux carburateurs de 19.






Photo n°16.JPG

Pour l’ouverture de course, un vrai policier sur une vrai ancienne.







Photo n°17.JPG

250 Bianchi, modèle Freccia Oro pour Agostino Cazzani.






 

Photo n°18.JPG

Renzo Jr Pasolini sur Benelli 500 G.P.







Photo n°19.JPG

L’ingénieur de Lambretta, Luigi Cassola, 91 ans sur un Lambretta type C, artisan du record du monde à 201km/h.








Photo n°20.JPG

Luca Gozzini sur 350 Aermacchi Ala d’Oro de 68.







Photo n°21.JPG

Alain Ghetti sur 500 Norton 88 de 1955







Photo n°22.JPG

David Bernard sur Triumph T100 de 58 avec Kit racing.







Photo n°23.JPG

Roberto Gallina, 180 courses de G.P. entre 1960 et 75 sur Yamaha 250 ex.Phil Read de 1970.




Photo n°24.JPG

Superbe T250 Suzuki de 1969 de Michele Cilli.

 

05/10/2010

Le Barjoteam au Luc en Provence

  Texte original de l'article paru dans LVM (La Vie de la Moto) n°626 du 30 septembre 2010IMG_4089.JPG

Dur, dur, les temps sont durs. Va-t-il falloir conduire nos petites vieilles dans une maison de retraite appelée : « musée ». Mais ne vous en faites pas, on les sortira pour les grandes commémorations ou à de grandes réunions d’anciennes combattantes. 
  IMG_4204.JPG

 Par une belle journée d’août, y a du soleil et de la chaleur, les ingrédients essentiels sont réunis le roulage peut commencer. Mais,…avant toute chose, l’épreuve du sonomètre, un teste éprouvant qui mets les nerfs à vif. La tache est dévolue aux les pompiers de service chargés de la sécurité sur le circuit. Loin d’éteindre le feu, ils l’allument.      

 

IMG_4399.JPG

Les recalés sont nombreux, notamment une machine d’usine construite à 6 exemplaires, la 500 Eso de Grand Prix de 58 de François Massa : 102dbs au lieu des 100 réglementaires. Certains démontent rapidement les pots d’échappement et compriment un peu plus de laine d’acier pour faire bonne mesure.

 

 

Sébastien Vinoy n’a pas ce problème, sa Suzuki GS 1000 Yoshimura est de conception plus récente : « A force de tourner et virer, j’ai fini par trouver l’arbre à came, la culasse et l’embrayage spécifique. Cet automne, elle va recevoir ces dernières pièces qui la rendront conforme à l’origine ».Fabrice Lab, un ancien de l’Afamac 95, vient du Doubs avec son camping-car : « Pendant les vacances, je suis itinérant et je fais ce que j’aime. Ma 750 Suzuki TR sur la remorque, je me suis concocté un parcours sur le thème de la moto».

IMG_4121.JPGEn milieu de matinée, en détournant la vigilance des cerbères, Michel Rovera prend la piste sur une bruyante 250 Gauthier à moteur Sachs 7 vitesses de 77 adapté dans un cadre de GA2 125. Jean Claude Gauthier en aurait construit 3, celui-ci serais le numéro 2 : dixit François Lejars, un spécialiste éclairé du Club Gauthier France. Le Piémontais, Alfio Marino va en faire de même avec sa 250 Mondial, 5 vitesses de 56 : « C’est le dernier modèle » affirme son propriétaire. L’italien, fer de lance de la montée à Montémale dans la région Cunéo est venu là avec dans son sillage un fort contingent de transalpin.

Engagé dans des courses en Hongrie et en Allemagne, Patrick Guibert est là pour tester de nouveaux carburateurs qu’il vient de monter sur sa 750 Weslake à cadre Seeley.

Les arrêts aux stands sont nombreux. Heureusement, l’atelier Dual-Mano de Fréjus a fait le déplacement et la Harley WLC d’Aldo De Tenao va subir un dégraissage son embrayage.

En début d’après midi, un accident grave nécessitera un transport en hélicoptère vers l’hopital Sainte Anne de Toulon. Une petite pluie pernicieuse, transformant le circuit en patinoire, achèvera définitivement de refroidir les ardeurs belliqueuses.IMG_4253.JPG

 

 

OU             : Circuit du Luc en Provence

QUAND     : le 02 Aout 2010

COMBIEN : 90€ les 5 séances de 20mn

PAR QUI   : BARJOTEAMPAMBOUM 

                     20, avenue des pins

                     06 VENCE

                     Tél. :04.93.24.01.14

                     Barjoteampamboum@laposte.net

 

 

 

 

 

Organisateur.JPG

Christian Pétard, Président de l’association BARJOTEAM : « Depuis un an, le circuit du Luc en Provence applique des normes antibruit. Rien de plus naturel puisse que : « La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres ». Mais avouez quand même que cela est éprouvant. On peut juste faire un parallèle avec le citadin qui vient s’installer à la campagne, et intente une action en justice et gagne le droit de tordre le cou du gallinacé de son voisin qui le réveille tôt le matin : une grande victoire. Avec cette histoire, une dizaine de possesseurs de grosses cylindrées de course complètement d’origine comme des Triumph ou Norton des années 70 ne sont pas venus : impossible de rouler ».

 

Photo n°1.JPG

En piste.

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°2.JPG

Fabrice Lab sur Suzuki TR 750 de 1972

 

 

 

 

 

 

Photo n°3.JPG

Sébastien Vinoy pilote une Suzuki GS1000 Yoshimura

 

 

 

 

 

 

Photo n°4.JPG

Michel Rovera sur 250 Gauthier (3 exemplaires de construits).

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°5.JPG

La Harley Davisson WLA de 43 d’Aldo De Tenao est à la peine, derrière Fabien Teychéné sur HD WRTT réplica de 49

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°6.JPG

Pascal Bourgoin et sa BMW 100 RT de 80.

 

 

 

 

 

 

 

  

Photo n°8.JPGPatrice Oerlemans aux commandes de side BM et Beate Procek dans le panier.

 

 

 

 

 

Photo n°9.JPG

Patrick Guibert engagé en championnat en Allemagne, en Hongrie, sur une Weslake 750 à cadre Seeley.

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°10.JPG

Départ d’Alfio Marino sur un Mondial 250 de 56, 5 vitesses (Dernier modèle).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°11.JPG

Yvo Vietto, un italien de Cuneo, sur Suzuki 500 RG.

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°12.JPG

500 ESO, (Tchécoslovaquie) 55ch, 1958 machine d’usine faite pour la course-10 exemplaires- direction le musée, s’est fait recaler au sonomètre.

 

 

 

 

 

 

08:55 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |

28/09/2010

Un Parfum d’ailleurs

  IMG_2940.JPG

 

Cuneo, dans la province du Piémont en Italie, on est si près de la France et si loin par l’esprit, la culture et la façon d’aborder son patrimoine. Une sensation différente de vivre sa passion.

 

IMG_2859.JPG

En descendant le col de Tende, côté italien, la chaleur se fait lourde. L’évaporation de la mer, toute proche forme une brume tenace sur les premiers contreforts des alpes. Direction Borgo San Dalmasso, nous passons tout près de Cuneo, puis Cervasca, et enfin Valgrana. De part et d’autre de la route, des cultures maraîchères contrastent de l’autre culture : « celle du béton de la côte d’azur ».

 

De Valgrana à Montemale, la petite route s’élève et serpente sur deux kilomètres quatre cent. Pour la commune, c’est jour de fête. Alfio Marino, Président de l’Associazione Sportiva “I Balòss” de Dronero, nous accueille avec sa gentillesse habituelle. Les inscriptions se font sur place à la bonne franquette, une centaine de participants motos et quatre sidecars.

IMG_2851.JPGDes invités de marque ont fait le déplacement, deux champions d’Italie Italo Piana (1962), pilotera un 50 Minarelli corsa, Sergio Bongiovanni (1966) une 500cc Velocette Truxon de 1959 et le Tchécoslovaque venu de Brno, Peter Balàz pilote officiel MZ en 75 et Jawa en 76/77, ancien Président de la fédération motocycliste de Tchécoslovaquie de 1998 à 2001.

Bon nombre de pilotes sont venus en voisins Pas de chronomètre, on s’arsouille et on prend le plaisir de faire rouler son patrimoine. Pour une minorité, nous sommes loin des normes drastiques de sécurités pratiquées sur les circuits officiels, ici la compétition motocycliste est un cousin très éloigné. Au diable bottes, gants, blousons, une chemisette fera très bien l’affaire, mais gare ça va brûler… un jour.

On observait un plateau très disparate : Moto Morini, Moto Guzzi, Gilera, Ducati, Minarelli, du 50 à la 1200cc avec quelques machines exceptionnelles construites à quelques unités comme la 175cc Ganna super sport de 53, et Ezio Rena d’ajouter : « compétizione officiale », la 250cc Prémoli course de 32 d’Antonio Giardina avec suspension cantilever ou la Pugliése de Batholomeo Curti concoctée par un mécano de Cuneo sur la base d’un moteur Norton.

IMG_2876.JPGUn habitué des Coupes Motos Légende, Vittorio Mondani a le choix de sa monture, soit une 750 Triumph Rob Noth de 71 ou une 500 GP à cadre Seeley de 68.

Comme l’an dernier, Mauro Giordano a fait parler la poudre sur son 50cc Mi-Val à trois vitesses à main qui lui vient de son père, l’an prochaine se sera avec un Demm.

Jean Michel Ciais sur sa Ducati Pantah est tout étonné : « Je suis venu ici parce que j’ai entendu parler de cette manifestation, mais j’étais loin de me douter de la qualité et du nombre de compétiteurs. La dernière monte, je me mets sur le parcours pour les regarder passer. Je ne veux pas manquer ce spectacle. L’année prochaine, je viens avec femme et enfants ».

 IMG_2885.JPG

 

 

 

OU : En Italie entre VALGRANA & MONTEMALE, à 20km de CUNEO

QUAND : 11 juillet

COMBIEN : 30€ comprenant : l’assurance de FIM, le repas, les souvenirs de la journée.

PAR QUI : Associazione Sportiva “I Balòss” de Dronero.

                            Président : Alfio Marino

 

 

 

 

 

 

Photo n°1.JPGA gauche, Petrer Balàz sur sa 350cc Jawa GP de 75 et a droite, André Mazzoni sur la 500cc Triumph T100 de 1958.

 

 

 

 

 

 

  

Photo n°2.JPGBartolomeo Curti et sa Pugliése, une machine unique conçut sur une base Norton par un constructeur de la région de Cuneo.

 

 

 

 

 

 

  

Photo n°3.JPGClaudio Pietro Praturlon sur Motobi 175cc.

 

 

 

 

 

 

  

Photo n°4.JPGDépart de Pocchiesa Rosso Riccardo sur son 125cc Aermacchi Ala d’Oro.

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°5.JPGAdmirer le magnifique bloc moteur du 500cc Gilera Saturno de Mauro Casagrande.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°6.JPGExceptionnelle la moto d’Ezio Rena, une Ganna 175cc super sport de 53, une compète usine construit à 3 exemplaires. Remarquer les carburateurs de part et d’autre du cylindre.

 

 

 

 

 

 

Photo n°7.JPG250 Moto Guzzi Dondolino pour Gianni Casati.

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°8.JPG1937, construite pour la course à deux exemplaires, la 250cc Prémoli d’Antonio Giardina, suspension cantilever et arbre à cames en tête.

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°9.JPGVittorio Mondani sur sa 750cc triumph Rod North.

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°10.JPGAu départ le champion d’Italie, Sergio Bongiovanni sur sa 500cc Vélocette Truxon de 59.

 

 

22:43 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |